Imprimer cet article Imprimer cet article Envoyez cet article par email à une personne de votre choix Envoyez cet article par email à une personne de votre choix

Réciter le chapelet tous les jours en l’honneur de Notre Dame du Rosaire

Marie remet le Chapelet à Saint Dominique

   La Très Sainte Vierge Marie est apparue à Fatima, au Portugal, entre mai et octobre 1917. La Mère de Dieu s’adressa à trois petits bergers – Lucie, Jacinthe et François, ces deux derniers ayant été béatifiés le 13 mai 2000 – et, à travers eux, au monde entier. Elle les a chargés essentiellement de communiquer à l’humanité sa profonde affliction devant l’impiété et la corruption de celle-ci.

  Elle leur dit que la Ière Guerre mondiale est un châtiment pour l’inconduite des hommes mais que la guerre va bientôt s’achever ; Elle prédit toutefois l’apparition d’une deuxième, pire que la première, si les hommes ne s’amendent pas. Après cette deuxième grave secousse, si le monde persévère encore dans le mal, il viendra un terrible châtiment.

  La Révolution communiste n’a pas encore éclaté mais la Sainte Vierge affirme : « La Russie répandra ses erreurs dans le monde entier, propageant les guerres et les persécutions contre l’Eglise ». Que pouvait signifier ces « erreurs de la Russie » à l’époque ? Personne ne considérait comme assez dynamique l’Eglise schismatique d’Orient pour représenter ces erreurs qui allaient propager dans le monde guerres et persécutions…

  Plus tard on put comprendre : le seul parti politique de l’époque qui avait dans son programme à la fois l’amour libre, l’avortement, l’enlèvement dès leur jeune âge des enfants aux parents, etc. en plus de la lutte des classes et de sa systématisation de la jalousie et du vol (« La propriété c’est le vol ! »)… était le parti communiste russe !

  Le parti communiste russe a répandu ses erreurs dans le monde entier, propageant les guerres et les persécutions contre l’Eglise. Quel parti « libéral », aujourd’hui, milite contre l’amour libre, l’avortement, l’enlèvement des enfants à leur parents dès le jeune âge, l’adoption d’enfants par toutes sortes de personnes — dont la moralité ne peut être contrôlée par un Etat qui ne montre guère l’exemple — et la systématisation de la jalousie entre employés grands, moyens ou petits de la même entreprise ? Aucun, et pour la plupart ils ont même accepté tout cela.

  Les choses ne s’arrêtent pas là. La Révolution sexuelle et égalitaire de Mai 68 a obtenu l’objet de quasi toutes ses revendications. Ces fruits poussent sur la branche sorbonnarde du tronc de la Révolution russe. « Vous reconnaîtrez un arbre à ses fruits… »  Voilà transposés les principes égalitaires à la culture et au domaine des tendances de l’âme humaine, pour laisser maintenant libre cours à l’exaltation de la vie tribale et misérabiliste, vulgaire et prosaïque ; soit la régression à une vie de Cromagnon faisant fi des progrès de la civilisation : sans beauté, sans décor, sans charme, sans civilisation, sans culture.

  L’air raréfié de la révolution culturelle étouffe à petit feu notre XXIe siècle à peine né et déjà tracassé par son avenir. Donc Fatima, message de tragédie ? Non.

  Car la tragédie, l’homme s’est chargé de la produire, avec son cortège de pornographie abreuvant tant d’adolescents, et « scandalisant les petits enfants », les spectacles blasphématoires tel celui de Roméo Castelluci, les films et pièces de théâtre sacrilèges, la profanation d’églises, de statues de saints et jusqu’au Très Saint Sacrement, ainsi que les persécutions d’un laïcisme militant contre les catholiques soucieux d’être fidèles aux promesses de leur baptême.

  Devant elle, certains perdent confiance. Or le Message de Fatima est principalement un message d’espérance. Après ce qui précède, pourquoi donc ?

  Parce que Dieu — qui est infiniment juste et punit le mal volontaire — est aussi infiniment bon pour le pécheur qui demande pardon.

  Pour le chrétien, jamais de situation désespérée. Surtout, Dieu nous a donné un intermédiaire extraordinaire mais permanent. C’est aussi une avocate, c’est notre Médiatrice auprès de Lui. Ce n’est pas que Notre Dame soit proche de mains désespérées qui se tendraient vers Elle pour se raccrocher comme à une planche de salut. C’est qu’Elle est toute proche des mains qui se joignent pour prier, pour La prier sans renoncer, avec une confiance sans limite, Elle qui est la force des faibles, l’espérance des pécheurs, la consolatrice des affligés.

  En vertu de la promesse faite à l’Eglise par Notre Seigneur Jésus-Christ que les portes de l’enfer ne prévaudront jamais contre l’Eglise, nous avions une excellente raison, nécessaire et suffisante, pour avoir confiance. L’Eglise ne mourra pas. L’Histoire est là pour le prouver. Mais c’est surtout une vérité de foi qu’un catholique ne peut mettre en doute. C’est la doctrine révélée par la bouche même du Christ.

  Mais nous avons aussi le message de Fatima qui, loin d’être un message politique comme certains l’ont abusivement prétendu, est un message spirituel ET temporel, puisqu’il parle des « erreurs de la Russie » qui répandront dans le monde les guerres et les persécutions : erreurs qui renvoient sans contestation possible à une situation historique clairement définie, et qualifient parfaitement une idéologie donnée.

  C’est après avoir mentionné ces erreurs de la Russie qui se répandraient dans le monde que Notre Dame nous fait une autre promesse : « Mais à la fin Mon Coeur Immaculé triomphera ». Ce Coeur Immaculé de la Vierge triomphe déjà dans le Ciel. C’est donc encore à une situation temporelle future que la Sainte Vierge se réfère. Son Coeur Immaculé triomphera de ces ennemis ici, sur cette Terre quand les choses seront si graves qu’on pourrait croire tout perdu. Voilà le grand message d’espérance que nous communique le message de Fatima. Il vient raffermir notre foi dans la promesse du Christ d’il y a deux mille ans à Ses Apôtres. La Sainte Vierge en fait pour ainsi dire l’application aux temps actuels.

  Au cours de l’apparition du 13 juillet 1917, Elle parle d’abord du châtiment dans l’autre vie, châtiment éternel, suprême, définitif : c’est la condamnation à l’enfer des pécheurs qui meurent sans repentir. La Mère de Dieu n’a pas craint de montrer l’enfer aux trois voyants qui n’avaient alors que dix, neuf et sept ans. C’est sans doute aucun que la pensée de l’enfer ne peut pas faire de mal… Aux enfants de Fatima, l’enfer a même été montré (moyennant la force surnaturelle pour en supporter la vision, s’entend).

  Au moment de la troisième apparition, un petit nuage cendré vint surmonter le chêne vert, le soleil se voila, une brise fraîche se mit à souffler sur la montagne, alors que la saison était le plus fort de l’été.   M. Marto, le père de Jacinthe et François, dit avoir aussi entendu, selon ses propres termes, un bourdonnement semblable à celui de mouches dans une cruche vide. Les voyants virent le reflet de lumière « habituel » puis, aussitôt après, sur l’arbrisseau, la Sainte Vierge.

  Voici une partie du dialogue entre la Très Sainte Vierge et Lucie de Fatima :

LUCIE : « Madame, que voulez-vous de moi ? »

NOTRE-DAME : « Je veux que vous veniez ici le 13 du mois prochain, que vous continuiez à réciter le chapelet tous les jours en l’honneur de Notre-Dame du Rosaire pour obtenir la paix dans le monde et la fin de la guerre, parce qu’Elle seule peut les garantir.»

LUCIE : « Je voudrais Vous demander de nous dire qui Vous êtes et de faire un miracle afin que tous croient que Vous nous apparaissez. »

NOTRE-DAME : « Continuez à venir tous les mois. En octobre, je dirai qui je suis, ce que je veux, et je ferai un miracle que tous pourront voir afin qu’ils croient. »

  Lucie présente alors une série de demandes de conversion, guérison et autres grâces. La Sainte Vierge y répond en recommandant toujours la pratique du chapelet et que, de cette manière, ils seraient exaucés dans le courant de l’année.

  Elle dit ensuite :

« Sacrifiez-vous pour les pécheurs et dites souvent, en particulier quand vous aurez fait quelque sacrifice : O Jésus, c’est pour l’amour de Vous, pour la conversion des pécheurs et en réparation pour les péchés commis contre le Coeur Immaculé de Marie. »

 

Jacinthe, Lucie et François aussitôt après la vision de l’enfer, le 13 juillet 1917.

  Notre Dame demande de prier le chapelet, complété, après chaque dizaine, par la prière « O mon Jésus, pardonnez nous nos péchés, préservez nous du feu de l’enfer et conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont plus besoin de votre miséricorde. »

  La Sainte Vierge a donné cette prière aux enfants après la terrible vision de l’enfer, et Elle leur demande aussi la pratique de la communion réparatrice des cinq premiers samedis, ainsi que plusieurs autres dévotions et invocations qui ne sont pas toujours connues comme elles le méritent.

  Pour en savoir plus sur les prières recommandées par Notre Dame à Fatima, demander :  

 Les prières de Fatima

Pour nous écrire :

6 av. Chauvard – 92600 Asnières s/Seine

Par téléphone :  01 45 55 61 88

 

 

 

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

 

Bookmark and Share
Tags: , , , , , , ,
Imprimer cet article Imprimer cet article

One comment
Laisser un commentaire »

  1. pourriez-vous m envoyer les prieres de fatima svp

    CALLY SARAH
    24 LOT CAP NOIR
    STE THERESE
    97419 LA POSSESSION

Leave Comment