Imprimer cet article Imprimer cet article Envoyez cet article par email à une personne de votre choix Envoyez cet article par email à une personne de votre choix

« Où trouvons-nous dans la Bible que Marie ait été conçue sans péché ? »

Apologétique

Réponse à un contradicteur

J’aime bien les objections. Surtout lorsqu’elles sont exprimées de façon courtoise. C’est le cas de votre lettre, postée à Cognac, qui est arrivée sur mon bureau. Elle est remplie d’objections et de critiques sur la dévotion envers la Sainte Vierge. Elle contient aussi quelques citations de la Bible, mises les unes à la suite des autres.

Je n’ai pas du tout l’espoir de vous convertir, c’est Dieu seul qui agit dans les âmes. La foi est un don gratuit de Dieu. Mais elle n’est nullement un mouvement aveugle de l’esprit. Il y a des arguments logiques qui prouvent que la foi est conforme à la raison.

Parmi les nombreuses questions que vous soulevez, je vais en aborder une seule dans cet article. Les autres viendront ensuite. Il s’agit du dogme de l’Immaculée Conception, c’est à dire du fait que la Très Sainte Vierge ait été préservée du péché originel dès sa conception. (On voit souvent des personnes confondre ce dogme avec la conception virginale de Jésus, dans le sein de Marie, par l’action du Saint-Esprit ; ce n’est pas votre cas, je dis cela pour mes lecteurs).

Pourquoi une telle hostilité envers Marie ?

Il est toujours surprenant de constater que des non-catholiques qui affirment être disciples de Jésus semblent avoir une rancœur envers sa Mère ! Lorsqu’ils n’ont pas une hostilité ouverte, ils semblent considérer que Jésus ne portait pas vraiment d’attention à sa Mère, ou qu’Il la traitait comme une personne quelconque. Pour eux, le meilleur des Fils n’aurait pas eu pour sa Mère toute l’affection, la tendresse, le respect et l’amour que tous les enfants doivent à leur mère ? N’aurait-Il pas porté cet amour filial à un degré de perfection inimaginable ? Comment, vous qui prétendez être un de ses disciples, pouvez-vous craindre de Lui déplaire en l’imitant sur ce point ? Imaginez que vous disiez à votre meilleur ami, qui aime tendrement sa mère : « tu es mon ami mais ta mère m’agace et je ne veux ni la voir ni en entendre parler ». Votre ami se sentirait-il honoré du dédain que vous professeriez pour sa mère, ou bien pourrait-il s’en offenser ?

C’est pour moi un mystère que l’on puisse se dire chrétien et être froid envers la Sainte Vierge. Comme vous ne donnez aucune citation de la Bible qui recommande ce dédain envers la Sainte Vierge, j’ignore quelle peut être votre raison.

Marie est pleine de grâce avant même de devenir la Mère de Dieu

— « Où trouvons-nous dans la Bible que Marie ait été conçue sans péché ? » me demandez-vous.

Vous n’avez pas dû bien lire cette Bible dont vous parlez tant, ou alors vous l’avez fait en ne vous fondant que sur votre opinion personnelle, relative et changeante, et non pas sur la doctrine infaillible de l’Église (Oui, il est écrit aussi dans la Bible que l’Église est infaillible). A moins que vous n’utilisiez une version altérée de la Bible.

C’est pourtant simple, c’est dans l’évangile de saint Luc, chapitre I, verset 28 : « L’ange étant entré auprès d’elle, lui dit : “Je vous salue, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes” ».

Celle qui a trouvé grâce aux yeux de Dieu, n’est-Elle pas digne de votre admiration ?

L’ange Gabriel, envoyé de Dieu pour délivrer le message de l’Incarnation et solliciter l’accord de Marie, lui affirme qu’elle est « pleine de grâce ». Le propre de ce qui est plein, c’est de ne plus pouvoir contenir autre chose. L’ange fait cette affirmation, de la part de Dieu, avant même que Marie n’accepte de devenir la Mère de Dieu. Avant même de concevoir Jésus par l’action de l’Esprit-Saint, Marie est totalement remplie de la grâce de Dieu. Qu’est-ce que la grâce ? C’est une participation à la vie de Dieu. Marie, avant même de devenir Mère de Dieu, participe pleinement de la vie de Dieu, autant qu’il est possible à une créature humaine. Si la participation à la vie de Dieu la remplit pleinement, il n’y a aucune place pour le péché. On peut donc déduire logiquement la conception immaculée de Marie de cette phrase de l’Évangile.

Deux versets plus loin, l’ange affirme : « Ne craignez pas Marie, car vous avez trouvé grâce devant Dieu » ; seriez-vous plus sévère que Dieu ? Celle qui a trouvé grâce aux yeux de Dieu, ne vous semble-t-elle pas digne au moins d’admiration ?

Comment s’imaginer que pour l’Incarnation de Son Fils unique, pour le choix de Sa propre Mère, Dieu – qui en a le pouvoir – n’ait pas voulu, par avance, la rendre la plus digne possible ?

C’est l’incomparable saint Bernard, le dernier des Pères de l’Église qui affirme : « Pour devenir homme, l’Artisan des hommes, qui allait naître de l’humanité, a dû se choisir, ou mieux, se créer, entre toutes les femmes, une mère telle qu’il la savait digne de lui et capable de lui plaire (…) afin de naître sans tache d’une mère sans tache, lui qui venait laver les taches de tous. » (Homélie II, 1).

L’Église affirme donc que  la Sainte Vierge a été conçue sans péché. C’est ce que confesse le dogme de l’Immaculée Conception, proclamé en 1854 par le Pape Pie IX : « La Bienheureuse Vierge Marie a été, au premier instant de sa conception, par une grâce et une faveur singulière du Dieu Tout-Puissant, en vue des mérites de Jésus-Christ Sauveur du genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel ».

Sa Saintete Le Pape Pie IX

« Scrute les écritures »

Je laisse encore la parole à saint Bernard, qui semble déjà répondre, huit siècles à l’avance, à vos objections : « Elle n’a pas été découverte tout à coup ni par hasard, mais choisie de toute éternité, connue par avance du Très-Haut et préparée pour Lui, gardée par les anges, désignée d’avance par les Patriarches, promise par les Prophètes. “Scrute les écritures” et constate ce que je dis. Veux-tu que, moi aussi, j’apporte ici quelques-uns de leurs témoignages ? Pour n’en prendre que quelques-uns dans un grand nombre, quand Dieu dit au serpent : “J’établirai une inimitié entre toi et la femme” (Gen. 3, 14-15), qui d’autre te semble-t-il avoir prédit ? Et si tu hésites encore, pensant que ce n’est pas de Marie qu’il a parlé, écoute la suite : “Elle t’écrasera la tête”. A qui cette victoire fut-elle réservée, sinon à Marie ? »

Saint Bernard continue, sur de nombreuses pages, à décrypter chaque passage de l’Écriture où Marie est préfigurée et annoncée. Je vous recommande beaucoup la lecture de saint Bernard. Tout ce qu’il dit est truffé de citations de la Bible. A tel point que l’on a pu dire de lui qu’il  parle « Bible » (Vous pouvez lire « A la louange de la Vierge Mère », Bernard de Clairvaux, éditions du Cerf). Une autre fois je vous parlerai de saint Louis- Grignion de Montfort et de son magnifique Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge. Et j’aborderai les raisons logiques  et rationnelles pour lesquelles on doit passer par Marie pour arriver sûrement à Jésus.

 

PHOTO : Cette statue de la Vierge Marie a été sculptée au Portugal dans la première moitié du XVI° siècle. Elle est vénérée sous l’invocation de l’Immaculée Conception à Salvador de Bahia, au Brésil 

Texte publié au Bulletin “La France a besoin de la Sainte Vierge” –  décembre 2003

 

S’abonner à TFP-France Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

Bookmark and Share
Tags: , , , , , , ,
Imprimer cet article Imprimer cet article