Imprimer cet article Imprimer cet article Envoyez cet article par email à une personne de votre choix Envoyez cet article par email à une personne de votre choix

« Dé-monarchisation » des autorités ecclésiastiques

Tribalisme ecclésiastique – Pentecôtisme

     La sphère spirituelle vient d’être évoquée : bien entendu, la IVe Révolution veut la réduire elle aussi au tribalisme.
   On peut déjà noter sa façon de le faire dans les courants théologiques et canoniques qui visent à transformer la noble et osseuse rigidité de la structure ecclésiastique – telle que Notre Seigneur Jésus-Christ l’a instituée et que vingt siècles de vie religieuse l’ont modelée – en un tissu cartilagineux, mou et amorphe : des diocèses et des paroisses sans territoire; des groupes religieux où la ferme autorité canonique se voit peu à peu substituée par l’ascendant de « prophètes » plus ou moins pentecôtistes, congénères des sorciers du structuralisme tribal avec lesquels ils finiront par se confondre… comme la paroisse, ou le diocèse progressisto-pentecôtiste s’identifiera forcément à la tribu-cellule structuraliste .


*    *    *

« Dé-monarchisation »                                                                            des autorités ecclésiastiques

   Dans cette perspective, qui tient à la fois de l’histoire et de la conjecture, certaines modifications en soi étrangères à ce processus peuvent apparaître comme des étapes entre le « statu quo » pré-conciliaire et l’extrême opposé indiqué ici.

   Ainsi en est-il, par exemple, de la tendance à la collégialité considérée comme une obligation pour tout pouvoir à l’intérieur de l’Eglise et comme l’expression d’une certaine « démonarchisation » de l’autorité ecclésiastique, qui, à chacun de ses degrés, serait ipso facto beaucoup plus conditionnée qu’auparavant par l’échelon immédiatement inférieur.
   Poussé jusqu’à ses extrêmes conséquences, cela pourrait conduire à l’instauration stable et universelle du suffrage populaire dans l’Eglise, qui a été adopté quelquefois par Elle, en d’autres temps, pour remplir certaines charges hiérarchiques.
   En dernier lieu, dans le cadre rêvé par les tribalistes, cela conduirait à une dépendance insoutenable de toute la hiérarchie par rapport au laïcat, considéré comme le nécessaire porte-voix de la volonté de Dieu: « volonté de Dieu » que ce laïcat tribaliste connaîtrait à travers les révélations « mystiques » de quelque sorcier, gourou pentecôtiste ou mage, de sorte que, obéissant au laïcat, la hiérarchie accomplirait sa mission d’obéir à la volonté de Dieu Lui-même.

 

 Plinio Corrêa de Oliveira – 

Révolution et Contre-Révolution – Premiere Partie  – Chapitre III – 2. E.

 

 

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

Bookmark and Share
Tags: , , , , ,
Imprimer cet article Imprimer cet article

Leave Comment