- tfp-france.org - http://tfp-france.org -

Pie XII – Allocution du 8 janvier 1940 l’occasion de la nouvelle année

   En Nous rendant visite à l’occasion de la nouvelle année, le Patriciat et la Noblesse romaine ont voulu Nous accorder une double faveur: l’authentique agrément de votre présence et celui de vos voeux filiaux, ornés comme d’une offrande de fleurs par le témoignage de votre traditionnelle fidélité au Saint Siège; les pieuses et éloquentes paroles qui viennent d’être adressées par votre insigne interprète, chers fils et filles, Nous offrent l’occasion, longuement souhaitée, d’affermir et d’accroître, de Notre part, la haute estime que ce Siège Apostolique a toujours entretenue à l’égard de votre illustre classe, sans jamais cesser d’en donner une évidente démonstration.

Mariage du prince Léopold de Bavière, 1923

Mariage du prince Léopold de Bavière, 1923

  Dans cette estime, voilà l’histoire des siècles passés qui retentit. Parmi ceux qui, en ce moment même, Nous entourent comme une couronne, beaucoup portent des noms enchevêtrés depuis des siècles avec l’histoire de Rome et de la Papauté, dans les jours lumineux ou obscurs, dans la joie ou la douleur, dans la gloire ou l’humiliation, soutenus par cet intime sentiment jailli des profondeurs d’une foi héritée avec le sang de leurs aïeux, qui survit à toutes les épreuves et à toutes les tempêtes, toujours prête à reprendre, après quelques égarements passagers, le chemin de la maison paternelle. La Ville Eternelle reflète et renvoie les rayons de sa splendeur et de sa grandeur sur les familles du Patriciat et de la Noblesse romaine.

  Les noms de vos ancêtres se trouvent inscrits, de façon indélébile, dans les annales d’une histoire dont les événements ont pris une part importante, à plus d’un titre, dans les origines et le développement de tant de peuples du monde moderne, de sorte que, sans le nom de Rome et de ses nobles lignées, on ne pourrait point écrire l’histoire profane de diverses nations, de royaumes et de couronnes impériales. Les noms du Patriciat et de la Noblesse romaine marquent davantage leur présence dans l’histoire de l’Eglise du Christ qui s’élève encore en grandeur et dépasse toute gloire naturelle et politique dans son Chef visible qui, par un bénin dessein de la Providence, a érigé son siège sur les bords du Tibre.  

  Dans cette assemblée toute choisie, en présence de trois générations, Nous voyons de Nos yeux, autour de Nous, une image vivante de votre fidélité au Pontificat romain et de cette continuité qui vous Ato de obediencia dos cardeais ao novo Papahonorent en tant qu’apanage glorieux de vos familles. En ceux d’entre vous dont le front est couronné de neige et d’argent, Nous saluons les nombreux mérites acquis au long de l’accomplissement du devoir et que vous êtes ici venus déposer comme des trophées de victoire en hommage au seul vrai Seigneur, Maître invisible et éternel. Mais, pour la plupart, vous vous tenez devant Nous fiers de la hardiesse conférée par la fleur de la jeunesse ou la splendeur de la virilité, par la vigueur d’énergies physiques et morales qui vous rendent prêts et désireux de consacrer vos forces au progrès et à la défense de toute bonne cause. Notre prédilection, toutefois, se penche vers l’innocence sereine et souriante des petits, les derniers à venir en ce monde, en qui l’esprit de l’Evangile Nous fait reconnaître les premiers fortunés du Royaume de Dieu; en qui Nous apprécions l’ingénue candeur, l’éclat vif et pur des regards, reflet angélique de la limpidité de leurs âmes. Ils sont innocents, apparemment sans défense, mais dans le charme de leur ingénuité qui plaît à Dieu pas moins qu’aux hommes, ils cachent une arme dont ils savent déjà user, comme le jeune David maniait sa fronde: la tendre amie de la prière. En même temps, dans le carquois de leur volonté, fragile mais déjà libre, ils gardent une flèche merveilleuse, instrument sûr de leur future victoire: le sacrifice. 

  A cette exubérance d’âges différents, dans laquelle Nous Nous réjouissons de reconnaître les fidèles dépositaires des traditions chevaleresques, Nous n’en doutons pas, Nous en sommes même certain, le nouvel an sera bon et chrétiennement heureux. Car, malgré le voile obscur jeté sur lui par l’avenir, vous le recevez avec empressement des mains de la Providence, telle une enveloppe scellée renfermant un ordre de route pour de saintes et vertueuses luttes, que l’officier appelé à une mission de confiance reçoit de son chef pour ne l’ouvrir qu’en chemin. Dieu qui vous a permis de commencer ce nouvel an à Son service, vous dévoilera jour après jour Son secret; dans toute cette succession encore mystérieuse d’heures, de jours et de mois, rien n’arrivera, vous ne l’ignorez point, hors la volonté ou la permission du Père céleste, dont la Providence et le gouvernement du monde n’errent ni ne défaillent jamais dans l’accomplissement de Ses desseins.

 

                                                                                                 cet article continue…

 

  Extrait :  Noblesse et élites traditionnelles analogues dans les allocutions de Pie XII au Patriciat et à la Noblesse romaine

 

 

 

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email: Delivered by FeedBurner