tfp-france.org http://tfp-france.org Sat, 22 Sep 2018 11:26:12 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.7.11 Ouvrières sortant de la Maison Paquin http://tfp-france.org/24609/ouvrieres-sortant-de-la-maison-paquin http://tfp-france.org/24609/ouvrieres-sortant-de-la-maison-paquin#comments Sat, 22 Sep 2018 10:09:14 +0000 http://tfp-france.org/?p=24609 Ouvrières sortant de la Maison Paquin - detail 2

 

  En fin d’après-midi, les couturières de la maison de mode Paquin rentrent chez elles.

  Élégantes dans leurs longues robes, coiffées de chapeaux, on pourrait penser qu’il s’agit de la dispersion d’une réunion de clientes aisées.
 Mais non, c’est la sortie des ouvrières.Ouvrières sortant de la Maison Paquin - detail 1

  Un fiacre attend l’une d’entre elles qui dit au revoir à une collègue de travail ; d’autres partent en bavardant.

  Que ce soit dans leur métier ou dans leur vie quotidienne, on retrouve des caractéristiques identiques : le bon goût et la recherche des accessoires, le refus du laisser-aller et du vulgaire ; l’admiration du beau, du supérieur, et même du luxe adapté à sa situation, ce superflus si nécessaire.
  Il en résulte des relations sociales civilisées où règnent la politesse et la courtoisie. 

    Le ciel de Paris se teinte de rose. C’est la Belle-Époque.

[cliquez sur l’image pour agrandir]

Ouvrières sortant de la Maison Paquin

 

 

          Ouvrières sortant de la Maison Paquin, rue de la Paix, vers 1900                                                                                                             – Jean Béraud (1849-1935)               

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

 

 

]]>
http://tfp-france.org/24609/ouvrieres-sortant-de-la-maison-paquin/feed 1
Dix-neuf septembre – fête de Notre Dame de la Salette http://tfp-france.org/10706/dix-neuf-septembre-fete-de-notre-dame-de-la-salette http://tfp-france.org/10706/dix-neuf-septembre-fete-de-notre-dame-de-la-salette#respond Wed, 19 Sep 2018 08:09:52 +0000 http://tfp-france.org/?p=10706    « […] Pour un temps, Dieu ne se souviendra plus de la France ni de l’Italie parce que l’Évangile de Jésus-Christ n’est plus connu. Les méchants déploieront toute leur malice; on se tuera, on se massacrera mutuellement jusque dans les maisons.

   « Au premier coup de son épée foudroyante, les montagnes et la nature entière trembleront d’épouvante parce que les désordres et les crimes des hommes percent la voûte des cieux. Paris sera brûlé et Marseille englouti; plusieurs grandes villes seront ébranlées et englouties par des tremblements de terre; on croira que tout est perdu; on ne verra qu’homicides, on n’entendra que bruits d’armes et que blasphèmes. »

   « Les justes souffriront beaucoup; leurs prières, leur pénitence et leurs larmes monteront jusqu’au Ciel, et tout le peuple de Dieu demandera par­don et miséricorde, et demandera mon aide et mon intercession.

   « Alors Jésus-Christ, par un acte de sa justice et de sa grande miséricorde pour les justes, commandera à ses Anges que tous ses ennemis soient mis à mort. Tout à coup, les persécuteurs de l’Église de Jésus-Christ et tous les hommes adonnés au péché périront et la terre deviendra comme un désert.

   « Alors se fera la paix, la réconciliation de Dieu avec les hommes; Jésus-Christ sera servi, adoré et glorifié ; la charité fleurira partout. Les nouveaux rois seront le bras droit de la sainte Église, qui sera forte, humble, pieuse, pauvre, zélée et imitatrice des vertus de Jésus-Christ. L’Évangile sera prêché partout, et les hommes feront de grands progrès dans la foi, parce qu’il y aura unité parmi les ouvriers de Jésus-Christ et que les hommes vivront dans la crainte de Dieu. »


    « J’adresse un pressant appel à la terre; j’appelle les vrais disciples du Dieu vivant et régnant dans les Cieux; j’appelle les vrais imitateurs du Christ fait homme, le seul et vrai Sauveur des hommes; j’appelle mes enfants, mes vrais dévots, ceux qui se sont donnés à moi pour que je les conduise à mon divin Fils, ceux que je porte pour ainsi dire dans mes bras, ceux qui ont vécu de mon esprit enfin j’appelle les apôtres des derniers temps, les fidèles disciples de Jésus-Christ qui ont vécu dans un mépris du monde et d’eux-mêmes, dans la pauvreté et dans l’humilité, dans le mépris et dans le silence, dans l’oraison, et la mortification, dans la chasteté et l’union avec Dieu, dans la souffrance et inconnus du monde. Il est temps qu’ils sortent et viennent éclairer la terre.

   « Allez et montrez-vous comme mes enfants chéris ; je suis avec vous et en vous, pourvu que votre foi soit la lumière qui vous éclaire dans ces jours de malheurs. Que votre zèle vous rende comme des affamés pour la gloire et l’honneur de Jésus-Christ. »

 

 

Extraits du Secret – VIDÉO EN ANGLAIS

 

Pour en savoir plus – L’apparition de La Salette et ses prophéties

 

               Extraits du  LA SALETTE AND ITS PROPHECIES ,  par Luis Eduardo Dufaur   

 

  

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

]]>
http://tfp-france.org/10706/dix-neuf-septembre-fete-de-notre-dame-de-la-salette/feed 0
Le Sillon http://tfp-france.org/18158/le-sillon http://tfp-france.org/18158/le-sillon#respond Sat, 15 Sep 2018 10:09:03 +0000 http://tfp-france.org/?p=18158 Le laboureur regarde le premier sillon 

 Le laboureur regarde le premier sillon qu’il vient de tracer dans la  lumière fraîche et transparente du matin.

 La terre  rocailleuse s’est ouverte sous l’effort   des bœufs conduits par l’homme.

  L’acceptation tranquille de sa condition guide cette âme droite.

 Il ressent une fierté légitime du travail accompli et aime les fruits qu’il en retire.

 

  Il sait qu’il est sur terre pour mériter son Ciel, après avoir mené toute une vie sous le regard de Dieu.

Le Sillon                                                                                                                [cliquez sur l’image pour agrandir]

 

 

                                              Le Sillon        Edouard Debat-Ponsan, 1897    

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

 

]]>
http://tfp-france.org/18158/le-sillon/feed 0
Crise de l’homme contemporain – Caractères de cette crise – Partie 5 http://tfp-france.org/29703/crise-de-lhomme-contemporain-caracteres-de-cette-crise-partie-5 http://tfp-france.org/29703/crise-de-lhomme-contemporain-caracteres-de-cette-crise-partie-5#respond Tue, 11 Sep 2018 17:09:56 +0000 http://tfp-france.org/?p=29703 E – Monarchie, république et religion

   Afin d’éviter toute ambiguïté, il convient de souligner l’idée suivante: cet exposé n’affirme aucunement que la république soit un régime politique nécessairement révolutionnaire. A propos des diverses formes de gouvernement, Léon XIII exposa clairement que « chacune d’elles est bonne, pourvu qu’elle sache marcher droit à sa fin, c’est-à-dire le bien commun, pour lequel l’autorité sociale est constituée » (6).

  Nous qualifions de révolutionnaire, cela oui, l’hostilité de principe contre la monarchie et l’aristocratie accusées d’être des formes essentiellement incompatibles avec la dignité humaine et l’ordre normal des choses. C’est l’erreur condamnée par saint Pie X dans la Lettre apostolique « Notre Charge Apostolique », du 25 août 1910. Le grand et saint pontife y censure la thèse du Sillon selon laquelle « la démocratie seule inaugurera le règne de la parfaite justice »; et il s’écrie: « N’est-ce pas une injure faite aux autres formes de gouvernement qu’on ravale, de la sorte, au rang de gouvernement de pis-aller impuissants? » (7).

  Or, sans cette erreur, ancrée dans le processus dont il s’agit ici, on ne peut expliquer complètement que la monarchie, qualifiée par le pape Pie VI comme étant en thèse la meilleure forme de gouvernement – « praestantioris monarchici regiminis forma » (8) – ait été l’objet, aux XIXe et XXe siècles, d’un mouvement mondial d’hostilité qui renversa les trônes et les dynasties les plus vénérables. La production en série de républiques aux quatre coins du monde est, à notre avis, un fruit typique de la Révolution, et l’un de ses aspects capitaux.

   L’on ne peut taxer de révolutionnaire celui qui, pour des raisons concrètes et locales – les droits de l’autorité légitime étant sauvegardés -, préfère pour sa patrie la démocratie à l’aristocratie ou la monarchie; mais on tiendra pour révolutionnaire celui qui, entraîné par l’esprit égalitaire de la Révolution, hait l’aristocratie ou la monarchie dans leur principe et les qualifie d’essentiellement injustes ou inhumaines.

 De cette haine anti-monarchique et anti-aristocratique naissent les démocraties démagogiques, qui combattent la tradition, persécutent les élites, dégradent le bon ton général et créent une ambiance de vulgarité qui constitue pour ainsi dire la note dominante de la culture et de la civilisation… pour autant que les concepts de civilisation et de culture puissent s’appliquer en de telles conditions.

  Quelle différence entre cette démocratie révolutionnaire et la démocratie décrite par Pie XII:

  « Selon le témoignage de l’Histoire », dit-il, « là où règne une véritable démocratie la vie du peuple est comme imprégnée de saintes traditions, qu’il est illicite de détruire. Les représentants de ces traditions sont avant tout les classes dirigeantes, en d’autres termes les groupes d’hommes et de femmes ou les associations qui donnent, comme on a coutume de le dire, le ton au village et à la ville, à la région et au pays tout entier. 

  « De là provient chez tous les peuples civilisés l’existence et l’influence d’institutions éminemment aristocratiques, au sens le plus élevé du terme, comme le sont plusieurs académies de grande et légitime renommée. La noblesse elle-aussi est de ce nombre » (9).

  L’esprit de la démocratie révolutionnaire est ainsi bien différent de celui que doit animer une démocratie conforme à la doctrine de l’Eglise.

 


Notes :

(6) Encyclique « Au Milieu des Sollicitudes », du 16 février 1892, Bonne Presse, Paris, vol. III, p. 116.
(7) A.A.S., vol. II, p. 618.
(8) Allocution au consistoire du 17/6/1793, Les enseignements pontificaux – La paix intérieure des nations – par les moines de Solesmes, Desclée & cie, p. 8.
(9): Allocution au Patriciat et à la Noblesse romaine du 16 janvier 1946, Discorsi e Radiomessaggi, vol. VII, p. 340.

 


(5) Cf. Sainte-Beuve, « Etude des lundis – XVIIe siècle – Saint François de Sales », Librairie Garnier, Paris, 1928, p. 364.

 

 

cet article continue…

 Lire aussi : 

   Crise de l’homme contemporain – Caractères de cette crise – 

       – Partie 2        – Partie 3          – Partie 4

 

Extrait  :  « Révolution et Contre-révolution » – Chapitre III – Caractères de cette crise

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

 

]]>
http://tfp-france.org/29703/crise-de-lhomme-contemporain-caracteres-de-cette-crise-partie-5/feed 0
La Nativité de la Bienheureuse Vierge Marie http://tfp-france.org/18924/la-nativite-de-la-bienheureuse-vierge-marie http://tfp-france.org/18924/la-nativite-de-la-bienheureuse-vierge-marie#respond Sat, 08 Sep 2018 10:20:47 +0000 http://tfp-france.org/?p=18924   Venez, toutes les nations ; venez, hommes de toute race, de toute langue, de tout âge, de toute dignité.   Avec allégresse, fêtons la nativité de l’allégresse du monde entier !

Andrea di Bartolo - THE_NATIVITY OF THE VIRGIN

   Si même les païens honorent l’anniversaire de leur roi…, que devrions-nous faire, nous, pour honorer celui de la Mère de Dieu, par qui toute l’humanité a été transformée, par qui la peine d’Eve, notre première mère, a été changée en joie ?

 Eve, en effet, a entendu la sentence de Dieu :

« Tu enfanteras dans la peine » ¹ ;

 et Marie : « Réjouis-toi, toi qui es pleine de grâce… Le Seigneur est avec toi » ².  

   Que toute la création soit en fête et chante le saint enfantement d’une sainte femme, car elle a mis au monde un trésor impérissable.

    Par elle, la Parole créatrice de Dieu s’est unie à la création entière, et nous fêtons la fin de la stérilité humaine, la fin de l’infirmité qui nous empêchait de posséder le bien.

  La nature a cédé le pas à la grâce.   Comme la Vierge Mère de Dieu devait naître d’Anne, la stérile, la nature est restée sans fruit jusqu’à ce que la grâce ait porté le sien. Il fallait qu’elle ouvre le sein de sa mère, celle qui allait enfanter « le Premier-né de toute créature », en qui « tout subsiste » ³ .  

  Joachim et Anne, couple bienheureux ! Toute la création vous est redevable ; par vous, elle a offert au Créateur le meilleur de ses dons : une mère digne de vénération, la seule mère digne de celui qui l’a créée.

jean damascene - cover

 

Homélie de Saint Jean Damascène, théologien, docteur de l’Église
         Tableau – La Nativité de la Vierge – Andrea di Bartolo

 


1 – (Gn 3,16)
2 – (Lc 1,28)
3 – (Col 1,15.17)

 

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

 

]]>
http://tfp-france.org/18924/la-nativite-de-la-bienheureuse-vierge-marie/feed 0
Bienheureux Martyrs de septembre 1792 http://tfp-france.org/18843/bienheureux-martyrs-de-septembre-1792 http://tfp-france.org/18843/bienheureux-martyrs-de-septembre-1792#comments Tue, 04 Sep 2018 17:09:44 +0000 http://tfp-france.org/?p=18843   Après la chute de la Monarchie le 10 août 1792, la fièvre monte à Paris. De nombreux suspects sont arrêtés : laïcs, prêtes séculiers, religieux, souvent réputés réfractaires, même si ce n’est pas le cas de tous.Les_septembriseurs - detail
 Environ 350 ecclésiastiques sont ainsi incarcérés, dont plus de la moitié étrangers à la capitale.
  Entre le 2 et le 5 septembre, des bandes armées d’hommes et de femmes envahissent les prisons parisiennes pour se livrer à l’exécution collective des détenus au couvent des Carmes, à l’abbaye de Saint-Germain, au séminaire Saint-Firmin, aux prisons de la Force, rue Saint-Antoine.
  Le couvent des Carmes, avec son très vaste enclos, est le premier et le plus symbolique théâtre des tueries. Au témoignage de l’abbé Saurin, jésuite rescapé, le contraste est saisissant entre la sérénité qui règne au-dedans, parmi les ecclésiastiques prisonniers, groupés autour de trois évêques, et, au dehors, le hurlement de la foule, les canonnades, les roulements de tambour, et finalement, le 2, vers quatre heures du soir, le tocsin de Saint-Sulpice qui donne le signal aux émeutiers.
  La tuerie qui a commencé dans le jardin s’achève, après un simulacre de jugement, au pied du petit escalier faisant communiquer la chapelle, où les prisonniers ont d’abord reflué et se sont mutuellement donné l’absolution, et le jardin.
  « Je n’ai entendu se plaindre aucun de ceux que j’ai vu massacrés » écrira l’abbé de la Pannonie, blessé et rescapé de la tragédie des Carmes.

  Parmi les 3 000 victimes de septembre 1792, 191 personnes mortes pour leur foi ont été béatifiées par Pie XI le 17 octobre 1926. Quatre-vingt-six prêtres étaient membres du clergé parisien. Les quatre laïcs et de nombreux religieux béatifiés appartenaient aussi à l’Église de Paris.

Photos 1

Décret du Saint Siège concernant le martyre des victimes des massacres de septembre 1792 à Paris.

C_o_a_Pio_XI.svg

                          Rome 1er Octobre 1926,
           Fête de saint Rémy, Évêque de Reims.  

  On ne pourra jamais assez déplorer ce noir et misérable fléau qui, à la fin du XVIIIe siècle, caché sous le nom mensonger de philosophie, avait perverti les esprits et corrompu les mœurs, et rempli avant tout la France de meurtres et de ruines.

  L’âme est émue d’horreur au souvenir des inexprimables spectacles de cruauté et de barbarie qu’exhibèrent, pendant la révolution française, des hommes impies et scélérats, à peine dignes de ce nom d’hommes : les temples sacrés dépeuplés, les signes sacrés de la religion catholique violés, des évêques, des prêtres, de pieux laïcs immolés arbitrairement, pour avoir refusé de prononcer une formule de serment décrétée par la puissance laïque et ouvertement opposée aux droits de l’Église, à la liberté de la conscience, ou pour s’être montrés moins bienveillants envers ces nouvelles institutions politiques.

  Parmi tant de prêtres illustres et de chrétiens remarquables, qui durant cette noire tempête furent livrés à la mort, brille certes au premier rang cette insigne légion d’hommes, qui, à Paris, au mois de septembre 1792 furent immolés avec une souveraine injustice et une infâme barbarie.

  Deux-cent-treize d’entre eux ont paru digne d’être décorés comme de courageux soldats du Christ de l’honneur que l’Église a l’habitude de décerner à ses Martyrs, et la cause de leur martyre a été déférée au Siège Apostolique.

  Leur mort fut exécutée au lieu même où ils étaient gardés prisonniers, c’est-à-dire au Couvent des Carmes pour cent-dix dont les noms suivent fidèlement transcrits, soixante-dix-sept furent massacrés au Séminaire Saint-Firmin, vingt-trois serviteurs de Dieu parmi les prisonniers écroués à la prison de l’Abbaye Saint-Germain, trois également dans la prison appelée La Force.

  Les listes judiciaires établies et examinées devant le tribunal ecclésiastique de Paris par l’Autorité de l’Ordinaire et par celle du Siège Apostolique, sur le martyre et la cause du martyre, et les signes ou miracles, et leur forme légitime approuvée, une Congrégation Antépréparatoire fut tenue dans la demeure du Révérendissime Cardinal Vincent Vannutelli, Ponent de la Cause, le 23 octobre 1923 : il y fut traité du martyre, de la cause du martyre et des signes ou miracles de tous ces serviteurs de Dieu.

  L’Assemblée Préparatoire fut convoquée deux années après au Vatican dans la Salle des Congrégations, le 15 novembre.

  Cette année courante, le 13 juillet, les Comices Généraux ont été célébrés devant Notre Très Saint-Père le Pape Pie XI : Le Cardinal Vannutelli y proposa à la discussion le doute suivant : « Qu’en est-il du martyre, de la cause du martyre, et des signes ou miracles des susnommés deux-cent-treize Serviteurs de Dieu ? »

  Les suffrages des Révérendissimes Cardinaux et des Pères Consulteurs furent écoutés avec attention par le Très Saint Père ; il différa cependant l’expression de son sentiment ; il fut d’avis qu’il fallait prier Dieu et implorer une plus grande abondance de lumière divine dans une affaire si grave.

  Lorsque, tout bien pesé dans un examen mûr et sérieux, il fut décidé d’ouvrir sa pensée, il désigna ce jour présent où l’on célèbre le souvenir solennel de Saint-Rémy, évêque de Reims ; et, après avoir très dévotement offert l’Hostie de la Paix, il commanda d’appeler les Révérendissimes Cardinaux Antoine Vico, Évêque de Porto et de Sainte-Rufine, Préfet de la Sacrée Congrégation des Rites, et Vincent Vannutelli, Évêque d’Ostie et de Préneste, Doyen du Sacré Collège et Ponent de la Cause, avec le R.P. Charles Salotti, Promoteur Général de la Foi, et moi Secrétaire soussigné, et séant sur le trône Pontifical, il édicta par un décret solennel :

« Le martyre et la cause du martyre pour cent-quatre-vingt-onze des Vénérables Serviteurs de Dieu énumérés ci-dessus, apparaît de manière assez claire pour qu’on puisse procéder aux formalités suivantes dans le cas et à l’effet dont il s’agit ; quant aux vingt-deux autres il apparaît que plus raisonnable que leur cause soit différée et que les preuves soient fortifiées. »

  (…)Et il ordonna que le décret soit de droit public et inséré dans les Actes de la Sacrée Congrégation des Rites, le jour des Calendes d’octobre de l’année 1926.

 

A. Card. VICO,
Portuen et S. Rufine, S.R.C. Prefectus
Angelus MARIANI,
S.R.C. Secretarius


 

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

]]>
http://tfp-france.org/18843/bienheureux-martyrs-de-septembre-1792/feed 1
Une promenade solitaire http://tfp-france.org/10066/une-promenade-solitaire http://tfp-france.org/10066/une-promenade-solitaire#respond Sat, 01 Sep 2018 10:09:38 +0000 http://tfp-france.org/?p=10066   Une jeune femme, l’épouse du peintre, se promène sur un chemin qui parcourt la campagne, à la sortie d’un bourg.

  Une ombrelle abrite la promeneuse des rayons du soleil encore fort en cette fin d’été ; elle porte des gants, une écharpe, un chapeau, un manteau léger pardessus sa robe pour se protéger de la poussière.

 cliquez sur l’image pour agrandir

 

  C’est un agrément de contempler cette personne, consciente de sa dignité, de son élégance, de sa personnalité, loin de la nervosité de la vie moderne.

  Le peintre aimait à rendre dans ses aquarelles cette sensation d’espaces ouverts, inondés par la lumière transparente, caractéristiques des paysages australiens, saisis rapidement sur la toile, qui transmettent un sentiment de calme, d’ordre, de tranquillité.

  L’estime pour ce genre de campagne – le bush – était associée à la légitime fierté nationale qui grandissait alors dans la société.

 

 

                      Une promenade solitaire, 1888     –   Julian Ashton (1851-1942)  

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

]]>
http://tfp-france.org/10066/une-promenade-solitaire/feed 0
Crise de l’homme contemporain – Caractères de cette crise – Partie 4 http://tfp-france.org/29686/crise-de-lhomme-contemporain-caracteres-de-cette-crise-partie-4 http://tfp-france.org/29686/crise-de-lhomme-contemporain-caracteres-de-cette-crise-partie-4#respond Tue, 28 Aug 2018 17:09:57 +0000 http://tfp-france.org/?p=29686 C. Révolution française

  Le jansénisme et les autres ferments fâcheusement implantés par le protestantisme du XVIe siècle dans le Royaume Très Chrétien y entraînèrent l’affaiblissement de la piété des fidèles. Ainsi favorisée, l’action profonde exercée par l’Humanisme et la Renaissance parmi les catholiques ne cessa de s’amplifier, provoquant des conséquences en chaîne dans toute la France.

  Elle entraîna au XVIIIe siècle une dissolution presque générale des mœurs, une manière frivole et brillante d’envisager les choses, une déification de la vie terrestre, ce qui prépara le terrain à la victoire graduelle de l’irréligion. Doutes sur l’Eglise, négation de la Divinité du Christ, déisme, athéisme émergeant furent les étapes de cette apostasie. 

  En profonde affinité avec le protestantisme, héritière de ce dernier comme du néo-paganisme de la Renaissance, la Révolution française réalisa une œuvre en tous points symétrique à celle de la pseudo-Réforme. L’église constitutionnelle qu’elle tenta d’établir, avant de sombrer dans le déisme et l’athéisme, était une adaptation de l’Eglise de France à l’esprit du protestantisme.

  Et l’œuvre politique de la Révolution française ne fut que la transposition, dans la sphère de l’Etat, de la « réforme » que les sectes protestantes les plus radicales avaient adoptée en matière d’organisation ecclésiastique: 

– révolte contre le roi, symétrique à la révolte contre le pape;

– révolte du peuple contre les nobles, symétrique à la révolte du « peuple » ecclésiastique, c’est-à-dire des fidèles, contre l' »aristocratie » de l’Eglise, le clergé;

– affirmation de la souveraineté populaire, symétrique au gouvernement de certaines sectes, dans une plus ou moins grande mesure, par les fidèles.

 

D. Communisme

   Certaines sectes issues du protestantisme, transposant directement leurs tendances religieuses dans le domaine politique, préparèrent l’avènement de l’esprit républicain. Au XVIIe siècle, saint François de Sales mettait déjà en garde le duc de Savoie contre ces tendances républicaines (5). D’autres sectes, allant plus loin, adoptèrent des principes qui, s’ils ne peuvent être dénommés communistes au sens actuel du mot, sont pour le moins pré-communistes. 

   De la Révolution française naquit le mouvement communiste de Babeuf. Et plus tard, de l’esprit de plus en plus vigoureux de la Révolution, surgirent les écoles du communisme utopique du XIXe siècle et le communisme dit scientifique de Marx.

  Quoi de plus logique? Le déisme a pour fruit normal l’athéisme. La sensualité, en révolte contre les fragiles obstacles du divorce, tend d’elle-même à l’amour libre. L’orgueil, ennemi de toute supériorité, devait fatalement s’attaquer à la dernière inégalité, celle des fortunes.

  Ivre des rêves d’une république universelle, de la suppression de toute autorité ecclésiastique ou civile, de l’abolition de toute Eglise et, après une dictature ouvrière de transition, de l’abolition de l’Etat lui-même, voilà le néo-barbare du XXe siècle, produit le plus récent et le plus outré du processus révolutionnaire.

 


(5) Cf. Sainte-Beuve, « Etude des lundis – XVIIe siècle – Saint François de Sales », Librairie Garnier, Paris, 1928, p. 364.

 

 

cet article continue…

 Lire aussi : 

Crise de l’homme contemporain – Caractères de cette crise

Crise de l’homme contemporain – Caractères de cette crise – Partie 2

Crise de l’homme contemporain – Caractères de cette crise – Partie 3

 

Extrait  :  « Révolution et Contre-révolution » – Chapitre III – Caractères de cette crise

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

 

]]>
http://tfp-france.org/29686/crise-de-lhomme-contemporain-caracteres-de-cette-crise-partie-4/feed 0
Ennemi en vue ! http://tfp-france.org/18606/ennemi-en-vue http://tfp-france.org/18606/ennemi-en-vue#respond Sat, 25 Aug 2018 17:09:04 +0000 http://tfp-france.org/?p=18606  Ennemi en vue ! - cover

     Les soldats d’un régiment de la cavalerie légère australienne, engagés pendant la Première Guerre mondiale au Proche Orient au sein de l’ANZAC (Australia and New Zealand Army Corps), viennent d’apercevoir l’ennemi du haut d’une colline.

    L’auteur a parcouru les champs de bataille en tant que peintre de guerre officiel.

Ennemi en vue ! - detail

 

 

     On note le regard du cheval tourné vers nous tandis que celui de son cavalier fixe l’ennemi ; un soldat brandit son fusil d’un geste un peu théâtral ; tout autour, le paysage est rude, comme la guerre, elle-même.

 

 

    Le chrétien aime sa Patrie et s’il déplore la guerre injuste et la course aux armements, il considère comme une nécessité de ce monde d’exil la formation d’une classe militaire pour laquelle il demande toute la sympathie, la reconnaissance et l’admiration auxquelles ont droit ceux dont la mission est de lutter et de mourir pour le bien de tous

       [cliquez sur l’image pour agrandir]Ennemi en vue !

                                                                                                                                    

 

                       Ennemi en vue !  – 1916      Harold Septimus Power – (1877-1951)     

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

 

]]>
http://tfp-france.org/18606/ennemi-en-vue/feed 0
Saint Louis, le roi chrétien http://tfp-france.org/18757/saint-louis-le-roi-chretien http://tfp-france.org/18757/saint-louis-le-roi-chretien#respond Tue, 21 Aug 2018 15:09:41 +0000 http://tfp-france.org/?p=18757   Le fils de Philippe Auguste, Louis VIII, monte sur le trône en 1223 : il a épousé auparavant Blanche de Castille, petite fille d’Aliénor d’Aquitaine.512px-Saint_Louis,_roi_de_France,_remettant_la_regence_a_sa_mere_Blanche_de_Castille,_par_Joseph-Marie_Vien

  Louis IX (futur Saint Louis) est sacré roi à 12 ans en 1226 à la mort de son père Louis VIII : sa mère, Blanche de Castille, assure une régence jusqu’en 1235.

 Un roi très bien préparé :

  • Louis IX est le 1er roi qui ait connu son grand père et qui en ait reçu des conseils,
  • Blanche de Castille formera son fils pour sa future mission royale.

  La politique énergique et l’administration efficace initiée par son grand-père Philippe Auguste puis par la régence de sa mère et cette « formation » font que Louis IX est respecté de ses vassaux et craint en Angleterre : il jouit d’une autorité morale sans précédent.

 Un roi pieuxSaint-Louis_et_le_roi_de_Navare_-_Vitrail_de_l'église_St-Jacques_de_Compiègne - cover1

  Louis IX passait pour être très pieux : il écoutait deux messes tous les matins, récitait de nombreuses prières, s’agenouillait 50 fois avant de se coucher et s’imposait de dures pénitences.
  Il a aussi organisé 2 croisades qui lui ont permis de gagner le respect et la considération du Pape.

 Un roi charitable

 Il avait la réputation de guérir les écrouelles (lésions cutanées atteignant surtout le cou) et d’être charitable envers les pauvres : il a marqué son temps par sa grande dévotion à la souffrance qui atteignait les plus pauvres et les malades, entre autres les lépreux.

  Il fonde divers hospices, dont celui des Quinze-Vingt à Paris, conçu initialement pour accueillir 300 aveugles.

 Un roi législateur et justicier

  Il systématise son pouvoir de législateur en multipliant les ordonnances qui interdisent la prostitution, les combats privés entre les nobles et le jeu.
un roi législateur et justicier

  • Il crée à Paris en 1254 un Parlement qui devient une cour de justice et un conseil politique poursuivant ainsi l’oeuvre de son grand-père Philippe Auguste. Il n’hésite pas à s’impliquer dans certaines décisions de justice et met fin au jugement de Dieu en faisant rechercher des preuves par des enquêtes et auditions de témoins.
  • Pour mener à bien le programme politique et administratif de la monarchie, il constitue un corps de spécialistes formés dans les universités, qui veille à l’application des différentes mesures. Ils sont envoyés en province pour surveiller la bonne marche des administrations locales en inspectant les baillis et les sénéchaux.

  Le chroniqueur Joinville a laissé une description de Saint-Louis dont l’image flatteuse est restée dans l’Histoire : celle du roi à face d’ange, assis sous un chêne et rendant justice d’un air digne et courageux.
  A partir du XIIIe, la couronne de France que l’on voit sur cette représentation porte huit fleurs de lys, symbole de pureté.

La Sainte Chapelle

  L’âge de Saint-Louis est celui des grandes constructions, telle celle de la Sainte Chapelle construite de 1245 à 1248.
  Joyau de l’architecture gothique, la Sainte Chapelle est édifiée pour abriter la couronne d’épines du Christ. Ses verrières, dont les 2/3 sont authentiques, offrent un des ensembles les plus complets de l’art du vitrail à cette époque.Louis_IX_ou_Saint-Louis


Louis IX devient Saint Louis : un roi canonisé

  Saint Louis est canonisé par le Pape Boniface VIII en 1297, soit 27 ans après sa mort : Louis IX devient Saint Louis pour la postérité.

 Il est ainsi souvent représenté avec l’auréole de la sainteté et une simple couronne d’or. (à partir du XIIIème siècle, la couronne de France porte huit fleurs de lys, symbole de pureté).

 

 

 

 

 

Source :
La dynastie des Capétiens  –
    http://perso.orange.fr/jean-francois.mangin/capetiens/capetiens_6.htm

 


 

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

]]>
http://tfp-france.org/18757/saint-louis-le-roi-chretien/feed 0