Imprimer cet article Imprimer cet article Envoyez cet article par email à une personne de votre choix Envoyez cet article par email à une personne de votre choix

Chemin de Croix : Douzième station – Jésus meurt sur la Croix

Voici enfin le sommet de toutes les douleurs.

C’est un sommet si élevé, qu’il se perd dans les nuages du mystère. Les souffrances physiques ont atteint  leur extrémité. Les souffrances morales sont à leur apogée.
Un autre tourment devait mettre un comble à cette inexprimable douleur:

« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi M’avez-Vous abandonné ? »

D’une façon mystérieuse, le Verbe incarné lui-même a souffert la torture spirituelle de l’abandon où l’âme ne reçoit plus aucune consolation de Dieu. Cette souffrance spirituelle fut telle que Celui dont les Evangélistes n’ont relevé aucune plainte sur Lui-même, proféra ce cri lancinant :

« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi M’avez-Vous abandonné ? »

Oui, pourquoi ?
Pourquoi, s’il était l’innocence même ? Abandon terrible suivi de la mort et du bouleversement de toute la nature.
Le soleil se voila, le ciel perdit sa splendeur, la terre trembla, le rideau du Temple se déchira, la désolation couvrit tout l’univers.

 Pourquoi ? Pour racheter l’homme. Pour détruire le péché. Pour ouvrir les portes du Ciel. Le sommet de la souffrance fut l’apogée de la victoire. La mort était morte. La Terre purifiée était I comme un grand domaine défriché sur lequel puisse se construire l’Eglise.

Tout cela fut donc pour sauver. Sauver les hommes. Sauver l’homme que je suis. Mon salut a coûté ce prix-là.

Je ne marchanderai plus aucun sacrifice pour m’assurer un salut si précieux. Par l’eau et le sang qui ont coulé de votre divin côté, par la plaie de voire Cœur, par les douleurs de la Très Sainte Vierge Marie, ô Jésus, donnez-moi la force de me détacher des personnes et des choses qui puissent m’éloigner de Vous.

Que meurent aujourd’hui, cloués sur la Croix, toutes les amitiés, toutes les affections, toutes les ambitions, tous les plaisirs qui me séparaient de Vous.

Ce chemin de Croix a éte composé par le professeur Plinio Corrêa de Oliveira (1908-1995), fondateur de la TFP au Brésil et inspirateur des outres TFP et associations de laïcs catholiques œuvrant en défense des principes de la civilisation chrétienne. Il a été publié dans le mensuel Catoliscismo en mars 1957 et a reçu l’imprimatur de l’évêque de Campos, le 2 janvier 1959.

 

Fond musical : chœur de la TFP brésilienne, enregistrement de 1968 –    Narrateur : Patrice Dehent

 

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

Bookmark and Share
Tags: , , , , ,
Imprimer cet article Imprimer cet article

Leave Comment