Imprimer cet article Imprimer cet article Envoyez cet article par email à une personne de votre choix Envoyez cet article par email à une personne de votre choix

Chemin de Croix : Troisième station – Jésus tombe pour la première fois

  Comment, Seigneur ! Ne Vous était-il pas permis d’abandonner alors votre Croix ?

  Puisque Vous l’aviez portée jusqu’à l’épuisement de toutes vos forces, jusqu’à ce que le poids insupportable de cette poutre Vous ai jeté à terre, n’était-ce pas la preuve qu’il Vous était impossible de continuer ?

  Votre devoir était accompli. Que les Anges du Ciel se chargent alors pour Vous de la Croix. Vous aviez souffert dans toute la mesure du possible.

  Qu’aviez-Vous de plus à donner ?

  Toutefois, Vous avez agi  autrement et donné à ma lâcheté une grande leçon. A bout de forces, Vous n’avez pas renoncé au fardeau, mais demandé de nouvelles forces pour porter la Croix de nouveau. Vous les avez obtenues.

  Elle est difficile aujourd’hui, la vie du Chrétien. Obligé à lutter sans trêve contre lui-même pour marcher dans la voie des Commandements, il paraît une exception extravagante dans un monde qui étale sa joie de vivre dans la luxure et l’opulence.

  Elle nous pèse sur les épaules, la croix de la fidélité à votre Loi, Seigneur.

 Parfois, le souffle semble nous manquer.

  Dans ces moments d’épreuve, nous nous créons des sophismes.
Nous avons déjà fait tout notre possible.  Après tout, la  force de l’homme est si limitée ! Dieu tiendra compte de tout cela…
  Laissons tomber la croix sur le bord du chemin et sombrons doucement dans la vie du plaisir.

  Ah, combien de croix abandonnées au bord de nos chemins, et même, qui sait, au bord de mes chemins !

  Donnez-moi, ô Jésus, la grâce de rester embrassé à ma croix, même si je dois défaillir sous son poids. Donnez-moi la grâce de me relever chaque fois que je serai tombé. Donnez-moi, Seigneur,  la grâce suprême de ne jamais sortir du chemin que je dois suivre pour arriver en haut de mon propre calvaire.

Ce chemin de Croix a éte composé par le professeur Plinio Corrêa de Oliveira (1908-1995), fondateur de la TFP au Brésil et inspirateur des outres TFP et associations de laïcs catholiques œuvrant en défense des principes de la civilisation chrétienne. Il a été publié dans le mensuel Catoliscismo en mars 1957.

 

 

Fond musical : chœur de la TFP brésilienne, enregistrement de 1968 –    Narrateur : Patrice Dehent

 

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

Bookmark and Share
Tags: , , , , ,
Imprimer cet article Imprimer cet article

Leave Comment