Imprimer cet article Imprimer cet article Envoyez cet article par email à une personne de votre choix Envoyez cet article par email à une personne de votre choix

La Sainte-Chapelle en beauté

La Sainte-Chapelle est à la fois reliquaire et chapelle palatine

– W. G. S. – 

Pierre-Denis_Martin- cover

 

   Chef-d’œuvre du gothique rayonnant, la Sainte-Chapelle est à la fois reliquaire et chapelle palatine. Reliquaire parce que le roi Saint Louis l’a fait élever pour abriter les saintes reliques de la Passion, aujourd’hui malheureusement dispersées.
  Chapelle palatine, parce qu’elle a été bâtie au cœur même du palais du roi de France dans l’Île de la Cité, à Paris.

   En effet, sa  partie haute était réservée au roi et sa famille, pendant que le rez-de-chaussée servait aussi de paroisse aux habitants de l’enceinte du palais.

La_Ste._Chapelle,_Paris_LACMA - detail  Dans l’ouverture d’un joli livret des éditions du Patrimoine sur la Sainte-Chapelle, le conservateur en chef Laurence de Finance  la   décrit  comme un
« véritable joyau de lumière, célèbre universellement pour sa  transparence multicolore ».

  Elle apparaît tel un écrin de pierre et de verre, dans la somptuosité de son décor et la beauté translucide de ses verrières, émerveillant déjà les contemporains de son fondateur, qui se croyaient « introduits dans une des plus belles chambres du ciel ».

 Pourquoi et comment le saint roi s’est décidé à construire cette chapelle ?

  La plupart des croisés partis en reconquête de la Terre Sainte dominé par les musulmans étaient des guerriers francs. En 1204 ils avaient pris la ville de Constantinople, capitale de l’empire byzantin. En 1237, un nouvel empereur franc monte au trône de cette ville célèbre. C’est Baudouin II de Courtenay, qui doit faire face à des énormes dépenses, surtout d’ordre militaire. Il cherche alors à vendre le trésor des reliques de la Passion du Christ. Une partie est déjà engagée avec les Vénitiens.

  Le jeune roi-croisé Louis IX, par contre, gouverne avec sagesse un royaume de France riche et puissant. En 1239 il achète les reliques pour une somme considérable à l’époque : 135 000 livres. Il s’agit surtout de la Couronne d’épines et d’une partie de la vraie Croix, emportée auparavant par Sainte Hélène à Byzance.

 

512px-Sazonov._Elena_and_Konstantin

 

cet article continue…

 

  W.G.S, rédacteur et photographe, ancien collaborateur de l’agence de presse ABIM et de la revue Catolicismo, est chercheur en France depuis une quinzaine d’années. 

Lire aussi :

    Saint Louis, le roi chrétien

    Une plongée dans l’Histoire de Paris – Le cœur de la France

    Une plongée dans l’Histoire de Paris – Partie 2 finale 
 

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

Bookmark and Share
Tags: , , , , , , , , ,
Imprimer cet article Imprimer cet article

Leave Comment