Imprimer cet article Imprimer cet article Envoyez cet article par email à une personne de votre choix Envoyez cet article par email à une personne de votre choix

Le Christ Roi de l’Univers et la laïcité – Partie 2 finale

retable_de_lagneau_mystique_2    Les catholiques ont le droit et le devoir d’intervenir

Le cardinal Ratzinger, prenant ensuite comme exemple le problème des législations modernes qui attaquent le droit à la vie ou la famille, rappelle :

  « Les catholiques ont le droit et le devoir d’intervenir dans ce déferlement, pour rappeler au sens le plus profond de la vie et à la responsabilité qui incombe à tous en cette matière.

  «  Dans la continuité à l’enseignement constant de l’Eglise, Jean-Paul II a maintes fois répété que ceux qui sont engagés directement dans les instances législatives ont “une obligation grave et précise de s’opposer” à toute loi qui s’avère un attentat à la vie humaine.

  «  Pour eux, comme pour tout catholique, existe l’impossibilité de participer à une campagne en leur faveur, et il n’est permis à personne de les soutenir par son vote. »

Fausse conception de la laïcité « à la française »

 Une clarification indispensable est faite au sujet de la laïcité. Malheureusement, l’idée erronée dénoncée par la Note doctrinale est ancrée très profondément dans les mentalités :

  « L’appel, qui revient souvent, à propos de la “laïcité” et qui devrait guider l’engagement des catholiques, demande une clarification, et pas seulement au niveau terminologique.

  « La promotion en conscience du bien commun de la société politique n’a rien à voir avec le “confessionalisme” ou l’intolérance religieuse.

  « Pour la doctrine morale catholique la laïcité est comprise comme une autonomie de la sphère civile et politique par rapport à la sphère religieuse et ecclésiastique, – mais pas par rapport à la sphère morale. (…)

  « Ce serait une erreur de confondre la juste autonomie que les catholiques doivent avoir en politique, avec la revendication d’un principe indépendant de l’enseignement moral et social de l’Eglise.

  « Par son intervention dans ce domaine, le Magistère de l’Eglise ne veut pas exercer un pouvoir politique ni éliminer la liberté d’opinion des catholiques sur des questions contingentes. » (…) lenlevement-des-crucifix-des-ecoles-de-paris-1881

  « Ils entérineraient une forme de laïcisme intolérant, ceux qui, au nom de la conscience individuelle, voudraient voir dans le devoir moral qu’ont les chrétiens d’être cohérents avec leur conscience, un signal pour les disqualifier politiquement et leur refuser le droit d’agir en politique conformément à leurs convictions sur le bien commun.

  « Dans cette perspective, on nierait non seulement toute importance politique et culturelle à la foi chrétienne, mais aussi la possibilité même d’une éthique naturelle. S’il en était ainsi, la voie serait ouverte à une anarchie morale qui ne pourrait jamais être identifiée avec aucune forme de pluralisme légitime.

  « La domination du plus fort sur le faible serait la conséquence évidente d’un tel choix de société. »

Nécessaire mise en garde contre la déviation de certaines publications catholiques

  « Dans des circonstances récentes, il est arrivé que même à l’intérieur d’associations ou d’organisations politiques chrétiennes, émergent des orientations en faveur de forces et mouvements politiques, qui ont pris, sur des questions politiques fondamentales, des positions contraires à l’enseignement moral et social de l’Eglise.

  « De tels choix et leur ratification, parce qu’ils sont en contradiction avec des principes fondamentaux de la conscience chrétienne, ne sont pas compatibles avec l’appartenance à des associations ou à des organisations qui se définissent comme catholiques.

  « De manière analogue, il faut relever que, dans certains pays, des revues et des périodiques catholiques ont donné à leurs lecteurs une orientation ambiguë et incohérente, à l’occasion de choix politiques. Ils ont interprété de manière équivoque le sens de l’autonomie catholique en politique, sans prendre en considération les principes auxquels on devrait se référer.

Poor_Della_Robbia_Louvre_ML26 - detail

  « La foi en Jésus-Christ, qui s’est défini lui-même comme “la voie, la vérité et la vie” (Jn 14,6), demande aux chrétiens un effort pour s’insérer, avec un engagement majeur, dans la  construction d’une culture qui, sous l’inspiration de l’Evangile, propose à nouveau le  patrimoine de valeurs et le contenu de la Tradition catholique.

  « La nécessité de présenter en termes contemporains, le fruit de l’héritage spirituel, intellectuel et moral du catholicisme, paraît aujourd’hui marquée par une urgence qu’on ne peut reporter. (…) »

 

 

 

 

Extraits de la « Note doctrinale à propos de questions sur l’engagement et le comportement des catholiques dans la vie politique » publiée à Rome, au siège de  la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le 24 novembre 2002, Solennité du Christ Roi de l’Univers.                                                                                                                    Publié dans Bulletin d’information de la TFP – avril 2003  

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

Bookmark and Share
Tags: , , , , , , , ,
Imprimer cet article Imprimer cet article

Leave Comment