- tfp-france.org - http://tfp-france.org -

La Sainte-Chapelle en beauté – deuxième partie de l’article

 monuParisSainteChapelle C’est surtout pour donner à ces reliques un lieu honorable que le saint Roi fît faire bâtir la Sainte-Chapelle. Comme rapporte minutieusement Jacques Hillairet dans son célèbre Dictionnaire historique des rues de Paris, Saint Louis fit porter la Couronne d’épines par des frères prêcheurs de Constantinople à Venise d’où elle gagna la France par l’Italie du nord et l’Allemagne.

  Le roi alla au-devant d’elle une fois qu’elle fut à Troyes et se rendit, avec sa mère, Blanche de Castille, ses frères, sa famille et de nombreux prélats, de Villeneuve-l’Archevêque à Sens où il la montra à la foule, le 11 août 1239. De là, celle-ci gagna Paris par voie d’eau  [1].

  Toujours selon Hillairet, les précieuses reliques venaient en trois cassettes: une de bois, une d’argent et une d’or. Le roi et son entourage, marchant nu-pieds, la portèrent d’abord dans l’abbaye Saint-Antoine des Champs où elle fut exposée.

Louis9+Relics - detail
  Le jeudi 18 août 1239, Saint Louis, à nouveau pieds nues et vêtu d’une simple tunique de toile blanche, la porta, suivi d’une longue procession, à la cathédrale Notre-Dame et, de là, dans la chapelle Saint-Nicolas-du-Palais, construite par Robert le Pieux dans l’emplacement actuel de la Sainte-Chapelle et qui devait être démolie dans la suite pour faire place à celle-ci.

  Un an plus tard, Baudouin vendit à Saint Louis un morceau de la vraie Croix du Christ, qui arriva à Paris le 14 septembre 1241 et, plus tard, un complément de reliques, à savoir: Une autre partie de la vraie Croix apportée par sainte Hélène à Constantinople (un morceau en ayant été dérobé dans la nuit du 10 mai 1575, les séditieux publièrent que Catherine de Médicis l’avait vendu; Henri III fit faire, pour Pâques 1576, une grande croix de vermeil dans laquelle fut enchâssée l’autre portion de la vraie Croix), un morceau de la lance ayant percé le côté du Christ, de l’éponge qui servi à lui donner du vinaigre, du roseau dont on lui avait fait un sceptre, une partie de son manteau,  de son linge, d’une pierre du Saint-Sépulcre.  

  Toutes ces reliques furent déposées dans la chapelle Saint-Nicolas, désignée ci-dessus.

  C’est alors qu’avant de partir en croisade saint Louis fit bâtir la Sainte-Chapelle, véritable châsse pour ces reliques.

  A la fin de mai 2015 on a annoncé la conclusion des restaurations de la plupart des précieux vitraux de la Sainte-Chapelle, qui lui donnent toute sa splendeur.

Sainte-Chapelle

[1]. Cf. verbet Palais (boulevard du), op. cit. Editions de minuit, Paris, 1963, 6ème édition, p. 213.

  ( cliquez ici pour lire la première partie de l’article ) 

 

  W.G.S, rédacteur et photographe, ancien collaborateur de l’agence de presse ABIM et de la revue Catolicismo, est chercheur en France depuis une quinzaine d’années. 

Lire aussi :

    Saint Louis, le roi chrétien

    Une plongée dans l’Histoire de Paris – Le cœur de la France

    Une plongée dans l’Histoire de Paris – Partie 2 finale 
 

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email