tfp-france.org » Jacinthe http://tfp-france.org Mon, 01 Feb 2016 17:44:14 +0000 fr-FR hourly 1 http://wordpress.org/?v=4.2.7 La guerre va finir, mais si l’on ne cesse pas d’offenser Dieu, il en commencera une autre sous le règne de Pie XI qui sera pire encore. http://tfp-france.org/25035/la-guerre-va-finir-mais-si-lon-ne-cesse-pas-doffenser-dieu-il-en-commencera-une-autre-sous-le-regne-de-pie-xi-qui-sera-pire-encore http://tfp-france.org/25035/la-guerre-va-finir-mais-si-lon-ne-cesse-pas-doffenser-dieu-il-en-commencera-une-autre-sous-le-regne-de-pie-xi-qui-sera-pire-encore#comments Wed, 11 Nov 2015 10:09:17 +0000 http://tfp-france.org/?p=25035 Troisième apparition de Notre-Dame de Fatima – le 13 juillet 1917


    Deuxième partie du secret : le châtiment et les moyens de l’éviter

Remplis d’effroi, et comme pour appeler au secours, les voyants levèrent les yeux vers la Sainte Vierge, qui leur dit avec douceur et tristesse :

   NOTRE-DAME : « Vous avez vu l’enfer, où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé.

Notre-Dame-de-Fatima-cover1 « Si on fait ce que Je vais vous dire, beaucoup d’âmes seront sauvées et on aura la paix.

 « La guerre va finir, mais si l’on ne cesse pas d’offenser Dieu, il en commencera une autre sous le règne de Pie XI qui sera pire encore.

 « Quand vous verrez une nuit illuminée par une lueur inconnue, sachez que c’est le grand signal que Dieu vous donne de ce qu’Il va punir le monde de ses crimes, au moyen de la guerre, de la faim et des persécutions contre l’Eglise et le Saint-Père.

« Pour l’empêcher, Je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis. Si l’on satisfait à mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix ; sinon, elle répandra ses erreurs à travers le monde, propageant les guerres et les persécutions contre l’Eglise ; les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, plusieurs nations seront anéanties.

« A la fin, mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père Me consacrera la Russie, qui se convertira, et il sera accordé au monde un certain temps de paix.

« Au Portugal, on conservera toujours le Dogme de la Foi.

« Cela ne le dites à personne. A François, oui, vous pouvez le dire. »

 


Extrait  :  « Fatima – Message de tragédie ou d’espérance ? »  

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

 

]]>
http://tfp-france.org/25035/la-guerre-va-finir-mais-si-lon-ne-cesse-pas-doffenser-dieu-il-en-commencera-une-autre-sous-le-regne-de-pie-xi-qui-sera-pire-encore/feed 0
Télécharger – Les prières de Fatima http://tfp-france.org/11098/telecharger-les-prieres-de-fatima http://tfp-france.org/11098/telecharger-les-prieres-de-fatima#comments Wed, 14 Oct 2015 17:09:42 +0000 http://tfp-france.org/?p=11098    Savez-vous pourquoi la Vierge Marie a voulu montrer l’enfer à des enfants d’à peine dix ans ? Vous le comprenez, cette question est au centre du message de Fatima.

   Oui, la Mère de Dieu n’a pas craint de révéler l’enfer dans une vision épouvantable, en faisant voir les démons et les âmes damnées aux trois voyants qui n’avaient alors que dix, neuf et sept ans…
   C’était au cours de l’apparition du 13 juillet 1917. Elle leur a ainsi parlé du châtiment dans l’autre vie, châtiment éternel, suprême, définitif : la condamnation à l’enfer des pécheurs qui meurent sans repentir.
Mais Elle leur communique aussi les conséquences de l’impiété dans cette vie et dans la société : 

  Si les hommes « ne cessent pas d’offenser Dieu », Celui-ci « va punir le monde de ses crimes, au moyen de la guerre, de la faim et des persécutions contre l’Église et le Saint-Père ».

   Comme remède, la Sainte Vierge précise :

« Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé ».

   Voilà pourquoi j’ai pensé que vous aimeriez recevoir le fascicule « Les prières de Fatima » afin d’avoir à portée de main les divers exercices de piété qui ont été révélés ou encouragés à l’occasion des apparitions.

   cliquez ici pour télécharger – Les prières de Fatima

Cette action mariale dans la société pour que celle-ci se règle sur la philosophie de l’Évangile ne va de l’avant que parce que vous et tous nos amis participent activement.

  

 

Les prières de Fatima - cover

Pour nous écrire :

Mentionnez le code  – 13863 / Les prières de Fatima

6 av. Chauvard – 92600 Asnières s/Seine
 
Par téléphoner :  01 45 55 61 88

     (Les livres sont distribués gratuitement)

Faire un don, c’est agir !

Faire un don

 

En savoir plus :

   13 octobre 1917 : sixième et dernière apparition de Notre Dame à Fatima – Lucie s’exclama : « Regardez le soleil ! »

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

 

]]>
http://tfp-france.org/11098/telecharger-les-prieres-de-fatima/feed 0
Troisième apparition de Notre-Dame de Fatima – le 13 juillet 1917 http://tfp-france.org/23939/troisieme-apparition-de-notre-dame-de-fatima-le-13-juillet-1917 http://tfp-france.org/23939/troisieme-apparition-de-notre-dame-de-fatima-le-13-juillet-1917#comments Mon, 13 Jul 2015 16:00:53 +0000 http://tfp-france.org/?p=23939 Notre-Dame-de-Fatima-cover1
  Au moment de la troisième apparition, un petit nuage cendré vint surmonter le chêne vert, le soleil se voila, une brise fraîche se mit à souffler sur la montagne, alors qu’on se trouvait au plus fort de l’été. M. Marto, le père de Jacinthe et François, dit avoir aussi entendu, selon ses propres termes, un bourdonnement semblable à celui de mouches dans une cruche vide.

  Les voyants virent le reflet de lumière habituel, puis, aussitôt après, sur l’arbrisseau, la SainteVierge.

 LUCIE : « Madame, que voulez-vous de moi ? »

NOTRE-DAME : « Je veux que vous veniez ici le 13 du mois prochain, que vous continuiez à réciter le chapelet tous les jours en l’honneur de Notre-Dame du Rosaire pour obtenir la paix dans le monde et la fin de la guerre, parce qu’Elle seule peut les garantir. »

LUCIE : « Je voudrais Vous demander de nous dire qui Vous êtes et de faire un miracle afin que tous croient que Vous nous apparaissez. »

NOTRE-DAME : « Continuez à venir tous les mois. En octobre, Je dirai qui Je suis, ce que Je veux, et Je ferai un miracle que tous pourront voir afin qu’ils croient. »

   Lucie présente alors une série de demandes de conversion, guérison et autres grâces. La Sainte Vierge y répond en recommandant toujours la pratique du chapelet, et qu’ainsi ils seraient exaucés dans le courant de l’année. Elle dit ensuite :

« Sacrifiez-vous pour les pécheurs et dites souvent, en particulier quand vous aurez fait quelque sacrifice : O Jésus, c’est pour l’amour de Vous, pour la conversion des pécheurs et en réparation pour les péchés commis contre le Cœur Immaculé de Marie. »

Première partie du secret : la vision de l’enfer

« En achevant ces paroles – raconte Sœur Lucie – Elle ouvrit les mains comme les deux mois précédents. Le reflet (de lumière qu’elles projetaient) sembla pénétrer la terre et nous vîmes comme un océan de feu. Plongés dans ce feu, les démons et les âmes, comme des braises transparentes et noires, ou bronzées, de forme humaine, flottaient dans l’incendie, entraînées par les flammes qui sortaient du dedans d’elles-mêmes avec des nuages de fumée, retombant de tous les côtés – à la manière des étincelles dans les grands incendies – sans pesanteur ni équilibre, au milieu de cris et de gémissements de douleur et de désespoir qui horrifiaient et faisaient tressaillir d’épouvante.

« Les démons se distinguaient par des formes horribles et répugnantes d’animaux effrayants et inconnus, mais transparents comme de noirs charbons en braise. »

   La vision ne dura qu’un instant, au cours duquel Lucie poussa un « ah ! » de frayeur. Elle a commenté que, s’il n’y avait eu la promesse de la Sainte Vierge de les emmener au Ciel, les voyants seraient morts sous le coup de l’épouvante.

Deuxième partie du secret : le châtiment et les moyens de l’éviter

  Remplis d’effroi, et comme pour appeler au secours, les voyants levèrent les yeux vers la Sainte Vierge, qui leur dit avec douceur et tristesse :

 

NOTRE-DAME : « Vous avez vu l’enfer, où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé.

 « Si on fait ce que Je vais vous dire, beaucoup d’âmes seront sauvées et on aura la paix.

 « La guerre va finir, mais si l’on ne cesse pas d’offenser Dieu, il en commencera une autre sous le règne de Pie XI qui sera pire encore. Quand vous verrez une nuit illuminée par une lueur inconnue, sachez que c’est le grand signal que Dieu vous donne de ce qu’Il va punir le monde de ses crimes, au moyen de la guerre, de la faim et des persécutions contre l’Eglise et le Saint-Père.

« Pour l’empêcher, Je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis. Si l’on satisfait à mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix ; sinon, elle répandra ses erreurs à travers le monde, propageant les guerres et les persécutions contre l’Eglise ; les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, plusieurs nations seront anéanties.

« A la fin, mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père Me consacrera la Russie, qui se convertira, et il sera accordé au monde un certain temps de paix.

« Au Portugal, on conservera toujours le Dogme de la Foi.

« Cela ne le dites à personne. A François, oui, vous pouvez le dire. »

 

cet article continue…

 

Extrait  :  « Fatima – Message de tragédie ou d’espérance ? »  (extraits). 

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

 

]]>
http://tfp-france.org/23939/troisieme-apparition-de-notre-dame-de-fatima-le-13-juillet-1917/feed 0
Première apparition de la Très Sainte Vierge Marie à Fatima – 13 mai 1917 http://tfp-france.org/22760/premiere-apparition-de-la-tres-sainte-vierge-marie-a-fatima-13-mai-1917 http://tfp-france.org/22760/premiere-apparition-de-la-tres-sainte-vierge-marie-a-fatima-13-mai-1917#comments Wed, 13 May 2015 16:09:55 +0000 http://tfp-france.org/?p=22760 Les apparitions de la Très Sainte Vierge

   Au moment des apparitions de la Très Sainte Vierge, Lucie de Jésus, François et Jacinthe Marto  avaient respectivement dix, neuf et sept ans. 
   Ils sont nés le 22 mars 1907, le 11 juin 1908 et le 11 mars 1910. Les trois enfants habitaient, comme nous l’avons dit, à Aljustrel, lieu-dit de la paroisse de Fatima.
François de Fatima   Les apparitions ont eu lieu sur un petit terrain appartenant aux parents de Lucie, appelé la Cova da Iria, à deux kilomètres et demi de Fatima, par la route de Leiria.
   Notre-Dame est apparue sur un arbrisseau, un chêne vert d’à peine plus d’un mètre de haut. François ne faisait que voir la Sainte Vierge, sans L’entendre. Jacinthe La voyait et L’entendait. Lucie La voyait, L’entendait et parlait avec Elle.
   Les apparitions survenaient aux approches de midi.

Première apparition : le 13 mai 1917

  Les trois voyants jouaient à la Cova da Iria quand leur attention fut attirée par deux lueurs semblables à l’éclair. Puis ils virent la Mère de Dieu sur le chêne vert.
 C’était « une Dame toute vêtue de blanc, plus brillante que le soleil, répandant une lumière plus claire et plus intense qu’un verre de cristal rempli d’eau cristalline, traversé par les rayons du soleil le plus ardent », raconte Lucie.
  Son visage, d’une beauté indescriptible, n’était « ni triste ni joyeux, mais sérieux », avec un air de doux reproche.
 Elle avait les mains jointes, comme en prière, appuyées sur la poitrine et tournées vers le haut. De sa main droite pendait un chapelet.
  Ses  vêtements semblaient tout faits de lumière. La tunique était blanche et blanc aussi le manteau, ourlé d’or, qui couvrait la tête de la Vierge et Lui tombait jusqu’aux pieds. On ne Lui voyait ni les cheveux ni les oreilles.
   Quant aux traits de la physionomie, Lucie n’a jamais pu les décrire, car il lui fut impossible de fixer ce visage céleste, tant il éblouissait. Les voyants étaient tellement près de Notre-Dame – à une distance d’environ un mètre et demi – qu’ils se trouvaient dans le halo de lumière qui L’entourait, ou qu’Elle répandait. L’entretien s’est déroulé ainsi :

Fatima - detail

 
NOTRE-DAME : « N’ayez pas peur. Je ne vous veux pas de mal. »
 
LUCIE : « D’où êtes-Vous, Madame ? »
NOTRE-DAME : « Je suis du Ciel »
–   (et la Sainte Vierge leva la main pour désigner le ciel).
 
LUCIE : « Et que voulez-Vous de moi ? »
NOTRE-DAME : « Je suis venue vous demander de venir ici six mois de suite, le 13, à cette même heure. Je vous dirai après qui Je suis et ce que Je veux. Puis Je reviendrai encore ici une septième fois. »
 
LUCIE : « Et moi, est-ce que j’irai au Ciel aussi ? »
NOTRE-DAME : « Oui, tu iras. »
 
LUCIE : « Et Jacinthe ? »
NOTRE-DAME : « Aussi. »
 
LUCIE : « Et François ? »
NOTRE-DAME : « Aussi, mais il doit dire beaucoup de chapelets. »
 
LUCIE : « Maria das Neves est-elle déjà au Ciel ? »
NOTRE-DAME : « Oui, elle y est. »
 
LUCIE : « Et Amélia ? »
NOTRE-DAME : « Elle restera au Purgatoire jusqu’à la fin du monde. Voulez-vous vous offrir à Dieu pour supporter toutes les souffrances qu’Il voudra vous envoyer, en réparation des péchés par lesquels Il est offensé et en supplication pour la conversion des pécheurs ? »
 
LUCIE : « Oui, nous le voulons. »
NOTRE-DAME : « Vous aurez donc beaucoup à souffrir, mais la grâce de Dieu sera votre réconfort. »

« Ce fut en prononçant ces dernières paroles, “la grâce de Dieu, etc…” que pour la première fois Elle ouvrit les mains en nous communiquant une lumière si intense – écrit Sœur Lucie – que, pénétrant dans nos poitrines et dans le plus intime de nos âmes, elle nous faisait nous voir nous-mêmes en Dieu, qui était cette lumière, plus clairement que dans le meilleur des miroirs.

« Alors, une impulsion intime nous fut communiquée, qui nous fit tomber à genoux et répéter intérieurement :

«  O très sainte Trinité, je Vous adore. Mon Dieu, mon Dieu,
                                             je Vous aime dans le Très Saint Sacrement
.” »

Après un moment, la Sainte Vierge ajouta :

« Priez le chapelet tous les jours pour obtenir la paix pour le monde et la fin de  la guerre. »

« Puis – raconte Sœur Lucie – Elle commença à s’élever sereinement, en direction du levant, jusqu’à  disparaître au loin dans l’immensité. La lumière qui L’environnait semblait Lui ouvrir un chemin parmi les astres. »

 



Extrait :   « Fatima – Message de tragédie ou d’espérance ? »                                                                  de Antonio A. Borelli  (11ème édition –  octobre 2001)          

      Lire aussi :    Prions la Vierge Marie avec le Chapelet       

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

 

]]>
http://tfp-france.org/22760/premiere-apparition-de-la-tres-sainte-vierge-marie-a-fatima-13-mai-1917/feed 0
Méditations sur la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ http://tfp-france.org/21898/meditations-sur-la-passion-de-notre-seigneur-jesus-christ http://tfp-france.org/21898/meditations-sur-la-passion-de-notre-seigneur-jesus-christ#comments Wed, 25 Mar 2015 17:20:52 +0000 http://tfp-france.org/?p=21898   Nous vous présentons le livret : « Méditations sur la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ ».

  Alors que la Semaine Sainte approche, il vous permettra de nourrir notre réflexion et notre vie spirituelle.

  Mais il y a plus.

  Ces textes parlent à chaque chrétien de son devoir de suivre les traces du Divin Sauveur dans les difficultés quotidiennes et parmi l’hostilité déclarée des ennemis de Dieu.

  Si l’on méditait plus sur la Passion et la mort de Notre Seigneur Jésus-Christ, nous aurions plus de courage pour agir là où nous sommes, en défense de la morale chrétienne et des principes catholiques dans la société.  

 

— C’est chaque jour que l’on crucifie Notre Seigneur.

— C’est dans nos rues que cela se passe.

— Ce sont nos lois qui le renient, nos mœurs qui l’outragent.

— C’est Jésus que l’on tue dans l’âme des enfants.

Oui, la société dans laquelle nous vivons a banni Notre Seigneur, sa souffrance et sa Croix !

— Hélas ! vous avez tous les jours autour de vous des exemples criants des conséquences de l’impiété et de la mollesse des catholiques.

  Les forces du mal veulent balayer toute influence des catholiques dans la société. Alors que vous lisez ces lignes, vous vous demandez peut-être : « dois-je me résigner à ce qu’on bannisse Jésus-Christ de ma vie quotidienne ? »

— Lorsque vous méditerez sur notre Divin Sauveur portant sa Croix sous les quolibets, les coups et les injures de ceux qui étaient présents, vous verrez que vous pouvez suivre Son exemple, en vrai chrétien qui agit comme tel dans une société hostile, haineuse parfois.

— « Les hommes se perdent parce qu’ils ne pensent pas à la mort de Notre Seigneur et ne font pas pénitence ».

  Vous le savez peut-être, cette phrase est de la Bienheureuse Jacinthe, à qui la Vierge est apparue à Fatima en 1917.

  Elle l’a prononcée peu avant sa mort, et se trouve dans les témoignages rassemblés pour sa béatification.

  Et c’est en repensant à cette phrase de Jacinthe que j’ai décidé de vous inviter à agir.

  Ce que personne n’ose plus dire en face, c’est qu’en très grand nombre les personnes vont en Enfer, et que tout dans la société les y pousse…

  La seule qui a osé le dire, c’est la Sainte Vierge, en 1917 à Fatima, en montrant l’Enfer à trois enfants de 7, 9 et 10 ans !

   Souvenez-vous : quand vous étiez enfant et que vous alliez au catéchisme, vous avez appris les Commandements de la loi de Dieu… Eh bien ! il n’y en a pas un aujourd’hui qui ne soit combattu par notre société qui se paganise.

  Non content d’imposer une société sans-Dieu, il faut encore que l’on blasphème, que l’on insulte la Croix du Sauveur et que l’on attaque sans cesse l’Église, la Papauté et les catholiques dans leurs convictions.

  Lorsque tous vocifèrent, n’avons-nous pas le devoir d’agir dans la société pour que celle-ci cesse d’insulter et de crucifier Notre Sauveur par ses lois païennes et par ses spectacles qui poussent les hommes sur la voie de la perdition éternelle ?

— En France, la reconnaissance sociale de l’homosexualité est pratiquement imposée : après l’exigence du « mariage » et de l’adoption d’enfants, l’adhésion aux principes de la morale chrétienne sera bientôt punie par la loi, tout comme au temps du paganisme.

— La pornographie et tout un climat immoral minent la famille. La « culture de mort » s’impose dans les mœurs et dans les lois, s’en prenant aux enfants à naître, aux personnes âgées et aux handicapés.

— le satanisme revient en force dans notre société déchristianisée et attire avec violence des adolescents ou de jeunes adultes.

   Aussi, lorsque nous méditons sur notre Divin Sauveur portant sa Croix sous les quolibets, les coups et les injures de ceux qui étaient présents, demandons à la Très Sainte Vierge Marie qu’Elle nous obtienne de son Fils toutes les grâces qui nous sont nécessaires pour nous comporter en vrai chrétien.

   Non seulement afin de ne pas succomber, mais pour se lever, s’organiser et mettre en déroute les forces du mal qui veulent balayer toute influence des catholiques dans la société.

  Avec ce livret, vous aussi, « vivez au plus profond de vous-même, la souffrance si immense du Christ et de sa Mère« , comme l’a écrit un ami de la TFP, et laissez-vous imprégner par les commentaires bienfaisants de cette méditation.

  Les textes présentés ont été rédigés par un grand catholique aujourd’hui décédé, le Professeur Plinio Corrêa de Oliveira, fondateur de la première TFP.

  Ils n’ont rien perdu de leur actualité.

  Ce sont trois méditations intitulées :

– « Pourquoi le monde a-t-il haï Celui qui est venu faire le bien ? » ;

– « Ils Lui lièrent les mains car elles faisaient le bien » ;

– « Mon peuple, que t’ai-je fait ? »

  Si vous êtes comme moi, vous voudrez vous aussi que d’autres puissent bénéficier du vrai, du bien et du beau qui s’expriment dans cette méditation sur les pas du Christ.

  Je compte sur vous de trois façons :

— d’abord vous pouvez participer à cette campagne de diffusion des « Méditations sur la Passion » en offrant vos prières dans les intentions de la campagne, surtout en ce temps de Carême.

— ensuite en demandant d’autres exemplaires pour diffuser ce livret autour de vous. À cause de nos moyens réduits, le nombre est limité mais, dans la mesure de nos possibilités, je vous enverrai les exemplaires que vous me demanderez.

— Enfin en m’aidant par un don à développer la diffusion de la culture catholique comme ce livret, que j’aurais aimé envoyer à un plus grand nombre de personnes qui auraient été contentes de le recevoir parce qu’elles se sont déjà intéressées à nos campagnes dans le passé, mais auxquelles je n’ai pas pu écrire cette fois-ci, faute de moyens.

  En aidant à diffuser ces « Méditations sur la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ », vous rappelez à chaque chrétien son devoir d’agir dans la société pour que celle-ci cesse d’insulter et de crucifier Notre Sauveur par ses lois païennes et favorise le bien au lieu de pousser les âmes sur le chemin de la perdition éternelle.

 Pensez quelques instants au sens de cette phrase de la Bienheureuse Jacinthe de Fatima que je vous ai citée.

  Si vous le voulez bien, relisez là avec moi : « Les hommes se perdent parce qu’ils ne pensent pas à la mort de Notre Seigneur et ne font pas pénitence ».

  Ce que vous ferez sera reçu avec gratitude et votre geste sera extrêmement utile.

Pour nous écrire :

Mentionnez le code :   13863 / Méditations sur la Passion

6 av. Chauvard
92600 Asnières s/Seine
Par téléphoner : 01 45 55 61 88
 
Faire un don
 

Ce livret est édité par la TFP, il est hors commerce et ne peut être vendu.

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

]]>
http://tfp-france.org/21898/meditations-sur-la-passion-de-notre-seigneur-jesus-christ/feed 0
« Les hommes se perdent parce qu’ils ne pensent pas à la mort de Notre-Seigneur et ne font pas pénitence » http://tfp-france.org/21887/les-hommes-se-perdent-parce-quils-ne-pensent-pas-a-la-mort-de-notre-seigneur-et-ne-font-pas-penitence http://tfp-france.org/21887/les-hommes-se-perdent-parce-quils-ne-pensent-pas-a-la-mort-de-notre-seigneur-et-ne-font-pas-penitence#comments Mon, 23 Mar 2015 17:09:03 +0000 http://tfp-france.org/?p=21887 Méditez sur la mort de Notre Seigneur

Chemin Croix  - 1Vous vous demandez peut-être pourquoi je vous présente, alors que le carême a déjà commencé et que la Semaine Sainte s’approche, ce petit livret du Chemin de Croix ?

Bien sûr, il vous permettra de suivre et de méditer la Passion et la mort de Notre-Seigneur sur la Croix.

Mais il y a plus.

C’est chaque jour que l’on crucifie Jésus, dans nos rues, dans nos lois, dans nos mœurs.

Les forces du mal veulent balayer toute influence des catholiques dans la société. Alors que vous lisez ces lignes, vous pensez peut-être : « pourquoi donc devrais-je me résigner à laisser bannir Jésus-Christ de ma vie quotidienne ? »

— Lorsque vous méditerez sur notre Divin Sauveur, portant sa Croix sous les quolibets, les coups et les injures de ceux qui étaient présents, vous verrez que vous pouvez suivre Son exemple, en vrai chrétien qui agit en tant que tel dans une société hostile, haineuse parfois.

 Oui, la société dans laquelle nous vivons a banni Notre Seigneur, sa souffrance et sa Croix !

 Et vous serez sans doute d’accord avec moi : si l’on méditait plus sur la passion et la mort de Notre-Seigneur Jésus-Christ, nous aurions plus de courage pour agir, là où nous sommes, en défense de la morale chrétienne et des principes catholiques dans la société.

— Hélas ! vous avez tous les jours autour de vous des exemples criants des conséquences de l’impiété et de la mollesse des catholiques.

Jacinta de Fatima 2 Lorsque vous méditerez chacune des stations de ce Chemin de Croix, vous découvrirez ce que vous pouvez faire pour répondre à l’amour du Christ et de sa Mère.

— « Les hommes se perdent parce qu’ils ne pensent pas à la mort de Notre-Seigneur et ne font pas pénitence ».

 Vous le savez peut-être, cette phrase est de la bienheureuse Jacinthe, à qui la Vierge est apparue à Fatima en 1917.

 Elle l’a prononcée peu avant sa mort, et se trouve dans les témoignages rassemblés pour sa béatification.

 Et c’est en repensant à cette phrase de Jacinthe que j’ai décidé de vous inviter à agir.

 Ce que personne n’ose proclamer, c’est qu’en très, très grand nombre, les personnes vont en Enfer et que tout dans la société les y pousse…

 La seule qui a osé le dire, c’est la Sainte Vierge, en 1917 à Fatima, en montrant l’Enfer à trois enfants de 7, 9 et 10 ans !

 Souvenez-vous, lorsqu’enfant vous alliez au catéchisme, vous avez appris les commandements de la loi de Dieu… Eh bien ! il n’y en a pas un aujourd’hui qui ne soit combattu par notre société qui se paganise.

 Non content d’imposer une société sans-Dieu, il faut encore que l’on blasphème, que l’on insulte la Croix du Sauveur et que l’on attaque sans cesse l’Église, la Papauté et les catholiques dans leurs convictions.

 Lorsque tous vocifèrent, n’avons-nous pas le devoir d’agir dans la société pour que celle-ci cesse d’insulter et de crucifier Notre Sauveur par ses lois païennes et par ses spectacles qui poussent les hommes sur la voie de la perdition éternelle ?

C’est chaque jour que l’on crucifie Notre-Seigneur.Chemin Croix 2015 - photo 1

— C’est dans nos rues que cela se passe.

— Ce sont nos lois qui le renient, ce sont nos mœurs qui l’outragent.

— C’est Jésus que l’on tue dans l’âme des enfants.

— En France, la reconnaissance sociale de l’homosexualité est imposée ; et la nouvelle exigence est le l’adoption d’enfant. Et les exigences ne s’arrêteront pas là !

— La pornographie et tout un climat immoral minent la famille. La « culture de mort » s’impose dans les mœurs et dans les lois, s’en prenant aux enfants à naître, aux personnes âgées et aux handicapés.

— le satanisme revient en force dans notre société déchristianisée et attire avec violence des adolescents ou de jeunes adultes.

 Avec ce « Chemin de Croix », vous aussi, « vivez au plus profond de vous-même, la souffrance si immense du Christ et de sa Mère », comme l’a écrit un ami de la TFP, et laissez-vous imprégner par les commentaires bienfaisants de cette méditation.

 Le texte a été rédigé par un grand catholique aujourd’hui décédé, le professeur Plinio Corrêa de Oliveira, fondateur de la première TFP. Il n’a rien perdu de son actualité.

 Il parle à chaque chrétien de son devoir de suivre les traces du Divin Sauveur dans les difficultés du monde moderne et parmi l’hostilité déclarée des ennemis de Dieu.

 Si vous êtes comme moi, vous voudrez vous aussi que d’autres puissent se bénéficier de cette si belle version du Chemin de Croix.

 Permettez-moi de vous avouer quelque chose : lorsque je les lis les nombreuses lettres qui arrivent au secrétariat, je regrette de ne pas avoir les moyens d’augmenter beaucoup plus les diffusions entreprises par la campagne «La France a besoin de la Sainte Vierge».

 Voilà pourquoi je tiens tant à vous inviter à être vous aussi un propagateur, soit directement, soit par votre don, soit par vos prières.

Je compte sur vous de trois façons :

Chemin Croix 2015 - photo 2– d’abord vous pouvez participer à cette campagne de diffusion du Chemin de Croix en le récitant, surtout en ce temps de carême, et en offrant vos prières dans les intentions de la campagne.

— ensuite en demandant d’autres exemplaires pour le diffuser autour de vous. À cause de nos moyens réduits, le nombre est limité, mais dans la mesure de nos possibilités, je vous enverrai les exemplaires que vous me demanderez.

— Enfin en m’aidant par un don à développer la diffusion de la piété traditionnelle, comme ce Chemin de Croix que j’aurais aimé envoyer à un plus grand nombre de personnes, qui auraient été contentes de le recevoir parce qu’elles se sont déjà intéressées à nos campagnes dans le passé, mais auxquelles je n’ai pas pu écrire cette fois-ci, faute de moyens.

 D’avance je vous dis un très grand merci !

 En aidant à diffuser le « Chemin de Croix », vous rappelez à chaque chrétien son devoir d’agir dans la société pour que celle-ci cesse d’insulter et de crucifier Notre Sauveur par ses lois païennes et favorise le bien au lieu de pousser les âmes sur le chemin de la perdition éternelle.

 Pensez quelques instants au sens de cette phrase de la Bienheureuse Jacinthe de Fatima.

 Si vous le voulez bien, relisez là avec moi : « Les hommes se perdent parce qu’ils ne pensent pas à la mort de Notre-Seigneur et ne font pas pénitence ».

 Soyez sûr que ce que vous ferez sera reçu avec gratitude et que votre geste sera utile.

 

Les scènes de ce Chemin de Croix ont été peintes par William-Adolphe Bouguereau, artiste français du XIXe siècle, pour la cathédrale Saint-Louis de La Rochelle sa ville natale.

Pour nous écrire :

Mentionnez le code  – 13863 /  Chemin de Croix – 2015  

6 av. Chauvard – 92600 Asnières s/Seine

Par téléphoner :  01 45 55 61 88

Faire un don

 (Les livrets  sont distribués gratuitement)

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

]]>
http://tfp-france.org/21887/les-hommes-se-perdent-parce-quils-ne-pensent-pas-a-la-mort-de-notre-seigneur-et-ne-font-pas-penitence/feed 0
Méditez sur la mort de Notre Seigneur http://tfp-france.org/21613/meditez-sur-la-mort-de-notre-seigneur http://tfp-france.org/21613/meditez-sur-la-mort-de-notre-seigneur#comments Mon, 02 Mar 2015 16:20:06 +0000 http://tfp-france.org/?p=21613 Chemin Croix  - 1Vous vous demandez peut-être pourquoi je vous présente, alors que le carême a déjà commencé et que la Semaine Sainte s’approche, ce petit livret du Chemin de Croix ?

Bien sûr, il vous permettra de suivre et de méditer la Passion et la mort de Notre-Seigneur sur la Croix.

Mais il y a plus.

C’est chaque jour que l’on crucifie Jésus, dans nos rues, dans nos lois, dans nos mœurs.

Les forces du mal veulent balayer toute influence des catholiques dans la société. Alors que vous lisez ces lignes, vous pensez peut-être : « pourquoi donc devrais-je me résigner à laisser bannir Jésus-Christ de ma vie quotidienne ? »

— Lorsque vous méditerez sur notre Divin Sauveur, portant sa Croix sous les quolibets, les coups et les injures de ceux qui étaient présents, vous verrez que vous pouvez suivre Son exemple, en vrai chrétien qui agit en tant que tel dans une société hostile, haineuse parfois.

 Oui, la société dans laquelle nous vivons a banni Notre Seigneur, sa souffrance et sa Croix !

 Et vous serez sans doute d’accord avec moi : si l’on méditait plus sur la passion et la mort de Notre-Seigneur Jésus-Christ, nous aurions plus de courage pour agir, là où nous sommes, en défense de la morale chrétienne et des principes catholiques dans la société.

— Hélas ! vous avez tous les jours autour de vous des exemples criants des conséquences de l’impiété et de la mollesse des catholiques.

Jacinta de Fatima 2 Lorsque vous méditerez chacune des stations de ce Chemin de Croix, vous découvrirez ce que vous pouvez faire pour répondre à l’amour du Christ et de sa Mère.

— « Les hommes se perdent parce qu’ils ne pensent pas à la mort de Notre-Seigneur et ne font pas pénitence ».

 Vous le savez peut-être, cette phrase est de la bienheureuse Jacinthe, à qui la Vierge est apparue à Fatima en 1917.

 Elle l’a prononcée peu avant sa mort, et se trouve dans les témoignages rassemblés pour sa béatification.

 Et c’est en repensant à cette phrase de Jacinthe que j’ai décidé de vous inviter à agir.

 Ce que personne n’ose proclamer, c’est qu’en très, très grand nombre, les personnes vont en Enfer et que tout dans la société les y pousse…

 La seule qui a osé le dire, c’est la Sainte Vierge, en 1917 à Fatima, en montrant l’Enfer à trois enfants de 7, 9 et 10 ans !

 Souvenez-vous, lorsqu’enfant vous alliez au catéchisme, vous avez appris les commandements de la loi de Dieu… Eh bien ! il n’y en a pas un aujourd’hui qui ne soit combattu par notre société qui se paganise.

 Non content d’imposer une société sans-Dieu, il faut encore que l’on blasphème, que l’on insulte la Croix du Sauveur et que l’on attaque sans cesse l’Église, la Papauté et les catholiques dans leurs convictions.

 Lorsque tous vocifèrent, n’avons-nous pas le devoir d’agir dans la société pour que celle-ci cesse d’insulter et de crucifier Notre Sauveur par ses lois païennes et par ses spectacles qui poussent les hommes sur la voie de la perdition éternelle ?

C’est chaque jour que l’on crucifie Notre-Seigneur.Chemin Croix 2015 - photo 1

— C’est dans nos rues que cela se passe.

— Ce sont nos lois qui le renient, ce sont nos mœurs qui l’outragent.

— C’est Jésus que l’on tue dans l’âme des enfants.

— En France, la reconnaissance sociale de l’homosexualité est imposée ; et la nouvelle exigence est le l’adoption d’enfant. Et les exigences ne s’arrêteront pas là !

— La pornographie et tout un climat immoral minent la famille. La « culture de mort » s’impose dans les mœurs et dans les lois, s’en prenant aux enfants à naître, aux personnes âgées et aux handicapés.

— le satanisme revient en force dans notre société déchristianisée et attire avec violence des adolescents ou de jeunes adultes.

 Avec ce « Chemin de Croix », vous aussi, « vivez au plus profond de vous-même, la souffrance si immense du Christ et de sa Mère », comme l’a écrit un ami de la TFP, et laissez-vous imprégner par les commentaires bienfaisants de cette méditation.

 Le texte a été rédigé par un grand catholique aujourd’hui décédé, le professeur Plinio Corrêa de Oliveira, fondateur de la première TFP. Il n’a rien perdu de son actualité.

 Il parle à chaque chrétien de son devoir de suivre les traces du Divin Sauveur dans les difficultés du monde moderne et parmi l’hostilité déclarée des ennemis de Dieu.

 Si vous êtes comme moi, vous voudrez vous aussi que d’autres puissent se bénéficier de cette si belle version du Chemin de Croix.

 Permettez-moi de vous avouer quelque chose : lorsque je les lis les nombreuses lettres qui arrivent au secrétariat, je regrette de ne pas avoir les moyens d’augmenter beaucoup plus les diffusions entreprises par la campagne «La France a besoin de la Sainte Vierge».

 Voilà pourquoi je tiens tant à vous inviter à être vous aussi un propagateur, soit directement, soit par votre don, soit par vos prières.

Je compte sur vous de trois façons :

Chemin Croix 2015 - photo 2– d’abord vous pouvez participer à cette campagne de diffusion du Chemin de Croix en le récitant, surtout en ce temps de carême, et en offrant vos prières dans les intentions de la campagne.

— ensuite en demandant d’autres exemplaires pour le diffuser autour de vous. À cause de nos moyens réduits, le nombre est limité, mais dans la mesure de nos possibilités, je vous enverrai les exemplaires que vous me demanderez.

— Enfin en m’aidant par un don à développer la diffusion de la piété traditionnelle, comme ce Chemin de Croix que j’aurais aimé envoyer à un plus grand nombre de personnes, qui auraient été contentes de le recevoir parce qu’elles se sont déjà intéressées à nos campagnes dans le passé, mais auxquelles je n’ai pas pu écrire cette fois-ci, faute de moyens.

 D’avance je vous dis un très grand merci !

 En aidant à diffuser le « Chemin de Croix », vous rappelez à chaque chrétien son devoir d’agir dans la société pour que celle-ci cesse d’insulter et de crucifier Notre Sauveur par ses lois païennes et favorise le bien au lieu de pousser les âmes sur le chemin de la perdition éternelle.

 Pensez quelques instants au sens de cette phrase de la Bienheureuse Jacinthe de Fatima.

 Si vous le voulez bien, relisez là avec moi : « Les hommes se perdent parce qu’ils ne pensent pas à la mort de Notre-Seigneur et ne font pas pénitence ».

 Soyez sûr que ce que vous ferez sera reçu avec gratitude et que votre geste sera utile.

 

Les scènes de ce Chemin de Croix ont été peintes par William-Adolphe Bouguereau, artiste français du XIXe siècle, pour la cathédrale Saint-Louis de La Rochelle sa ville natale.

Pour nous écrire :

Mentionnez le code  – 13863 /  Chemin de Croix – 2015  

6 av. Chauvard – 92600 Asnières s/Seine

Par téléphoner :  01 45 55 61 88

Faire un don

 (Les livrets  sont distribués gratuitement)

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

]]>
http://tfp-france.org/21613/meditez-sur-la-mort-de-notre-seigneur/feed 0
Le Christ Roi de l’Univers et la laïcité – Partie 2 finale http://tfp-france.org/20114/le-christ-roi-de-lunivers-et-la-laicite-partie-2-finale http://tfp-france.org/20114/le-christ-roi-de-lunivers-et-la-laicite-partie-2-finale#comments Mon, 17 Nov 2014 17:20:27 +0000 http://tfp-france.org/?p=20114
                                                                       (  cliquez ici pour lire la première partie  )

Retable_de_l'Agneau_mystique_(2)

    Les catholiques ont le droit et le devoir d’intervenir

Le cardinal Ratzinger, prenant ensuite comme exemple le problème des législations modernes qui attaquent le droit à la vie ou la famille, rappelle :

  « Les catholiques ont le droit et le devoir d’intervenir dans ce déferlement, pour rappeler au sens le plus profond de la vie et à la responsabilité qui incombe à tous en cette matière.

  «  Dans la continuité à l’enseignement constant de l’Eglise, Jean-Paul II a maintes fois répété que ceux qui sont engagés directement dans les instances législatives ont “une obligation grave et précise de s’opposer” à toute loi qui s’avère un attentat à la vie humaine.

  «  Pour eux, comme pour tout catholique, existe l’impossibilité de participer à une campagne en leur faveur, et il n’est permis à personne de les soutenir par son vote. »

Fausse conception de la laïcité « à la française »

Une clarification indispensable est faite au sujet de la laïcité. Malheureusement, l’idée erronée dénoncée par la Note doctrinale est ancrée très profondément dans les mentalités :

  « L’appel, qui revient souvent, à propos de la “laïcité” et qui devrait guider l’engagement des catholiques, demande une clarification, et pas seulement au niveau terminologique.

  « La promotion en conscience du bien commun de la société politique n’a rien à voir avec le “confessionalisme” ou l’intolérance religieuse.

  « Pour la doctrine morale catholique la laïcité est comprise comme une autonomie de la sphère civile et politique par rapport à la sphère religieuse et ecclésiastique, – mais pas par rapport à la sphère morale. (…)

  « Ce serait une erreur de confondre la juste autonomie que les catholiques doivent avoir en politique, avec la revendication d’un principe indépendant de l’enseignement moral et social de l’Eglise.

  « Par son intervention dans ce domaine, le Magistère de l’Eglise ne veut pas exercer un pouvoir politique ni éliminer la liberté d’opinion des catholiques sur des questions contingentes. » (…) L'enlèvement des crucifix des écoles de Paris, 1881 - detail

  « Ils entérineraient une forme de laïcisme intolérant, ceux qui, au nom de la conscience individuelle, voudraient voir dans le devoir moral qu’ont les chrétiens d’être cohérents avec leur conscience, un signal pour les disqualifier politiquement et leur refuser le droit d’agir en politique conformément à leurs convictions sur le bien commun.

  « Dans cette perspective, on nierait non seulement toute importance politique et culturelle à la foi chrétienne, mais aussi la possibilité même d’une éthique naturelle. S’il en était ainsi, la voie serait ouverte à une anarchie morale qui ne pourrait jamais être identifiée avec aucune forme de pluralisme légitime.

  « La domination du plus fort sur le faible serait la conséquence évidente d’un tel choix de société. »

Nécessaire mise en garde contre la déviation de certaines publications catholiques

  « Dans des circonstances récentes, il est arrivé que même à l’intérieur d’associations ou d’organisations politiques chrétiennes, émergent des orientations en faveur de forces et mouvements politiques, qui ont pris, sur des questions politiques fondamentales, des positions contraires à l’enseignement moral et social de l’Eglise.

  « De tels choix et leur ratification, parce qu’ils sont en contradiction avec des principes fondamentaux de la conscience chrétienne, ne sont pas compatibles avec l’appartenance à des associations ou à des organisations qui se définissent comme catholiques.

  « De manière analogue, il faut relever que, dans certains pays, des revues et des périodiques catholiques ont donné à leurs lecteurs une orientation ambiguë et incohérente, à l’occasion de choix politiques. Ils ont interprété de manière équivoque le sens de l’autonomie catholique en politique, sans prendre en considération les principes auxquels on devrait se référer.

Poor_Della_Robbia_Louvre_ML26 - detail

  « La foi en Jésus-Christ, qui s’est défini lui-même comme “la voie, la vérité et la vie” (Jn 14,6), demande aux chrétiens un effort pour s’insérer, avec un engagement majeur, dans la  construction d’une culture qui, sous l’inspiration de l’Evangile, propose à nouveau le  patrimoine de valeurs et le contenu de la Tradition catholique.

  « La nécessité de présenter en termes contemporains, le fruit de l’héritage spirituel, intellectuel et moral du catholicisme, paraît aujourd’hui marquée par une urgence qu’on ne peut reporter. (…) »

 

 

 

 

Extraits de la « Note doctrinale à propos de questions sur l’engagement et le comportement des catholiques dans la vie politique » publiée à Rome, au siège de  la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le 24 novembre 2002, Solennité du Christ Roi de l’Univers.                                                                             Publié dans Bulletin d’information de la TFP – avril 2003  

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

]]>
http://tfp-france.org/20114/le-christ-roi-de-lunivers-et-la-laicite-partie-2-finale/feed 0
Fatima : explication et solution de la crise contemporaine http://tfp-france.org/18116/fatima-explication-et-solution-de-la-crise-contemporaine http://tfp-france.org/18116/fatima-explication-et-solution-de-la-crise-contemporaine#comments Wed, 30 Jul 2014 16:20:35 +0000 http://tfp-france.org/?p=18116       Du début du siècle jusqu’en 1914, la société présentait une apparence brillante.
   Le progrès touchait tous les domaines. La vie économique avait atteint une prospérité sans précédent. La vie sociale était facile et attrayante. L’humanité semblait s’acheminer vers l’âge d’or.

  Cependant, certains symptômes graves contrastaient avec les couleurs riantes de ce tableau. Il existait de nombreuses misères matérielles et morales. Mais rares étaient ceux qui en mesuraient toute l’importance.

WW1 - WW2 - 2   La plupart espérait que la science et le progrès résoudraient tous les problèmes. La première guerre mondiale opposa un terrible démenti à toutes ces perspectives.

   De tous côtés, les difficultés ne cessèrent de s’aggraver jusqu’à ce que survienne, en 1939, la deuxième guerre mondiale.

  Et l’on arrive ainsi à la situation actuelle, où l’on peut dire qu’il n’y a pas un seul pays sur Terre qui ne soit plongé  en de graves crises, dans presque tous les domaines.

  Autrement dit, si l’on analyse la vie interne de chaque pays, on note un état d’agitation, de désordre, de déchaînement des ambitions  et des convoitises, de subversion des valeurs, qui chemine vers l’anarchie lorsqu’il ne l’a pas déjà atteinte.

J & Lucia  Aucun homme d’État contemporain n’a su présenter de solution capable de couper la route à ce processus morbide d’envergure universelle.

  L’élément essentiel des messages de la Sainte Vierge et de l’Ange du Portugal à Fatima, en 1917, consiste justement à ouvrir les yeux de l’humanité sur la gravité de cette situation, à la lui expliquer à la lumière des plans de la divine Providence, et à indiquer les moyens nécessaires pour éviter la catastrophe.

  C’est réellement l’histoire de notre époque et plus encore son futur qui nous sont montrés par la Mère de Dieu.

  L’empire romain d’Occident s’est terminé par un cataclysme analysé et illuminé par le génie d’un grand docteur de l’Église, saint Augustin. Le déclin du Moyen-âge a été prédit par un grand prophète, saint Vincent Ferrier.

 La révolution française, qui marque la fin des temps modernes, a été prévue par un autre grand prophète – et en même temps grand Docteur – saint Louis-Marie Grignion de Montfort.

  Les temps contemporains, qui semblent sur le point de se terminer par une nouvelle crise, ont eu un plus grand privilège. C’est la Sainte Vierge Elle-même qui est venue parler aux hommes.

  Saint Augustin n’a pu qu’expliquer à l’intention de la postérité les causes de la tragédie à laquelle il assistait. Saint Vincent Ferrier et saint Louis-Marie Grignion de Montfort cherchèrent en vain à dévier la tourmente : les hommes ne voulurent rien entendre.

Sacred Image Fatima

 

  Quant à la Sainte Vierge, Elle explique les motifs de la crise, indique la solution et prophétise la catastrophe si les hommes ne l’écoutent pas.

  Sous tous les points de vue – par la nature de leur contenu comme par la dignité de Celle qui les a faites – les révélations de Fatima dépassent tout ce que la Providence a pu communiquer aux hommes à l’imminence des grandes bourrasques de l’histoire.


   L’élément essentiel des messages se trouve nettement dans ce qui touche à ce thème. Le reste, aussi important soit-il, est un simple complément.

 

Catolicismo, n° 29, mai 1953 (extraits) Un commentaire du troisième Secret, avec quarante ans d’avance Plinio Corrêa de Oliveira

    Lire aussi : « Jésus veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé »

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

 

 

]]>
http://tfp-france.org/18116/fatima-explication-et-solution-de-la-crise-contemporaine/feed 0
« Jésus veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé » http://tfp-france.org/17778/jesus-veut-etablir-dans-le-monde-la-devotion-a-mon-coeur-immacule-2 http://tfp-france.org/17778/jesus-veut-etablir-dans-le-monde-la-devotion-a-mon-coeur-immacule-2#comments Mon, 14 Jul 2014 16:19:13 +0000 http://tfp-france.org/?p=17778   NDF Sœur Lucie, la dernière des trois voyants à qui la Sainte Vierge est apparue à Fatima, en 1917 est décédée le 13 février 2005. Elle allait avoir 98 ans. Alors que ses deux cousins, les bienheureux François et Jacinthe, sont allés au Ciel peu de temps après les apparitions, Lucie est restée à cause d’une mission que la Sainte Vierge a voulu lui confier.
   La richesse et l’actualité du message de Fatima sont loin d’être épuisées. Cependant, un grand nombre de catholiques les ignorent, se contentant de vagues idées reçues, véhiculées souvent par des médias peu catholiques. Vous trouverez ci-dessous le rappel d’un point essentiel du message de Marie : la dévotion à son Coeur Immaculé et la pratique de la communion réparatrice des cinq premiers samedis.

« Tu resteras là encore quelque temps »

   Lors de la première apparition, le 13 mai 1917, Lucie demande à la Sainte Vierge :

— « Et moi, est-ce que j’irai au Ciel aussi ? »
— « Oui, tu iras », lui répondit-Elle.
Lucie : — « Et Jacinthe ? »
Notre-Dame : — « Aussi ».
Lucie : — « Et François ? »
Notre-Dame  : — « Aussi, mais il doit dire beaucoup de chapelets ».

   Un mois plus tard, lors de la deuxième apparition, Lucie insiste sur sa demande d’aller au Ciel, mais la Sainte Vierge lui précise qu’elle devra encore rester « quelque temps » :

Lucie : — « Je voudrais Vous demander de nous emmener au Ciel. »

Notre-Dame : — « Oui, Jacinthe et François, Je les y amènerai bientôt. Mais toi, tu resteras là encore quelque temps. Jésus veut se servir de toi pour Me faire connaître et aimer. Il veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. À ceux qui l’embrasseront, Je promets le salut ; et ces âmes seront aimées de Dieu, comme des fleurs disposées par Moi pour orner son trône ».

Lucie  : — « Est-ce que je vais rester ici toute seule ? »

Notre-Dame : — « Non, ma fille. Souffres-tu beaucoup ? Ne te décourage pas. Jamais Je ne t’abandonnerai. Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu ».

Le Coeur Immaculé de Marie outragé par les péchés demande réparation

  Dès ce 13 juin 1917, la mission de Lucie est annoncée : faire connaître dans le monde entier la dévotion au Coeur Immaculé de Marie.

« Au moment où Elle disait ces dernières paroles – raconte sœur Lucie – Elle ouvrit les mains et nous communiqua pour la deuxième fois le reflet de cette lumière immense. En elle, nous nous vîmes comme immergés en Dieu. Jacinthe et François semblaient être dans la partie de cette lumière qui s’élevait vers le Ciel, et moi dans celle qui se répandait sur la terre. Devant la paume de la main droite de la Sainte Vierge, se trouvait un Cœur entouré d’épines qui semblaient y être enfoncées. Nous avons compris que c’était le Cœur Immaculé de Marie, outragé par les péchés de l’humanité, qui demandait réparation ».

   Le 13 juillet suivant, la Sainte Vierge montra l’Enfer aux trois enfants, âgés alors de sept, neuf et dix ans. Après cette terrible vision, Elle leur déclara :

— « Vous avez vu l’enfer, où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé ». Puis, sans expliquer davantage : « Je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis ».

« Toi tu vas rester ici-bas »

   Pendant la maladie qui précéda la mort de ses deux cousins, Lucie leur faisait de fréquentes visites. Ils s’entretenaient alors longuement des événements auxquels ils avaient été associés.

Hôpital ‘Dona Estefânia’ où Jacinthe est mort.

Hôpital ‘Dona Estefânia’ où Jacinthe est mort.

  Jacinthe lui rappelait qu’elle avait une mission :

— « Dans peu de temps, je m’en vais au Ciel. Toi, tu vas rester ici-bas afin de dire que Dieu veut établir dans le monde la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Le moment venu de le dire, ne te cache pas, dis à tout le monde que Dieu nous accorde les grâces par l’entremise du Cœur Immaculé de Marie. Qu’on les Lui demande à Elle, car le Cœur de Jésus veut qu’à Son côté soit vénéré le Cœur de Marie. Qu’on demande la paix au Cœur Immaculé de Marie, car Dieu la Lui a confiée. Si je pouvais mettre dans le cœur de tout le monde le feu que j’ai dans ma poitrine qui me brûle et me fait tant aimer le Cœur de Jésus et le Cœur de Marie ! »

« Je leur promets de les assister à l’heure de la mort »

   Ce n’est que quelques années plus tard que la Sainte Vierge va révéler à soeur Lucie la pratique de la communion réparatrice des cinq premiers samedis.

   Le 10 décembre 1925, la Très Sainte Vierge et, à côté d’Elle, l’Enfant Jésus sur une nuée lumineuse apparurent à sœur Lucie dans sa cellule à la maison Sainte-Dorothée de Pontevedra. Lui posant une main sur l’épaule, Elle lui montra dans l’autre un Cœur entouré d’épines. L’Enfant-Jésus, en le désignant, exhorta la voyante par ces paroles : « Aie pitié du Cœur de ta Très Sainte Mère, couvert d’épines que les hommes ingrats Lui enfoncent à chaque instant, sans qu’il n’y ait personne pour les en retirer par un acte de réparation. »

   La Sainte Vierge ajouta : « Vois, ma fille, mon Cœur couronné d’épines que les hommes ingrats m’enfoncent à chaque instant par des blasphèmes et des ingratitudes. Toi au moins, tâche de Me consoler, et dis à tous ceux qui, cinq mois de suite, chaque premier samedi, se confesseront et recevront la sainte Communion, diront un chapelet et Me tiendront compagnie pendant quinze minutes en méditant sur les quinze mystères du Rosaire dans un esprit de réparation à mon égard, que Je leur promets de les assister à l’heure de la mort avec toutes les grâces nécessaires au salut de leurs âmes ».

  Le 15 février 1926, l’Enfant Jésus apparaît de nouveau à sœur Lucie à Pontevedra, en lui demandant si elle a déjà propagé la dévotion à sa Très Sainte Mère. La voyante Lui fait part de difficultés présentées par son confesseur. Elle explique que sa supérieure est prête à la propager, mais que ce prêtre lui a dit que, seule, la Révérende Mère ne pourrait rien faire. Jésus répond : « Il est vrai que ta supérieure ne peut rien seule, mais avec ma grâce elle peut tout. »

   Sœur Lucie expose la difficulté qu’auront certaines personnes à se confesser le samedi et Lui demande que soit valide la confession dans les huit jours. Jésus répond : — « Oui, elle peut remonter à beaucoup plus encore, pourvu qu’en Me recevant on soit en état de grâce et qu’on ait l’intention de réparer les offenses faites au Cœur Immaculé de Marie. » Sœur Lucie soulève aussi l’hypothèse de quelqu’un qui oublierait de formuler l’intention au moment de se confesser, ce à quoi Notre Seigneur répond : — « On peut alors le faire à la confession suivante, en profitant de la première occasion venue de se confesser ».

Les cinq sortes d’offenses contre le Coeur Immaculé de Marie

Au cours d’une veille entre le 29 et le 30 mai 1930, Notre-Seigneur, parlant intérieurement à sœur Lucie, résoud une autre difficulté :

« La pratique de cette dévotion sera également acceptée le dimanche qui suit le premier samedi, lorsque mes Prêtres, pour de justes raisons, l’accorderont aux âmes. »

En cette même occasion, Notre- Seigneur communique à sœur Lucie la réponse à cette autre consultation :

« Pourquoi cinq samedis et non neuf, ou sept en l’honneur des douleurs de Notre-Dame ? »

« Ma fille, le motif est simple : il y a cinq sortes d’offenses et de blasphèmes proférés contre le Cœur Immaculé de Marie.o_l_fatima

« 1. Les blasphèmes contre l’Immaculée Conception ;

« 2. Contre sa virginité ;

« 3. Contre la maternité divine, refusant en même temps de La reconnaître comme Mère des hommes ;

« 4. Ceux qui cherchent publiquement à inculquer dans le cœur des enfants l’indifférence, le mépris et même la haine envers cette Mère Immaculée ;

« 5. Ceux qui L’outragent directement dans ses images sacrées ».

 

Extrait  :  « Fatima – Message de tragédie ou d’espérance ? »  (extraits). 

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

]]>
http://tfp-france.org/17778/jesus-veut-etablir-dans-le-monde-la-devotion-a-mon-coeur-immacule-2/feed 0