Imprimer cet article Imprimer cet article Envoyez cet article par email à une personne de votre choix Envoyez cet article par email à une personne de votre choix

Entrevue avec M. Antonio Borelli Machado, auteur d’un livre sur les apparitions de Fatima.

Question – En 1960, l’expectative que le 3e Secret allait être révélé atteint son apogée. Mais cette révélation n’eut pas lieu, ce qui provoqua une grande frustration. Seulement 40 ans après, à la fin du millénaire, le Saint-Siège le publie. Pendant la présentation, des journalistes posèrent des questions sur la raison de cette attente. Quelle est l’explication que donne alors le Cardinal Ratzinger qui préside la session ?

Dr ABM - 1  Lorsqu’est révélée cette partie du Secret, le 26 juin 2000, le Saint-Siège décide de le faire avec un important appareil publicitaire, à la charge de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Les journalistes accrédités auprès du Vatican sont invités. Un opuscule, Le Message de Fatima, contenant le texte du Secret est distribué aux personnes présentes.

  La session est présidée par le Cardinal Ratzinger avec la participation de Mgr Bertone, alors Secrétaire de la même Congrégation, et du directeur de la Salle de Presse du Saint-Siège, Navarro Vals. Des chaînes de TV de différentes parties du monde la retransmettent en direct. Après les exposés du Cardinal Ratzinger et de Mgr Bertone, le directeur de la Salle de Presse donne la parole aux journalistes présents.

  Trois questions portent justement sur les raisons qui amenèrent les papes à repousser la divulgation du 3e Secret de 40 ans après la date indiquée. La question la plus complète sur le sujet est celle de l’écrivain et vaticaniste Gian Franco Svidercoschi, qui fut vice-directeur de l’Osservatore Romano. Sa question, ici extraite de l’enregistrement vidéo, est la suivante :

« Éminence, permettez-moi de revenir sur le pourquoi de ce retard, de ce prolongement de la prudence de l’Église, de 1960 jusqu’à aujourd’hui. Vous avez en quelque sorte déjà répondu, en parlant justement de l’évolution de l’histoire. (…) Il y a aussi la description de Mgr Bertone des décisions diverses prises par les papes, une fois que changeaient les situations historico-politiques.

« Mais je vous pose la question : est-ce que l’Église n’a pas fini par payer un prix trop élevé pour ce long silence, ce long secret sur le Secret ? En fin de compte, la troisième partie du Secret ne contient-elle déjà pas la seconde partie, en y ajoutant l’évêque vêtu de blanc ? La troisième partie n’est-elle pas en fin de compte sinon, disons, le corollaire de ce qui est déjà dit dans les parties précédentes ? Ce martyr [décrit dans le troisième Secret] existait déjà en 1960.

« N’y a-t-il pas une façon différente de la part de l’Église, pas seulement en relation à Fatima, pour prendre position face aux révélations privées, qui n’affectent pas le dépôt de la foi, et donc on aurait pu éviter de provoquer toute cette série d’instrumentalisations et de scandales qu’il y eut précisément à cause de ce silence qui dura tant ? Merci. »

  À cette question, le cardinal Ratzinger répond sans hésiter :

« Certainement la décision des trois papes de ne pas publier le Secret, parce qu’également le Pape actuel [Jean-Paul II], en 1981 ne voulait pas le publier, était une décision non dogmatique, mais prudentielle. Et l’on peut toujours discuter sur la prudence d’une décision, si politiquement une autre prudence n’aurait pas été préférable.

« Par conséquent il ne faut pas dogmatiser cette attitude des papes. Cependant, considérant rétrospectivement, je dirais : certainement nous avons payé un prix pour les spéculations que nous avons eu ces dernières décennies. Mais, d’un autre côté, je pense qu’il était approprié d’attendre pour avoir une vision rétrospective.

« En 1960 nous étions au seuil du Concile, cette grande espérance de pouvoir atteindre une nouvelle relation positive entre le monde et l’Église, et aussi de pouvoir ouvrir un peu les portes fermées du communisme. De même encore au temps du pape Paul VI : nous étions encore, pour ainsi dire, dans la digestion du Concile, avec tant de problèmes, que ce texte [le troisième Secret] n’aurait pas eu son placement correct.

« De même, tout de suite après l’attentat : à ce moment-là sortir immédiatement ce texte n’aurait pas produit, il me semble, une compréhension suffisante. Je pense, sans dogmatiser cette décision, mais personnellement avec une sincère conviction, je pense qu’il était bien en fin de compte d’attendre un peu la fin du siècle pour avoir une vision plus globale et pouvoir comprendre mieux le vrai impératif et les vraies indications de cette vision ».

    Question Donc le cardinal Ratzinger reconnaît que la révélation du Secret en 1960, comme l’avait demandé la Sainte Vierge, perturberait des politiques très importantes que le Vatican avait en vues…  Quels sont ces objectifs qui se verraient empêchés par la révélation du 3e Secret à ce moment-là du XXe siècle ?Dr ABM

  ABM – Trois objectifs politiques et religieux de première importance marquèrent la vie de l’Église dans la deuxième moitié du XXe siècle, ils sont mentionnés successivement par le cardinal Ratzinger dans sa réponse :

  1. Le ralliement de l’Église avec le monde moderne « cette grande espérance de pouvoir atteindre une nouvelle relation positive entre le monde et l’Église ».
  2. L’Ostpolitik du Vatican, c’est-à-dire le ralliement de l’Église avec le communisme : l’espérance « d’ouvrir un peu les portes fermées du communisme ».
  3. L’implantation des directives du Concile qui visaient à promouvoir ce double ralliement et qui furent la cause « de tant de problèmes » et de « digestion » difficile des innovations conciliaires par le monde catholique.

 


cet article continue…

_Livre - 3

M. Antonio Borelli Machado, auteur du livre « Fatima, Message de Tragédie ou d’espérance ? », diffusé à plus de quatre millions huit cent mille exemplaires en dix-huit langues.

 

 

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

 

 

Bookmark and Share
Tags: , , , , , , , ,
Imprimer cet article Imprimer cet article

Leave Comment