Imprimer cet article Imprimer cet article Envoyez cet article par email à une personne de votre choix Envoyez cet article par email à une personne de votre choix

La révélation de la Médaille Miraculeuse

 Le 27 novembre 1830, en fin d’après-midi, alors que Sœur Catherine est en prière à la chapelle, que la Sainte Vierge lui apparaît de nouveau.

  Ce jour-là, Catherine a un très grand désir de revoir la Sainte Vierge. Ce désir est si grand qu’elle est certaine qu’elle va La voir « belle dans son plus beau ».

  Pendant sa prière à la chapelle, dans le grand silence, elle entend tout à coup le frou-frou d’une robe de soie qui avance. Catherine lève la tête et voit la Sainte Vierge, debout, à côté d’un tableau de saint Joseph qui se trouvait alors à droite de l’autel.
Les pieds appuyés sur une demi-sphère, Elle écrase du talon la tête d’un serpent.
Catherine est émerveillée par la beauté de la Sainte Vierge :
« La figure si belle qu’il me serait impossible de dire sa beauté. Elle avait une robe de soie blanche aurore »
écrira-t-elle plus tard.

  Entre ses mains, la Sainte Vierge porte une boule et à ses doigts elle a des anneaux avec des pierres précieuses. De ces pierres précieuses sortent des rayons de lumière qui rejaillissent de tous côtés.

 Alors une voix dit à Catherine :

 « — Cette boule que vous voyez représente le Monde entier, particulièrement la France et chaque personne en particulier ».

 « — Les rayons si beaux, c’est le symbole des grâces que je répands sur les personnes qui me les demandent. Ces pierreries d’où il ne sort pas de rayons, ce sont les grâces que l’on oublie de me   demander. »

  — La Sainte Vierge fait comprendre à Sœur Catherine « combien il était agréable de prier la Sainte Vierge et combien Elle était généreuse envers les personnes qui La prient ; que de grâces Elle accorde aux personnes qui les lui demandent et quelle joie Elle éprouve en les accordant ».

  Puis, il se forme un tableau autour de la Vierge, un peu ovale, où ces paroles sont écrites en lettres d’or :

 « Ô Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous ».

  Alors, Sœur Catherine entend :

« — Faites, faites frapper une médaille sur ce modèle, toutes les personnes qui la porteront recevront de grandes grâces en la portant au  cou. »

« — Les grâces seront abondantes pour les personnes qui la porteront avec confiance. »

  Puis le tableau se retourne pour montrer l’autre côté : un grand M, initiale de Marie, surmonté d’une croix, et les deux Coeurs de Jésus et de Marie, le premier entouré d’épines et le second traversé d’une épée.

  Au bout d’un moment, l’apparition s’estompe lentement et disparaît, laissant Sœur Catherine le cœur plein de bons sentiments, de joie et de consolation.

 

Cliquez ici pour lire l’article: Neuvaine à Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse

 

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

 

Bookmark and Share
Tags: , , , , , ,
Imprimer cet article Imprimer cet article

Leave Comment