Imprimer cet article Imprimer cet article Envoyez cet article par email à une personne de votre choix Envoyez cet article par email à une personne de votre choix

Méditations sur la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ

  Nous vous présentons le livret : « Méditations sur la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ ».

  Alors que la Semaine Sainte approche, il vous permettra de nourrir notre réflexion et notre vie spirituelle.

  Mais il y a plus.

  Ces textes parlent à chaque chrétien de son devoir de suivre les traces du Divin Sauveur dans les difficultés quotidiennes et parmi l’hostilité déclarée des ennemis de Dieu.

  Si l’on méditait plus sur la Passion et la mort de Notre Seigneur Jésus-Christ, nous aurions plus de courage pour agir là où nous sommes, en défense de la morale chrétienne et des principes catholiques dans la société.  

 

— C’est chaque jour que l’on crucifie Notre Seigneur.

— C’est dans nos rues que cela se passe.

— Ce sont nos lois qui le renient, nos mœurs qui l’outragent.

— C’est Jésus que l’on tue dans l’âme des enfants.

Oui, la société dans laquelle nous vivons a banni Notre Seigneur, sa souffrance et sa Croix !

— Hélas ! vous avez tous les jours autour de vous des exemples criants des conséquences de l’impiété et de la mollesse des catholiques.

  Les forces du mal veulent balayer toute influence des catholiques dans la société. Alors que vous lisez ces lignes, vous vous demandez peut-être : « dois-je me résigner à ce qu’on bannisse Jésus-Christ de ma vie quotidienne ? »

— Lorsque vous méditerez sur notre Divin Sauveur portant sa Croix sous les quolibets, les coups et les injures de ceux qui étaient présents, vous verrez que vous pouvez suivre Son exemple, en vrai chrétien qui agit comme tel dans une société hostile, haineuse parfois.

— « Les hommes se perdent parce qu’ils ne pensent pas à la mort de Notre Seigneur et ne font pas pénitence ».

  Vous le savez peut-être, cette phrase est de la Bienheureuse Jacinthe, à qui la Vierge est apparue à Fatima en 1917.

  Elle l’a prononcée peu avant sa mort, et se trouve dans les témoignages rassemblés pour sa béatification.

  Et c’est en repensant à cette phrase de Jacinthe que j’ai décidé de vous inviter à agir.

  Ce que personne n’ose plus dire en face, c’est qu’en très grand nombre les personnes vont en Enfer, et que tout dans la société les y pousse…

  La seule qui a osé le dire, c’est la Sainte Vierge, en 1917 à Fatima, en montrant l’Enfer à trois enfants de 7, 9 et 10 ans !

   Souvenez-vous : quand vous étiez enfant et que vous alliez au catéchisme, vous avez appris les Commandements de la loi de Dieu… Eh bien ! il n’y en a pas un aujourd’hui qui ne soit combattu par notre société qui se paganise.

  Non content d’imposer une société sans-Dieu, il faut encore que l’on blasphème, que l’on insulte la Croix du Sauveur et que l’on attaque sans cesse l’Église, la Papauté et les catholiques dans leurs convictions.

  Lorsque tous vocifèrent, n’avons-nous pas le devoir d’agir dans la société pour que celle-ci cesse d’insulter et de crucifier Notre Sauveur par ses lois païennes et par ses spectacles qui poussent les hommes sur la voie de la perdition éternelle ?

— En France, la reconnaissance sociale de l’homosexualité est pratiquement imposée : après l’exigence du « mariage » et de l’adoption d’enfants, l’adhésion aux principes de la morale chrétienne sera bientôt punie par la loi, tout comme au temps du paganisme.

— La pornographie et tout un climat immoral minent la famille. La « culture de mort » s’impose dans les mœurs et dans les lois, s’en prenant aux enfants à naître, aux personnes âgées et aux handicapés.

— le satanisme revient en force dans notre société déchristianisée et attire avec violence des adolescents ou de jeunes adultes.

   Aussi, lorsque nous méditons sur notre Divin Sauveur portant sa Croix sous les quolibets, les coups et les injures de ceux qui étaient présents, demandons à la Très Sainte Vierge Marie qu’Elle nous obtienne de son Fils toutes les grâces qui nous sont nécessaires pour nous comporter en vrai chrétien.

   Non seulement afin de ne pas succomber, mais pour se lever, s’organiser et mettre en déroute les forces du mal qui veulent balayer toute influence des catholiques dans la société.

  Avec ce livret, vous aussi, « vivez au plus profond de vous-même, la souffrance si immense du Christ et de sa Mère« , comme l’a écrit un ami de la TFP, et laissez-vous imprégner par les commentaires bienfaisants de cette méditation.

  Les textes présentés ont été rédigés par un grand catholique aujourd’hui décédé, le Professeur Plinio Corrêa de Oliveira, fondateur de la première TFP.

  Ils n’ont rien perdu de leur actualité.

  Ce sont trois méditations intitulées :

– « Pourquoi le monde a-t-il haï Celui qui est venu faire le bien ? » ;

– « Ils Lui lièrent les mains car elles faisaient le bien » ;

– « Mon peuple, que t’ai-je fait ? »

  Si vous êtes comme moi, vous voudrez vous aussi que d’autres puissent bénéficier du vrai, du bien et du beau qui s’expriment dans cette méditation sur les pas du Christ.

  Je compte sur vous de trois façons :

— d’abord vous pouvez participer à cette campagne de diffusion des « Méditations sur la Passion » en offrant vos prières dans les intentions de la campagne, surtout en ce temps de Carême.

— ensuite en demandant d’autres exemplaires pour diffuser ce livret autour de vous. À cause de nos moyens réduits, le nombre est limité mais, dans la mesure de nos possibilités, je vous enverrai les exemplaires que vous me demanderez.

— Enfin en m’aidant par un don à développer la diffusion de la culture catholique comme ce livret, que j’aurais aimé envoyer à un plus grand nombre de personnes qui auraient été contentes de le recevoir parce qu’elles se sont déjà intéressées à nos campagnes dans le passé, mais auxquelles je n’ai pas pu écrire cette fois-ci, faute de moyens.

  En aidant à diffuser ces « Méditations sur la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ », vous rappelez à chaque chrétien son devoir d’agir dans la société pour que celle-ci cesse d’insulter et de crucifier Notre Sauveur par ses lois païennes et favorise le bien au lieu de pousser les âmes sur le chemin de la perdition éternelle.

 Pensez quelques instants au sens de cette phrase de la Bienheureuse Jacinthe de Fatima que je vous ai citée.

  Si vous le voulez bien, relisez là avec moi : « Les hommes se perdent parce qu’ils ne pensent pas à la mort de Notre Seigneur et ne font pas pénitence ».

  Ce que vous ferez sera reçu avec gratitude et votre geste sera extrêmement utile.

Pour nous écrire :

Mentionnez le code :   13863 / Méditations sur la Passion

6 av. Chauvard
92600 Asnières s/Seine
Par téléphoner : 01 45 55 61 88
 
Faire un don
 

Ce livret est édité par la TFP, il est hors commerce et ne peut être vendu.

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

Bookmark and Share
Tags: , , , , , , , , , ,
Imprimer cet article Imprimer cet article

Leave Comment