Imprimer cet article Imprimer cet article Envoyez cet article par email à une personne de votre choix Envoyez cet article par email à une personne de votre choix

Crise de l’homme contemporain – Caractères de cette crise – Partie 2

  1. Elle est dominatrice

  Observés superficiellement, les événements actuels paraissent former un enchevêtrement aussi chaotique qu’inextricable et ils le sont vraiment sous de nombreux aspects.

  Mais dès lors qu’on considère tant de forces en délire sous l’angle de la grande crise que nous étudions, on peut discerner dans leur imbrication des résultantes profondément cohérentes et vigoureuses.

  Sous l’impulsion de ces forces égarées, les nations occidentales sont  en effet entraînées graduellement vers un état de choses qui prend la même configuration en chacune d’elles et qui se trouve diamétralement opposé à la civilisation chrétienne.

   Cette crise s’identifie ainsi à une reine servie par toutes les forces du chaos devenues ses instruments efficaces et dociles.

 

  1. Elle est un processus

   Cette crise n’est pas un fait spectaculaire et isolé. Elle constitue au contraire un processus de crises déjà cinq fois séculaire, un long système de causes et d’effets qui, né avec une grande intensité à un moment précis dans les zones les plus profondes de l’âme et de la culture de l’homme occidental, produit depuis le XVe siècle jusqu’à nos jours de successives convulsions.

   Les paroles de Pie XII à propos d’un subtil et mystérieux « ennemi » de l’Eglise s’appliquent particulièrement bien à ce processus:  

« On le rencontre partout et au milieu de tous; il sait être violent et rusé. Au cours de ces derniers siècles il a essayé d’opérer la dégradation intellectuelle, morale, sociale, de l’unité dans l’organisme mystérieux du Christ. Il a voulu la nature sans la grâce, la raison sans la foi, la liberté sans l’autorité et, parfois, l’autorité sans la liberté.

« C’est un « ennemi » qui s’est fait de plus en plus concret, dont le manque de scrupules étonne encore: le Christ oui, l’Eglise non! Ensuite: Dieu oui, le Christ non! Finalement le cri impie: Dieu est mort; et même, Dieu n’a jamais existé. Et voici, maintenant, la tentative d’édifier la structure du monde sur des bases que Nous n’hésitons pas à indiquer comme les principales responsables de la menace qui pèse sur l’humanité: une économie sans Dieu, un droit sans Dieu, une politique sans Dieu » (4).

   Ce processus ne doit pas être regardé comme une succession toute fortuite de causes et d’effets qui se seraient succédés de manière inopinée. Cette crise possédait déjà à ses débuts les énergies nécessaires pour transformer en actes toutes ses potentialités, et elle les conserve de nos jours suffisamment vives pour provoquer, au moyen de suprêmes convulsions, les destructions ultimes qui représentent son terme logique.

  Bien qu’elle soit influencée et induite dans des directions multiples par des facteurs extrinsèques de tous ordres – culturels, sociaux, économiques, ethniques, géographiques et autres – et qu’elle suive parfois des voies fort tortueuses, cette crise poursuit sans relâche son chemin vers sa fin tragique.

 

 


(4) Allocution à l’Union des hommes de l’Action catholique italienne du 12 octobre 1952,
« Discorsi e Radiomessaggi », vol. XIV, p. 359.

 

cet article continue…

 (cliquez ici pour lire la première partie de l’article )

 

Extrait  :  « Révolution et Contre-révolution » – Chapitre III – Caractères de cette crise

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

 

Tags: , , , , , ,
Imprimer cet article Imprimer cet article

Leave Comment