- tfp-france.org - http://tfp-france.org -

Faux Dévots et de Fausses Dévotions a La Sainte Vierge – suite

Ivan_Trutnev_-_Cross_procession  Les dévots extérieurs sont des personnes qui font consister toute la dévotion à la Très Sainte Vierge en des pratiques extérieures ; qui ne goûtent que l’extérieur de la dévotion à la Très Sainte Vierge, parce qu’ils n’ont point d’esprit intérieur ; qui diront force chapelets à la hâte, entendront plusieurs messes sans attention, iront aux processions sans dévotion, se mettront de toutes ses confréries sans amendement de leur vie, sans violence à leurs passions et sans imitation des vertus de cette Vierge très sainte.

   Ils n’aiment que le sensible de la dévotion, sans en goûter le solide ; s’ils n’ont pas de sensibilités dans leurs pratiques, ils croient qu’ils ne font plus rien, ils se détractent, ils quittent tout là, ou ils font tout à bâton rompu.

   Le monde est plein de ces sortes de dévots extérieurs, et il n’y a pas de gens plus critiques des  personnes d’oraison qui s’appliquent à l’intérieur comme à l’essentiel, sans mépriser l’extérieur de modestie qui accompagne toujours la vraie dévotion.

  -*- * -*-*-*-* -*-*-*-* -*-*-*-*

  Les dévots présomptueux sont des pécheurs abandonnés à leurs passions, ou des amateurs du monde, qui, sous le beau nom de chrétien et de dévot à la Sainte Vierge, cachent ou l’orgueil, ou l’avarice, ou l’impureté, ou l’ivrognerie, ou la colère, Manresa_-_Procession_-_Good_Friday - detailou le jurement, ou la  médisance, ou l’injustice, etc. ; qui dorment en paix dans leurs mauvaises habitudes, sans se faire beaucoup de violence pour se corriger, sous prétexte qu’ils sont dévots à la Vierge ; qui se promettent que Dieu leur pardonnera, qu’ils ne mourront pas sans confession, et qu’ils ne seront pas damnés, parce qu’ils disent leur chapelet, parce qu’ils jeûnent le samedi, parce qu’ils sont de la confrérie du Saint Rosaire ou Scapulaire, ou de ses congrégations, parce qu’ils portent le petit habit ou la petite chaîne de la Sainte Vierge, etc.

  Quand on leur dit que leur dévotion n’est qu’une illusion du diable et qu’une présomption pernicieuse capable de les perdre, ils ne le veulent pas croire ; ils disent que Dieu est bon et miséricordieux ; qu’il ne nous a pas faits pour nous damner ; qu’il n’y a homme qui ne pèche ; qu’ils ne mourront pas sans confession ; qu’un bon peccavi à la mort suffit ; de plus qu’ils sont dévots à la Sainte Vierge ; qu’ils portent le scapulaire ; qu’ils disent tous les jours sans reproche et sans vanité sept Pater et sept Ave en son honneur ; qu’ils disent même quelquefois le chapelet et l’office de la Sainte Vierge ; qu’ils jeûnent, etc.

   Pour confirmer ce qu’ils disent et s’aveugler davantage, ils apportent quelques histoires qu’ils ont entendues ou lues en des livres, vraies ou fausses, n’importe pas, qui font foi que des personnes mor tes en péché mortel, sans confession, parce qu’elles avaient, pendant leur vie, dit quelques prières ou fait quelques pratiques de dévotion à la Sainte Vierge, ou ont été ressuscitées pour se confesser, ou leur âme a demeuré miraculeusement dans leur corps jusqu’à la confession, ou par la miséricorde de la Sainte Vierge, ont obtenu de Dieu, à leur mort, la contrition et le pardon de leur péchés, et par là ont été sauvées, et ainsi qu’ils espèrent la même chose.

   Rien n’est si damnable, dans le christianisme, que cette présomption diabolique ; car peut-on dire avec vérité qu’on aime et qu’on honore la Sainte Vierge, lorsque, par ses péchés, on pique, on perce, on crucifie et on outrage impitoyablement Jésus-Christ son Fils ?

   Si Marie se faisait une loi de sauver par sa miséricorde ces sortes de gens, elle autoriserait le crime, elle aiderait à crucifier et outrager son Fils ; qui l’oserait jamais penser ?

   Je dis qu’abuser ainsi de la dévotion à la Très Sainte Vierge, qui, après la dévotion à Notre-Seigneur au Très Saint-Sacrement, est la plus sainte et la plus solide, c’est commettre un horrible sacrilège, qui, après le sacrilège de l’indigne communion, est le plus grand et le moins pardonnable.

   J’avoue que, pour être vraiment dévot à la Sainte Vierge, il n’est pas absolument nécessaire d’être si saint qu’on évite tout péché, quoiqu’il le fût à souhaiter ; mais il faut du moins  (qu’on remarque bien ce que je vais dire)  :

 Good_Friday_Funeral_Procession - detailPremièrement être dans une sincère résolution d’éviter au moins tout péché mortel, qui outrage la Mère aussi bien que le Fils ;

 Secondement se faire violence pour éviter le péché ;

 Troisièmement, se mettre des confréries, réciter le chapelet, le saint rosaire ou autres prières, jeûner le samedi, etc.

   Cela est merveilleusement utile à la conversion d’un pécheur, même endurci ; et si mon lecteur est tel, et quand il aurait un pied dans l’abîme, je le lui conseille, mais à condition qu’il ne pratiquera ces bonnes œuvres que dans l’intention d’obtenir de Dieu, par l’intercession de la Sainte Vierge, la grâce de la contrition et du pardon de ses péchés, et de vaincre ses mauvaises habitudes, et non pas pour demeurer paisiblement dans l’état du péché, contre les remords de sa conscience, l’exemple de Jésus-Christ et des saints, et les maximes du saint Évangile.

 

 cet article continue…
  (cliquez ici pour lire la première partie de l’article )

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner