tfp-france.org » Bulletin http://tfp-france.org Sat, 30 Jan 2016 10:23:10 +0000 fr-FR hourly 1 http://wordpress.org/?v=4.2.6 Bulletin de la campagne – décembre 2015 http://tfp-france.org/25498/bulletin-de-la-campagne-decembre-2015 http://tfp-france.org/25498/bulletin-de-la-campagne-decembre-2015#comments Mon, 04 Jan 2016 17:09:59 +0000 http://tfp-france.org/?p=25498 Bulletin d’information de

« La France a besoin de la culture chrétienne « 

décembre 2015

 

TFP - BTN 1215 - cover1

 cliquez ici pour télécharger

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

 

]]>
http://tfp-france.org/25498/bulletin-de-la-campagne-decembre-2015/feed 0
La famille, cellule-mère de la société, est en grave danger. http://tfp-france.org/24790/la-famille-cellule-mere-de-la-societe-est-en-grave-danger-2 http://tfp-france.org/24790/la-famille-cellule-mere-de-la-societe-est-en-grave-danger-2#comments Mon, 05 Oct 2015 17:20:38 +0000 http://tfp-france.org/?p=24790 La famille, cellule-mère de la société, est en grave danger.- gif    Vous le savez, la famille, cellule-mère de la société, est en grave danger.

  Lorsque l’on ne respecte ni la loi naturelle ni la loi de Dieu en ce qui la concerne, il en découle des conséquences funestes pour tout le corps social.

   Cette vérité essentielle est aujourd’hui souvent oubliée, même hélas par certains de ceux qui devraient l’enseigner ou la défendre.

  Voilà pourquoi je vous présente : « Aperçu » illustré que j’ai le plaisir de vous offrir, intitulé « Le mariage chrétien est-il nécessaire à l’équilibre de la société ? ».

  Il s’agit de morceaux choisis des Papes qui rappellent des vérités oubliées…

– C’est un outil que je mets entre vos mains pour la défense de la famille et du mariage chrétien. Et cette défense est plus que jamais nécessaire, dans la période si sombre que nous vivons.

   J’aimerais vous demander de m’aider à le diffuser, spécialement auprès des jeunes adultes

   Oui, le processus par lequel notre France redevient peu à peu païenne a des répercussions directes sur notre vie de tous les jours. 

  Mais il y a quelque chose de concret et d’utile que nous pouvons faire pour enrayer la crise profonde dans laquelle nous sommes plongés. C’est faire connaître autour de nous les principes de l’organisation de la société selon la morale catholique, ce que bien des chrétiens ignorent à présent, hélas !

 Vous le voyez vous-même autour de vous, cette amnésie progressive des valeurs chrétiennes fondamentales est l’un des grands dangers qui menacent notre pays, parce qu’elle permet aux destructeurs du mariage et de la famille

  Aussi il est urgent de rappeler ces vérités oubliées que nous enseigne la voix des Papes :

ph2– Quand l’institution de la famille vacille, les fondements mêmes de la société civile peuvent s’écrouler.  

– Parce que les hommes s’éloignent de Dieu, les mœurs se corrompent et la civilisation elle-même entre en décadence.

Aux parents appartient, en tout premier lieu, le droit d’élever leurs enfants et l’État n’a pas à violer cette liberté primordiale.

– L’indiscipline des mœurs, érigée en liberté indiscutable, est la cause de la désagrégation de la famille.

– C’est dans le foyer domestique que se prépare en grande mesure le sort des États.

Parce qu’elle tient de Dieu son existence et sa dignité, sa fonction sociale, la famille en est responsable devant Dieu. Ses droits et ses privilèges sont inaliénables, intangibles ; elle a le devoir, avant tout devant Dieu, et secondairement devant la société, de défendre, de revendiquer, de promouvoir effectivement ces droits et ces privilèges, non seulement pour son propre avantage, mais pour la gloire de Dieu, pour le bien de la collectivité.

    C’est là l’enseignement moral constant de l’Église catholique. 

  Pendant les siècles où la vision catholique du monde fut matrice de civilisation, cette conception essentielle de la famille et du mariage fondait les rapports au sein de la société, marquait les lois et les coutumes.  

pg4  Mais en un véritable marché de dupes, on a fait croire aux chrétiens qu’il était  généreux  de tourner le dos à leurs principes d’ordre… 

… On les a convaincus qu’ils devaient adopter une « laïcité » qui cantonne la religion à la sphère spirituelle privée ; on a obtenu qu’ils renoncent à ordonner la sphère temporelle selon les critères du « bien » et du « mal », inscrits par Dieu dans la nature humaine et confirmés par la Révélation. 

  Le catholique qui veut continuer à être catholique est placé dans une situation diamétralement opposée et incompatible avec la véritable révolution qui détruit pas à pas le mariage, la famille et la société.

 D’où la nécessité de bien comprendre et de faire connaître, surtout aux jeunes, l’enseignement des Papes, pour qu’ils aient les moyens de résister au mouvement destructeur de la famille qui ne cesse d’avancer. 

 D’autant plus que ce mouvement possède aussi le caractère d’une mystique religieuse intolérante…

… En fait, vous le voyez bien, notre France qui se déchristianise retourne vers les erreurs du paganisme et abandonne la conception catholique et civilisatrice de la vie en société.

 « Voir, juger, agir », selon la devise de saint Thomas d’Aquin, c’est ce que vous et moi pouvons faire, à l’aide de cet « Aperçu » qui cherche à susciter la réflexion sur notre vie personnelle et sur la société, autour de la voix des Papes.

  Vous trouverez dans ce dépliant un instrument utile pour continuer, avec tous les amis de la TFP, la mission qui nous anime en défense des valeurs essentielles de la civilisation chrétienne, tout particulièrement la famille.

pgs - 3-4  Je vous invite donc à diffuser autour de vous cet « Aperçu – Le mariage chrétien est-il nécessaire à l’équilibre de la société ? »
  Vous pouvez me demander plus d’exemplaires : je me ferai un plaisir de vous les envoyer. 

   Je vous demande aussi, si vous le pouvez, de bien vouloir soutenir cette action originale de la TFP par votre don, de la valeur de votre choix. Votre aide est nécessaire pour faire connaître la doctrine sociale de l’Église et répandre ainsi dans notre société malade un peu de l’antidote dont elle a tant besoin, pour défendre la famille et le droit des parents d’élever leurs enfants.  C’est parce que votre générosité m’est bien connue que je m’adresse à vous et que je vous remercie chaleureusement pour ce que vous avez déjà fait et pour ce que vous ferez cette fois-ci encore.

   Je compte comme toujours sur votre fidèle amitié, sur vos prières et sur votre action.

  Merci par avance de m’aider à diffuser auprès des jeunes adultes cet « Aperçu » des textes pontificaux intitulé « Le mariage chrétien est-il nécessaire à l’équilibre de la société ? ».

   Votre don aidera à la diffusion de ce dépliant auprès de la jeunesse et soutiendra l’action de la TFP en défense de la famille. 

 

 cliquez ici pour télécharger

 

 Pour nous écrire :

Mentionnez le code  –

13863 / Le mariage chrétien est-il nécessaire à l’équilibre de la société ?

6 av. Chauvard – 92600 Asnières s/Seine
 
Par téléphoner :  01 45 55 61 88      
Faire un don

 (Les livres sont distribués gratuitement)

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

]]>
http://tfp-france.org/24790/la-famille-cellule-mere-de-la-societe-est-en-grave-danger-2/feed 0
Le mariage chrétien est-il nécessaire à l’équilibre de la société ? http://tfp-france.org/24142/le-mariage-chretien-est-il-necessaire-a-lequilibre-de-la-societe-3 http://tfp-france.org/24142/le-mariage-chretien-est-il-necessaire-a-lequilibre-de-la-societe-3#comments Mon, 27 Jul 2015 16:09:05 +0000 http://tfp-france.org/?p=24142   La famille est la cellule-mère de la société ; lorsque l’on ne respecte ni la  loi naturelle ni la loi de Dieu en ce qui la concerne, il en découle des conséquences funestes pour tout le corps social.  

   Cette vérité essentielle est aujourd’hui souvent oubliée.  

  Oui, le processus par lequel notre France redevient peu à peu païenne a des conséquences directes sur notre vie de tous les jours. 

  Mais il y a quelque chose de concret et  d’utile  que nous pouvons faire pour sortir de la crise profonde dans laquelle nous sommes plongés

 

Parce que les hommes s’éloignent de Dieu, les mœurs se corrompent et la civilisation elle-même entre en décadence

Le banquet de Néron, illustration                    d’Ulpiano Checa pour « Quo Vadis? »


  « Quand on rompt les liens qui unissent l’homme à Dieu, législateur souverain et juge universel, il ne reste plus qu’un fantôme de morale : morale purement civile, ou, comme on l’appelle, indépendante, qui, faisant abstraction de toute raison éternelle et des lois divines, nous entraîne inévitablement, et par une pente fatale, à cette conséquence dernière d’assigner l’homme à l’homme comme sa propre loi.

    « Incapable dès lors de s’élever sur les ailes de l’espérance chrétienne jusque vers les biens supérieurs, cet homme ne cherche plus qu’un aliment matériel dans l’ensemble des jouissances et des commodités de la vie ; en lui s’allument la soif des plaisirs, la cupidité des richesses, l’âpre désir des gains rapides et sans mesure, doive la justice en souffrir ; en lui s’enflamment en même temps toutes les ambitions et je ne sais quelle avidité fiévreuse et frénétique de les satisfaire, même d’une manière illégitime ; en lui enfin s’établissent en maître le mépris des lois et de l’autorité publique et une licence de mœurs qui, en devenant générale, entraîne avec soi un véritable déclin de société. 


   « C’est de là que proviennent les graves préjudices qu’ont eu à souffrir toutes les parties du corps social, à commencer par la famille.

   « Car l’état laïque, sans se souvenir de ses limites, ni du but essentiel de l’autorité qu’il détient, a porté la main sur le lien conjugal pour le profaner, en le dépouillant de son caractère religieux ; il a entrepris autant qu’il le pouvait sur le droit naturel qu’on les parents en ce qui concerne l’éducation des enfants ; et, dans plusieurs endroits, il a détruit la stabilité du mariage, en donnant à la licencieuse institution du divorce une sanction légale. »

 

Léon XIII, encyclique Parvenu à la vingt-cinquième année du 19 mars 1902.

 

 

 


 

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

]]>
http://tfp-france.org/24142/le-mariage-chretien-est-il-necessaire-a-lequilibre-de-la-societe-3/feed 0
La famille, cellule-mère de la société, est en grave danger. http://tfp-france.org/24031/la-famille-cellule-mere-de-la-societe-est-en-grave-danger http://tfp-france.org/24031/la-famille-cellule-mere-de-la-societe-est-en-grave-danger#comments Mon, 20 Jul 2015 17:09:53 +0000 http://tfp-france.org/?p=24031 La famille, cellule-mère de la société, est en grave danger.- gif    Vous le savez, la famille, cellule-mère de la société, est en grave danger.

  Lorsque l’on ne respecte ni la loi naturelle ni la loi de Dieu en ce qui la concerne, il en découle des conséquences funestes pour tout le corps social.

   Cette vérité essentielle est aujourd’hui souvent oubliée, même hélas par certains de ceux qui devraient l’enseigner ou la défendre.

  Voilà pourquoi je vous présente : « Aperçu » illustré que j’ai le plaisir de vous offrir, intitulé « Le mariage chrétien est-il nécessaire à l’équilibre de la société ? ».

  Il s’agit de morceaux choisis des Papes qui rappellent des vérités oubliées…

– C’est un outil que je mets entre vos mains pour la défense de la famille et du mariage chrétien. Et cette défense est plus que jamais nécessaire, dans la période si sombre que nous vivons.

    J’aimerais vous demander de m’aider à le diffuser, spécialement auprès des jeunes adultes.

– Et j’ai aussi besoin de recueillir votre opinion au moyen de « l’Enquête pour la défense des valeurs chrétiennes dans la société française »

   Oui, le processus par lequel notre France redevient peu à peu païenne a des répercussions directes sur notre vie de tous les jours. 

  Mais il y a quelque chose de concret et d’utile que nous pouvons faire pour enrayer la crise profonde dans laquelle nous sommes plongés. C’est faire connaître autour de nous les principes de l’organisation de la société selon la morale catholique, ce que bien des chrétiens ignorent à présent, hélas !

 Vous le voyez vous-même autour de vous, cette amnésie progressive des valeurs chrétiennes fondamentales est l’un des grands dangers qui menacent notre pays, parce qu’elle permet aux destructeurs du mariage et de la famille

  Aussi il est urgent de rappeler ces vérités oubliées que nous enseigne la voix des Papes :

– Quand l’institution de la famille vacille, les fondements mêmes de la société civile peuvent s’écrouler.

– Parce que les hommes s’éloignent de Dieu, les mœurs se corrompent et la civilisation elle-même entre en décadence.

Aux parents appartient, en tout premier lieu, le droit d’élever leurs enfants et l’État n’a pas à violer cette liberté primordiale.

– L’indiscipline des mœurs, érigée en liberté indiscutable, est la cause de la désagrégation de la famille.

– C’est dans le foyer domestique que se prépare en grande mesure le sort des États.

Parce qu’elle tient de Dieu son existence et sa dignité, sa fonction sociale, la famille en est responsable devant Dieu. Ses droits et ses privilèges sont inaliénables, intangibles ; elle a le devoir, avant tout devant Dieu, et secondairement devant la société, de défendre, de revendiquer, de promouvoir effectivement ces droits et ces privilèges, non seulement pour son propre avantage, mais pour la gloire de Dieu, pour le bien de la collectivité.

    C’est là l’enseignement moral constant de l’Église catholique. 

  Pendant les siècles où la vision catholique du monde fut matrice de civilisation, cette conception essentielle de la famille et du mariage fondait les rapports au sein de la société, marquait les lois et les coutumes.  

  Mais en un véritable marché de dupes, on a fait croire aux chrétiens qu’il était  généreux  de tourner le dos à leurs principes d’ordre…

… On les a convaincus qu’ils devaient adopter une « laïcité » qui cantonne la religion à la sphère spirituelle privée ; on a obtenu qu’ils renoncent à ordonner la sphère temporelle selon les critères du « bien » et du « mal », inscrits par Dieu dans la nature humaine et confirmés par la Révélation. 

  Le catholique qui veut continuer à être catholique est placé dans une situation diamétralement opposée et incompatible avec la véritable révolution qui détruit pas à pas le mariage, la famille et la société.

 D’où la nécessité de bien comprendre et de faire connaître, surtout aux jeunes, l’enseignement des Papes, pour qu’ils aient les moyens de résister au mouvement destructeur de la famille qui ne cesse d’avancer. 

 D’autant plus que ce mouvement possède aussi le caractère d’une mystique religieuse intolérante…

… En fait, vous le voyez bien, notre France qui se déchristianise retourne vers les erreurs du paganisme et abandonne la conception catholique et civilisatrice de la vie en société.

 « Voir, juger, agir », selon la devise de saint Thomas d’Aquin, c’est ce que vous et moi pouvons faire, à l’aide de cet « Aperçu » qui cherche à susciter la réflexion sur notre vie personnelle et sur la société, autour de la voix des Papes.

  Vous trouverez dans ce dépliant un instrument utile pour continuer, avec tous les amis de la TFP, la mission qui nous anime en défense des valeurs essentielles de la civilisation chrétienne, tout particulièrement la famille.


   Je vous invite donc à diffuser autour de vous cet « Aperçu – Le mariage chrétien est-il nécessaire à l’équilibre de la société ? »
  Vous pouvez me demander plus d’exemplaires : je me ferai un plaisir de vous les envoyer. 

   Je vous demande aussi, si vous le pouvez, de bien vouloir soutenir cette action originale de la TFP par votre don, de la valeur de votre choix. Votre aide est nécessaire pour faire connaître la doctrine sociale de l’Église et répandre ainsi dans notre société malade un peu de l’antidote dont elle a tant besoin, pour défendre la famille et le droit des parents d’élever leurs enfants.  C’est parce que votre générosité m’est bien connue que je m’adresse à vous et que je vous remercie chaleureusement pour ce que vous avez déjà fait et pour ce que vous ferez cette fois-ci encore.

   Je compte comme toujours sur votre fidèle amitié, sur vos prières et sur votre action.

  Merci par avance de m’aider à diffuser auprès des jeunes adultes cet « Aperçu » des textes pontificaux intitulé « Le mariage chrétien est-il nécessaire à l’équilibre de la société ? ».

   Votre don aidera à la diffusion de ce dépliant auprès de la jeunesse et soutiendra l’action de la TFP en défense de la famille.

   Merci de consacrer quelques minutes de votre temps pour me donner votre opinion au moyen de « l’Enquête pour la défense des valeurs chrétiennes dans la société française ». Vous aurez la possibilité de télécharger , d’imprimer et l’envoyer à l’adresse ci-dessous or  télécharger ce questionnaire sur notre site (cliquant  ICI) envoyer un e-mail réponse  à l’adresse suivante :   2015-enquete@tfp-france.org

 

 Pour nous écrire :

Mentionnez le code  –

13863 / Le mariage chrétien est-il nécessaire à l’équilibre de la société ?

6 av. Chauvard – 92600 Asnières s/Seine
 
Par téléphoner : 01 45 55 61 88  

Faire un don

 (Les livres sont distribués gratuitement)

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

]]>
http://tfp-france.org/24031/la-famille-cellule-mere-de-la-societe-est-en-grave-danger/feed 1
La conception matérialiste de l’égalité nie la nature humaine http://tfp-france.org/22878/la-conception-materialiste-de-legalite-nie-la-nature-humaine http://tfp-france.org/22878/la-conception-materialiste-de-legalite-nie-la-nature-humaine#comments Mon, 18 May 2015 16:09:26 +0000 http://tfp-france.org/?p=22878  512px-A_family_in_a_drawing_room_19c La deuxième conception de l’égalité est l’exact opposé de la précédente. Cette égalité-là, barbare et dangereuse, nie au fond qu’il y ait une nature humaine stable et que des droits découlent du fait d’y appartenir.

  Cette conception de l’égalité renoue avec le vieux paganisme tout en trouvant sa pleine affirmation dans le matérialisme évolutionniste marxiste et elle infecte de larges secteurs de nos concitoyens à la mentalité socialiste, y compris, hélas ! dans les milieux catholiques.

  Niant la réalité de la nature humaine, les adeptes de cette théorie se convaincront que les droits fondamentaux ne sont pas égaux pour tous. Voilà pourquoi l’enfant dans le ventre de sa mère n’est pas pour eux une personne humaine et n’a pas droit à la vie. Voilà pourquoi le vieillard, le malade ou l’infirme n’a pas, pour eux, le même droit à la vie que le bien portant.

   Ils nient la dignité inhérente de la personne humaine et, pour cela, ne voient aucune raison de faire obstacle aux manipulations de l’ingénierie génétique qui pourrait aller jusqu’à « créer » un nouvel être humain.

  S’ils sont prompts à accepter le libertinage, ils rejettent l’authentique liberté de la personne humaine, maintenue en une sorte de minorité perpétuelle, incapable d’assumer son destin et que le « Big Brother » de l’État doit prendre en charge toute sa vie.

  En conséquence, ils refusent aussi à celle-ci la pleine disposition des fruits de son travail qui doivent retourner, dans leur plus grande partie, à la « collectivité » au moyen d’impôts confiscatoires.

  Par contre, les fanatiques de la jalousie égalitariste voudraient un monde où toutes les inégalités « circonstancielles » soient supprimées.

  Ainsi, ils souhaitent que tous aient le même savoir, utopie irréalisable et nocive. Ils brûlent du désir que personne ne soit plus riche que l’autre, que personne n’ait un statut social plus important qu’un autre et, si c’était possible, ils feraient en sorte que tous aient les mêmes caractéristiques physiques, y compris d’ailleurs en effaçant la différence – nécessaire et légitime – entre l’homme et la femme, les remplaçant par des « individus » au sexe changeant et incertain.

  Le moteur de cette conception de l’égalité est l’envie, la jalousie. C’est la passion égalitaire dévorante qui fait que l’on préfère la misère généralisée, pourvu qu’il n’y ait personne au-dessus qui ne possède plus que soi-même. Elle produit la ruine et le désespoir chaque fois que l’on essaye de l’implanter dans une société et dans la mesure où elle s’y enracine.

  Le monde ne sortira pas de la crise, profonde dans tous les domaines, où il est plongé tant que la conception héritée de la Civilisation chrétienne ne l’aura emporté sur l’envie égalitariste dévorante et que l’on ne sera pas revenu à l’idéal catholique d’une société fraternelle, parce qu’harmonieusement inégalitaire.

José-Benlliure-y-Gil

La sortie de La Madeleine – [cliquez sur la photo pour lire l’article]

 

Articles dans la série:

L’idéal catholique d’une société fraternelle, parce qu’harmonieusement inégalitaire

Quelques exemples d’avancées du mouvement égalitaire universel

Égalitarisme et haine de Dieu

Aujourd’hui deux conceptions de l’égalité divisent la société

  

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

 

 

]]>
http://tfp-france.org/22878/la-conception-materialiste-de-legalite-nie-la-nature-humaine/feed 0
Aujourd’hui deux conceptions de l’égalité divisent la société http://tfp-france.org/22708/aujourdhui-deux-conceptions-de-legalite-divisent-la-societe http://tfp-france.org/22708/aujourdhui-deux-conceptions-de-legalite-divisent-la-societe#comments Mon, 11 May 2015 16:20:44 +0000 http://tfp-france.org/?p=22708

 

 

« Les catholiques ont peu à peu abandonné leur vision du monde qui avait modelé une authentique civilisation chrétienne »

 

 

 

   Il y a deux conceptions de l’égalité, radicalement opposées.
   Et la ligne de partage de ces deux points de vue antagonistes divise la société en deux camps irréconciliables.

  La première à s’affirmer, dans l’histoire du monde, est la conception chrétienne. Elle apparaît avec l’évangélisation et vient remettre en cause la cruauté du monde païen. En conséquence de l’enseignement de Notre Seigneur Jésus-Christ, les hommes comprennent qu’étant tous fils de Dieu, ils sont tous égaux du simple fait de leur appartenance à l’humanité. Tous les droits inhérents à la nature humaine sont les mêmes pour tous, à commencer par les premiers d’entre eux: le droit à la vie, à la dignité et à l’honneur, et donc à la liberté, ainsi que le droit de propriété qui est le droit de posséder les fruits de son travail, conséquence directe de la dignité et de la liberté de la personne humaine.

Giuseppe-De-Nittis-Return-from-the-Races - detall 1  Jusqu’alors, le monde païen de l’antiquité refusait de reconnaître cette égalité fondamentale de tous les êtres humains. D’où l’esclavage, la condition inférieure de la femme, le mépris de la vie humaine et toutes les manifestations d’injustices et de cruautés d’un monde barbare et primitif qui bridait le plein épanouissement de la personne.

  Pour le chrétien, et pour tous ceux qui se réfèrent à cette pensée, il n’y a pas de « sous-humanité » que l’on pourrait priver de ses droits fondamentaux. Ainsi, le droit à la vie est le même pour toutes les personnes humaines, quel que soit leur âge ou leur condition physique.

  Par contre, cette conception chrétienne de l’égalité reconnaît qu’il y a des inégalités qui sont justes et nécessaires. Ce ne sont pas des inégalités « essentielles », liées à la nature humaine, mais simplement « circonstancielles ». C’est le cas du talent, de la beauté, de la vertu, du savoir et même de la naissance et de la richesse. Par exemple, l’inégalité qui existe entre l’élève et le professeur est une inégalité juste et nécessaire.

  De la même façon que le benjamin dans une grande famille ne recevra pas le traitement de l’aîné, car chacun occupe une place hiérarchisée, de même, pour que la société puisse assurer l’épanouissement de chacun de ses membres, toutes les inégalités justes et nécessaires doivent être reconnues.Giuseppe-De-Nittis-Return-from-the-Races - detall 2

 Ce fut là l’enseignement constant de l’Église catholique affirmant cette double réalité : les êtres humains sont tous égaux en ce qui concerne les droits essentiels découlant de la nature humaine, mais il y a en même temps des inégalités circonstancielles qui sont justes et nécessaires.
 On trouvera plus avant, en page 18, de nombreuses citations de l’enseignement des Papes dans ce sens.

  En conséquence, pendant les siècles où la vision catholique du monde fut matrice de civilisation, l’âge, l’éducation, la culture, le métier, les biens et une foule d’autres circonstances nuançaient les rapports au sein de la société, marquaient les lois, les coutumes l’économie, et communiquaient une note de hiérarchie, de respect, de gravité à toute la vie publique et particulière. Il y avait là une des caractéristiques les plus notables de la société chrétienne.

Le mariage au village, 1883, Sir Samuel Luke Fildes (1844-1927) - detail  Il serait sans doute exagéré d’affirmer qu’aujourd’hui toutes ces nuances ont été abolies. Cependant, on ne peut que reconnaître que beaucoup ont complètement disparu et que le peu qui reste diminue et pâlit de jour en jour.

  Les catholiques ont peu à peu abandonné leur vision du monde qui avait modelé une authentique civilisation chrétienne et se sont laissé emmener, par un processus égalitaire qui passe bien souvent inaperçu, bien loin de leur idéal d’une société vraiment fraternelle parce qu’harmonieusement inégalitaire.

  Comment en est-on arrivé à la société d’aujourd’hui, qui se caractérise par une révolte continuelle de celui qui est moins contre celui qui est plus, par le refus de l’hommage dû à celui qui est plus, à commencer par Dieu, par une révolte contre toutes les  inégalités les plus explicables  et les  plus nécessaires ?

  Cela s’est fait par un lent processus, transformant peu à peu toutes les manifestations de la vie en société  et  imposant une deuxième  conception de l’égalité,  opposée à la conception chrétienne.

 

  cet article continue…

 Articles dans la série:

L’idéal catholique d’une société fraternelle, parce qu’harmonieusement inégalitaire

Quelques exemples d’avancées du mouvement égalitaire universel

Égalitarisme et haine de Dieu

  

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

 

 

 

]]>
http://tfp-france.org/22708/aujourdhui-deux-conceptions-de-legalite-divisent-la-societe/feed 0
Égalitarisme et haine de Dieu http://tfp-france.org/22556/egalitarisme-et-haine-de-dieu http://tfp-france.org/22556/egalitarisme-et-haine-de-dieu#comments Mon, 04 May 2015 16:09:55 +0000 http://tfp-france.org/?p=22556

 

   Même les rapports entre les hommes et Dieu passent par ce changement niveleur.

  La mentalité moderne est profondément influencée par le panthéisme, par l’immanentisme et par toutes les formes ésotériques de religion qui visent à établir entre Dieu et les hommes des rapports d’égalité, et à doter l’humanité des propriétés divines.

 L’athée est un égalitaire qui veut éviter l’affirmation absurde selon laquelle l’homme est Dieu, et qui admet pour cela un autre concept absurde en affirmant que Dieu n’existe pas.

  Le laïcisme est une forme d’athéisme et, par conséquent, d’égalitarisme. Il proclame qu’il est impossible de certifier l’existence de Dieu et donc que l’homme, dans la sphère temporelle, doit agir comme si Dieu n’existait pas, c’est-à-dire comme une personne ayant détrôné Dieu.

  Saint Thomas enseigne1 que la diversité des créatures et leur échelonnement hiérarchique sont un bien en soi, car les perfections du Créateur resplendissent mieux dans la Création de cette manière. Il ajoute que, parmi les anges2, comme parmi les hommes, dans le Paradis terrestre comme sur cette terre d’exil3, la Providence institua l’inégalité.

   C’est pourquoi un univers de créatures égales éliminerait dans toute la mesure du possible la ressemblance des créatures avec leur Créateur. Haïr par principe toute espèce d’inégalité revient donc à s’opposer métaphysiquement aux meilleurs éléments de ressemblance entre le Créateur et la création: c’est haïr Dieu.

1. Cf. « Contre les Gentils », II, 45 ; « Somme Théologique », I, q. 47, a. 2. 
2. Cf. « Somme Théologique », I, qq. 50, a. 4. — 3. Cf. op. cit., I, q. 96, a. 3 et 4.

  Tous ces exemples d’avancées du mouvement égalitaire, dans tous les domaines et dans tous les pays, en suscitent sans doute bien d’autres dans l’esprit du lecteur. On pourrait discuter si telle ou telle modification trouve une justification dans le fait de rectifier un abus évident ou si telle nouveauté est un changement admissible.

  Mais on est bien obligé de s’étonner que toutes les solutions proposées aux problèmes d’aujourd’hui aillent toujours dans un sens égalitaire.

 Il n’y a pour ainsi dire pas une transformation qui ne produise un nivellement, qui ne favorise, directement ou non, le cheminement de la société vers un état de choses complètement égalitaire.

 Cette uniformité dans le mouvement n’est pas naturelle. C’est une façon de forcer la réalité pour faire vivre un désir. L’égalité est le but vers lequel tendent les aspirations des masses, la mystique qui gouverne l’action de presque tous les hommes, l’idole sous l’égide de laquelle l’humanité espère trouver son âge d’or.

Le caractère religieux du mouvement égalitaire

   Ce mouvement, ou plutôt cette révolution impalpable, possède un fort caractère religieux parce que c’est une mystique. L’égalité, arborée en valeur métaphysique suprême, prétend être le principe directeur en fonction duquel tous les hommes doivent s’ordonner s’ils veulent atteindre la perfection. C’est un « idéal » que l’on chérit avec une ferveur religieuse.

  D’où vient cette adoration, alors même qu’elle n’a pas, à proprement parler, de dieu à vénérer et de culte à pratiquer ? Elle trouve son intensité impétueuse dans la passion de l’orgueil qui amène celui qui y cède à aimer l’égalitarisme de toute la force de son âme. Car l’orgueilleux, qui prétend d’abord être au-dessus de tout, très vite veut surtout qu’il n’y ait personne au-dessus de lui, quitte pour cela à tout niveler.

  L’égalitarisme est donc un mysticisme religieux et, comme tout mysticisme, il est intolérant. Le vent qui souffle dans le monde d’aujourd’hui est un vent d’intolérance égalitaire. Cette intolérance est d’ailleurs l’un des éléments qui prouvent son caractère religieux, et elle peut aller jusqu’à la persécution.

   En face de cette révolution égalitaire universelle, qui atteint tous les domaines de la vie en société, mais est bien souvent impalpable, le catholique est placé dans une situation diamétralement opposée et incompatible avec ce mouvement.

   Pour bien comprendre l’enseignement des Papes au sujet des inégalités justes et nécessaires, il faut d’abord distinguer le concept chrétien d’égalité basé sur la réalité de la nature humaine, ses limites, et ce en quoi il s’oppose au mouvement égalitariste.   

 

Les limites de l’inégalité

   Les hommes sont tous égaux par leur nature et diffèrent seulement par leurs accidents. Les droits qui leur viennent du simple fait d’être hommes sont égaux pour tous: droit à la vie, à l’honneur, à des conditions d’existence suffisantes et donc au travail, à la propriété et à la pratique de la vraie religion. Les inégalités qui portent atteinte à ces droits se dressent contre l’ordre instauré par la Providence. C_O_A_pio_xii

  Toutefois, si elles respectent ces limites, les inégalités provenant d’accidents comme la vertu, le talent, la beauté, la force, la famille, la tradition, etc. sont justes et conformes à l’ordre de l’univers4.


4. Cf. Pie XII, Message radiodiffusé de Noël, 1944, « Discorsi e Radiomessaggi », vol. VI, p. 239.

 

 Articles dans la série:

L’idéal catholique d’une société fraternelle, parce qu’harmonieusement inégalitaire

Quelques exemples d’avancées du mouvement égalitaire universel

 

   

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

 

 

]]>
http://tfp-france.org/22556/egalitarisme-et-haine-de-dieu/feed 0
Quelques exemples d’avancées du mouvement égalitaire universel http://tfp-france.org/22460/quelques-exemples-davancees-du-mouvement-egalitaire-universel http://tfp-france.org/22460/quelques-exemples-davancees-du-mouvement-egalitaire-universel#comments Wed, 29 Apr 2015 17:09:18 +0000 http://tfp-france.org/?p=22460 Il n’y a, pour ainsi dire, pas de transformation qui ne produise un nivellement, qui ne favorise, directement ou non, le cheminement de la société vers un état de choses complètement égalitaire.

Joaquin Sorolla y Bastida - text1

« Paysans, artisans, ouvriers, employés, domestiques, fonctionnaires, militaires, petite, moyenne et haute bourgeoisie, aristocratie héréditaire, tout est passé au mixeur»

  Dans la façon de vivre en société, les exemples d’avancées du mouvement égalitaire universel sont légion. La perte croissante de la courtoisie, des formes de politesse, substituées par une spontanéité vulgaire et agressive, inquiète à juste titre.Photo1 Dans l’éducation scolaire, l’abolition des marques de respect de celui qui apprend par rapport à celui qui sait tend à former des générations d’ignorants.

  À cela s’ajoutent l’exaltation exagérée du sport, des prouesses physiques, et le dédain progressif pour les activités dépendantes de la réflexion. La hiérarchie naturelle constituée par la supériorité du travail intellectuel sur le travail mécanique disparaît par le dépassement de la distinction entre l’un et l’autre. Déjà, il suffit de mentionner cette hiérarchie, hier encore évidente, pour faire frémir l’oreille.

  Alors que la société il y a moins d’un siècle se caractérisait par le fait d’être un ensemble de familles harmonieusement diversifiées, aujourd’hui l’individualisme est la norme. Jamais autant d’humains n’ont habité tout seuls. Au lieu d’une hiérarchie de familles s’articulant en groupes sociaux et formant un tableau chatoyant, on a une foule d’êtres indifférenciés, placés côte à côte comme les grains de sable sur une plage et n’ayant comme unique aspiration que d’être rigoureusement identiques au voisin et de disparaître dans la masse amorphe.

  De plus, le mouvement égalitaire tend à supprimer les diverses classes sociales. Paysans, artisans, ouvriers, employés, domestiques, fonctionnaires, militaires, petite, moyenne et haute bourgeoisie, aristocratie héréditaire, tout est passé au mixeur. En particulier, on abolit toute influence aristocratique dans la direction de la société et dans le ton général que cette classe donne à la culture et aux mœurs.

  Dans le domaine économique, on avance pas à pas vers la conception communiste selon laquelle, la propriété « c’est le vol ». Il faudrait « punir » les riches. On ne doit pas gagner « trop » d’argent. Si l’on possède une fortune, on ne doit pas la rendre apparente. Il est mal vu d’avoir des employés de maison. Les voitures de luxe ressemblent aux véhicules ordinaires. On doit renoncer à chercher l’excellence dans les objets qui nous entourent. Même la gastronomie de haute cuisine évolue vers un style dépouillé et une apparence méconnaissable.

  Beaucoup trouvent normal que la plus grande partie du revenu soit confisquée par l’État pour être ensuite mal gérée « pour la collectivité ». L’héritage, qui est le moyen de transmettre, au sein d’une famille, non seulement un patrimoine matériel, mais aussi une histoire, une identité, une personnalité propre, en un mot une tradition sans laquelle il n’y a pas de civilisation, l’héritage, surtout lorsqu’il est significatif, est dévoré par l’État insatiable. Malheureusement, un grand nombre de catholiques se sont laissés intoxiquer par cette idéologie égalitaire anti-propriété.

  Dans le domaine politique, on atténue de plus en plus la distinction naturelle et nécessaire entre gouvernants et gouvernés. La manie obsessionnelle de ceux qui occupent les charges importantes de direction de paraître « normaux », et d’agir en tout comme s’ils étaient de vulgaires manants, n’a de parallèle qu’avec la rage des dirigés de les rabaisser systématiquement. C’est tout le contraire de l’état d’esprit exprimé autrefois par l’aphorisme « noblesse oblige ».

  La sphère religieuse n’échappe pas aux changements progressifs vers l’égalitarisme. La distinction et la hiérarchie essentielle entre clergé et fidèles sont désavouées. Les prêtres s’habillent comme des civils et les laïcs, femmes en tête, investissent les fonctions de l’autel. La pompe, les ornements sacrés, l’architecture et l’art raffiné sont rejetés et remplacés par la quasi-misère, des tissus à l’aspect ordinaire et des formes « brutes de décoffrage » allant pour certaines statues jusqu’à l’horrible.

  La souveraineté du Pape est contestée ; les distinctions hiérarchiques au sein du clergé sont estompées. Il devient obligatoire de traiter toutes les religions à égalité et l’Église catholique ne doit plus s’affirmer comme la seule religion véritable, car ce serait antipathique.

  En parallèle, on remarquera que dans le monde entier les uniformes des militaires, des gendarmes et des policiers évoluent vers un vêtement uniquement fonctionnel, une variante d’un bleu de travail, qui abandonne progressivement les composantes et la coupe qui apportaient du prestige à leur personne. Le premier élément qui donnait une note d’autorité était le couvre-chef, mais le képi traditionnel est aujourd’hui réduit à une casquette de touriste. L’uniforme témoigne d’une inégalité juste et nécessaire que le mouvement égalitaire veut dissoudre.

  Au niveau international, on rêve de fondre tous les peuples et tous les états en un seul, afin de faire disparaître les légitimes caractéristiques et les différences de chaque pays et d’effacer peu à peu leur souveraineté. On remarquera que la souveraineté est, dans le droit public, l’image de la propriété. La marche forcée vers l’intégration européenne est un triste exemple de ce mouvement vers l’égalitarisme planétaire.

  Une constatation dans ce sens, qui pourrait sembler anecdotique mais ne l’est pas, est celle de la décadence  du rôle des ambassadeurs  dans  les relations internationales, accompagnant le déclin des souverainetés.

 L’ambassadeur, homme de salon et  de représentation, fin connaisseur des mentalités du pays où il se trouve  et des rapports de forces politiques parfois compliqués, voit aujourd’hui  sa noble charge presque réduite à une figure d’ornement.

 Dans l’esprit du public, l’attaché commercial qui négocie les contrats et le chef local  du service d’espionnage ont beaucoup plus d’importance.

  C’est  peut-être dans le monde culturel que les exemples  de l’avancée du mouvement égalitaire sont les plus nombreux.

   Ils ont tous en commun d’avoir comme principe directeur l’abolition de la différence entre le beau et le laid dans la production artistique. 

« Comme l’abandon de la courtoisie se fait peu à peu, ce mouvement est impalpable et l’on ne s’en rend compte, avec surprise, que lorsqu’il arrive à certains extrêmes »


  Extrait :    Bulletin d’information                                                                                                                                                « La France a besoin de la culture chrétienne » – Avril 2015   

 


 

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

]]>
http://tfp-france.org/22460/quelques-exemples-davancees-du-mouvement-egalitaire-universel/feed 1
L’idéal catholique d’une société fraternelle, parce qu’harmonieusement inégalitaire http://tfp-france.org/22302/lideal-catholique-dune-societe-fraternelle-parce-quharmonieusement-inegalitaire http://tfp-france.org/22302/lideal-catholique-dune-societe-fraternelle-parce-quharmonieusement-inegalitaire#comments Mon, 20 Apr 2015 16:09:08 +0000 http://tfp-france.org/?p=22302


« La société humaine, telle que Dieu l’a établie, est composée d’éléments inégaux, de même que sont inégaux les membres du corps humain; les rendre tous égaux est impossible et serait la destruction de la société elle-même »
– Saint Pie X 


`  Chacun d’entre nous est témoin d’une multitude de faits, sans connexion entre eux, qui introduisent de petites modifications dans la vie de tous les jours, en un sens toujours plus égalitaire.

   Ainsi en est-il, par exemple, des rapports entre professeurs et élèves. Il n’y a pas si longtemps, le respect dû envers l’enseignant se manifestait de plusieurs manières : on se levait lorsqu’il entrait dans la classe ; personne n’aurait gardé une casquette sur la tête ni ne se serait adressé à lui de façon grossière.pape - detail

 L’inégalité entre professeur et  élèves  est une inégalité juste et nécessaire, qui s’érode depuis mai 1968. Peu à peu, l’autorité du maître disparaît, il cherche à n’être qu’un gentil camarade de plus, au même niveau que les autres, et l’élève, la plupart du temps, ne suit que son bon plaisir.

 Cependant, ces changements se sont produits  de façon graduelle et la majorité des gens ne s’est pas rendu compte que l’enseignement souffrait une modification radicale. Il en va de même des règles de politesse et de savoir-vivre.

  Oui, un jeune doit se lever dans les transports en commun pour céder sa place à une personne plus âgée, de même qu’un homme s’efface pour laisser passer une dame ou lui tient une porte. Ces marques d’éducation, qui deviennent chaque jour plus rares, affirment aussi des inégalités, justes et nécessaires. Mais comme l’abandon de la courtoisie se fait peu à peu, ce mouvement est impalpable et l’on ne s’en rend compte, avec surprise, que lorsqu’il arrive à certains extrêmes.

   Or, c’est dans tous les espaces de la vie que des changements sont introduits, toujours dans le sens de niveler et d’abolir des manifestations utiles de prééminence ou de supériorité. La somme de ces altérations forme une révolution, mais elle passe inaperçue de la plupart, car chaque petite transformation est susceptible de trouver une justification ponctuelle. Cette révolution égalitaire n’explose pas comme une bombe, elle est impalpable, tel un gaz anesthésiant répandu dans l’air.

   Comme on va le voir ci-dessous, l’égalitarisme se glisse dans des domaines comme les aspects extérieurs de l’existence, comme la façon de vivre en société, ou encore dans le champ économique, politique, religieux, international, culturel, et même dans les rapports entre les hommes et Dieu.

   À tel point que le fait le plus marquant de notre époque est sans doute ce qui semble être l’aboutissement d’une vaste révolution, laquelle oriente à son profit le cours des événements en un long processus, parfois graduel et subtil, parfois déclaré et brutal, prétendant instaurer l’égalité totale sur la terre.

  Cet immense mouvement, qui est en marche depuis plusieurs siècles, forme un puissant courant qui avance sans cesse, alternant les remous lents et profonds, les sauts brusques et rapides et les passages de calme apparent.

 pape - detail1

BTN0415 - coverr1

 


  Extrait :    Bulletin d’information                                                                                         « La France a besoin de la culture chrétienne » – Avril 2015   

 

 

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

 

]]>
http://tfp-france.org/22302/lideal-catholique-dune-societe-fraternelle-parce-quharmonieusement-inegalitaire/feed 0
TFP – Bulletin de la campagne – avril 2015 http://tfp-france.org/22165/tfp-bulletin-de-la-campagne-avril-2015 http://tfp-france.org/22165/tfp-bulletin-de-la-campagne-avril-2015#comments Mon, 13 Apr 2015 17:09:54 +0000 http://tfp-france.org/?p=22165 Bulletin d’information de

« La France a besoin de la culture chrétienne »

Rappel d’une vérité oubliée :
l’idéal catholique d’une société fraternelle, parce qu’harmonieusement inégalitaire

                                                                                                                    avril 2015

BTN0415 - page_1

Pour lire le bulletin cliquez ici:

  TFP – Bulletin de la campagne – avril 2015 

  

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

]]>
http://tfp-france.org/22165/tfp-bulletin-de-la-campagne-avril-2015/feed 0