Imprimer cet article Imprimer cet article Envoyez cet article par email à une personne de votre choix Envoyez cet article par email à une personne de votre choix

Chemin de Croix : Première Station – Jésus est condamné à mort

   Le juge qui a commis le crime professionnel le plus monstrueux de l’histoire n’y a pas été  entraîné par les débordements de quelque passion ardente.

  Ce n’est pas une haine idéologique qui l’a aveuglé, ni l’ambition de nouvelles richesses, ni le désir de plaire à quelque Salomé. Première Station – Jésus est condamné à mortCe qui l’a poussé à condamner le Juste, ce fut la crainte de perdre sa charge en paraissant peu zélé des prérogatives de César ; la peur de se créer des complications politiques, en déplaisant à la populace ; la peur instinctive de dire « non », de faire le contraire de ce qui est exigé par les autres, de s’opposer au milieu ambiant par des attitudes ou des opinions différentes de celles qui y règnent.

  Pourtant, Seigneur, Vous l’avez longuement fixé de ce regard qui, en un seul instant, a opéré la conversion de Pierre. Un regard où transparaissait votre suprême perfection morale, votre innocence infinie. Et il Vous a condamné.

  O mon Dieu, comme j’ai souvent imité Pilate !

  Combien de fois, pour l’amour de ma carrière, n’ai-je pas permis qu’en ma présence la doctrine catholique soit bafouée !

  Combien de fois me suis-je tu, quand j’aurais dû parler !

  Combien de fois n’ai-je pas assisté, les bras croisés, à la lutte et au martyre de ceux qui défendent votre Eglise !

  Et je n’ai même pas eu le courage de leur dire un mot de réconfort, à cause de l’abominable paresse où je suis de contrarier ceux qui m’entourent, de dire « non » à ceux qui constituent mon milieu, par crainte de passer pour « différent des autres ».

  Comme si Vous m’aviez créé, Seigneur, non pour Vous imiter, mais pour imiter servilement mes compagnons.

   En cet instant douloureux de votre condamnation, Vous avez souffert pour tous les lâches, pour tous les mous, pour tous les tièdes… pour moi, Seigneur. O mon Jésus, pardon et miséricorde.

  Par la force dont Vous m’avez donné l’exemple en bravant l’impopularité et en faisant face à la sentence du magistrat romain, guérissez en mon âme cette plaie de la mollesse !

 

 

   Ce chemin de Croix a éte composé par le professeur Plinio Corrêa de Oliveira (1908-1995), fondateur de la TFP au Brésil et inspirateur des outres TFP et associations de laïcs catholiques œuvrant en défense des principes de la civilisation chrétienne. Il a été publié dans le mensuel Catoliscismo en mars 1957.

 

 

 


  

S’ABONNER À TFP-FRANCE :  Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

Bookmark and Share
Tags: , , , , , , , ,
Imprimer cet article Imprimer cet article

Leave Comment