- tfp-france.org - http://tfp-france.org -

Chemin de Croix : Onzième station – Jésus est cloué sur la Croix

L’impiété a choisi pour vous, ô mon Seigneur, le pire des derniers tourments. Le pire, oui, car c’est celui qui fait mourir lentement, celui qui produit les souffrances les plus grandes, celui qui était le plus  infamant parce que réservé aux criminels les plus abjects.

Tout fut machiné par l’enfer pour Vous faire souffrir, et dans votre Ame, et dans votre Corps. Cette haine immense ne contient-elle pas quelque leçon pour moi ? Hélas, je ne la comprendrai jamais assez si je ne deviens pas un saint. Entre Vous et le démon, entre le bien et le mal, entre la vérité et l’erreur, i l y a une haine profonde, irréconciliable, éternelle.

Les ténèbres haïssent la lumière, les fils des ténèbres haïssent les fils de la lumière, la lutte entre les uns et les autres durera jusqu’à la consommation des siècles et il n’y aura jamais de paix entre la descendance de la Femme et celle du Serpent…

Pour comprendre l’étendue incalculable, l’immensité de cette haine, que l’on contemple tout ce qu’elle a osé faire. C’est le Fils de Dieu qui est là, transformé, selon les mots de 1 ‘ Ecriture, en un lépreux en qui ne subsiste rien de sain, en un être qui se tord comme un vers sous l’effet de la douleur, détesté, abandonné, cloué sur une croix entre deux vulgaires larrons. Le Fils de Dieu: quelle grandeur infinie, inimaginable, absolue est contenue dans ces paroles ! Voilà cependant ce que la haine a osé contre le Fils de Dieu !

Toute l’histoire du monde, toute l’histoire de l’Eglise n’est pas autre chose que cette lutte inexorable entre ceux qui sont de Dieu et ceux qui sont du démon, entre ceux qui sont de la Vierge et ceux qui sont du Serpent. Lutte dans laquelle il n’y a pas seulement un malentendu de l’intelligence, pas seulement de la faiblesse, mais aussi de la méchanceté, de la méchanceté délibérée, coupable, peccamineuse, chez les armées angéliques et humaines qui suivent Satan.

Voilà ce qui doit être dit, commenté, remémoré, souligné, proclamé et encore une fois rappelé au pied de la Croix. Car nous sommes ainsi faits et le libéralisme nous a à ce point déformés que nous sommes toujours enclins à oublier cet aspect indissociable de la Passion.

La Vierge des vierges, la Mère des douleurs, le savait bien, Elle qui participait à la Passion au côté de son Fils. L’apôtre vierge le savait bien, lui qui au pied de la Croix reçut Marie pour Mère et obtint ainsi l’héritage le plus considérable qu’il fût jamais donné à un homme de recevoir. Car Dieu réserve certaines vérités aux purs et les refuse aux impurs.

O ma Mère, en ce moment où même le bon larron a mérité le pardon, demandez à Jésus de me pardonner tout l’aveuglement avec lequel j’ai considéré l’œuvre des ténèbres qui se trame autour de moi.

 

Ce chemin de Croix a éte composé par le professeur Plinio Corrêa de Oliveira (1908-1995), fondateur de la TFP au Brésil et inspirateur des outres TFP et associations de laïcs catholiques œuvrant en défense des principes de la civilisation chrétienne. Il a été publié dans le mensuel Catoliscismo en mars 1957 et a reçu l’imprimatur de l’évêque de Campos, le 2 janvier 1959.

 

Fond musical : chœur de la TFP brésilienne, enregistrement de 1968 –    Narrateur : Patrice Dehent

 

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner