Imprimer cet article Imprimer cet article Envoyez cet article par email à une personne de votre choix Envoyez cet article par email à une personne de votre choix

Les souffrances du Messie et la gloire qui suivrait sa Passion

Saint Jean Chrysostome
      Homélie sur « Père, si c’est possible »

  À l’approche de sa mort, le Sauveur s’écriait :

« Père, l’heure est venue, glorifie ton Fils » (Jn 17,1).

  Or, sa gloire, c’est la croix. Comment donc pourrait-il avoir cherché à éviter ce qu’il avait demandé à un autre moment ?OL Scourge - GEscaro - cover

  Que sa gloire soit la croix, l’Évangile nous l’enseigne en disant :

« L’Esprit Saint n’avait pas encore été donné, parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié » (Jn 7,39).

  Voici le sens de cette parole : la grâce n’avait pas encore été donnée, parce que le Christ n’était pas encore monté sur la croix pour réconcilier Dieu et les hommes.

  En effet, c’est la croix qui a réconcilié les hommes avec Dieu, qui a fait de la terre un ciel, qui a réuni les hommes aux anges.

  Elle a renversé la citadelle de la mort, détruit la puissance du démon, délivré la terre de l’erreur, posé les fondements de l’Église.

  La croix, c’est la volonté du Père, la gloire du Fils, la jubilation de l’Esprit Saint. Elle est l’orgueil de saint Paul :

« Que la croix de notre Seigneur Jésus Christ reste mon seul orgueil » (Ga 6,14).

1024px-Cristo_caído_(Nicola_Fumo,_San_Ginés,_Madrid)_01

 


John_Chrysostom_Louvre_OA3970
« Les souffrances du Messie et la gloire qui suivrait sa Passion »  (1-Pierre 1,11)

Saint Jean Chrysostome, prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l’Église

 

Source : http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=commentary&localdate=20140926&id=1065 – (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 72)

 

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

 

Bookmark and Share
Tags: , , , , ,
Imprimer cet article Imprimer cet article

Leave Comment