tfp-france.org » Livres http://tfp-france.org Thu, 28 Jan 2016 16:33:21 +0000 fr-FR hourly 1 http://wordpress.org/?v=4.2.6 La noblesse et les élites traditionnelles : une idée très moderne en somme ! http://tfp-france.org/797/la-noblesse-et-les-elites-traditionnelles-une-idee-tres-moderne-en-somme-3 http://tfp-france.org/797/la-noblesse-et-les-elites-traditionnelles-une-idee-tres-moderne-en-somme-3#comments Sat, 12 Dec 2015 10:09:28 +0000 http://tfp-france.org/?p=797

Le livre:PCO1

Noblesse et élites traditionnelles analogues dans les allocutions de   Pie XII au Patriciat et à la Noblesse romaine  

                                                                                    écrit par le Professeur Plinio Corrêa de Oliveira

La noblesse, pourquoi pas ?

  Pour certains, la noblesse n’est que le souvenir folklorique d’un passé que l’on veut révolu, ou bien un sujet d’étude pour spécialistes de vieux grimoires poussiéreux… Et pourtant ce mot, « noblesse », a été prononcé pendant des siècles avec admiration et respect par des générations de Français, jusqu’au jour où il devint l’objet d’une haine qui fit couler des flots de sang.

  Depuis, l’importance de la noblesse n’a cessé de varier dans l’esprit du public. Cette idée, qui éveille des évocations grandioses sur le plan moral et culturel, peut-elle être chargée de valeurs utiles pour la France contemporaine ? Ce mot possède-t-il des germes d’espoir pour le futur ? Que faire de la noblesse ?

  Le pape Pie XII s’est prononcé sur ce sujet dans quatorze allocutions célèbres au Patriciat et à la Noblesse romaine. L’auteur les commente avec soin et part de ces réflexions pour étudier le rôle actuel de la noblesse.

  Il montre que la mission de la noblesse ne constitue pas un exclusivisme, surtout depuis les transformations politiques, sociales et économiques qui ont suivi 1789.

  Au contraire, il s’agit d’une classe qui favorise largement la diffusion des valeurs dont elle est détentrice. Aussi doit-elle former à présent le noyau autour duquel s’articulent et s’ordonnent les diverses élites sociales. Dans cette perspective, le présent essai analyse la situation et la fonction qui reviennent actuellement aux élites complémentaires de la noblesse.

   La noblesse et les élites traditionnelles : une idée très moderne en somme !

book-collection

             le livre au format HTML

                                                                                                                                                                                                                                                                                                          Cliquez ici:

 

 

 

 

 

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

 

]]>
http://tfp-france.org/797/la-noblesse-et-les-elites-traditionnelles-une-idee-tres-moderne-en-somme-3/feed 0
La vue du Crucifix doit ranimer notre confiance. http://tfp-france.org/17414/la-vue-du-crucifix-doit-ranimer-notre-confiance http://tfp-france.org/17414/la-vue-du-crucifix-doit-ranimer-notre-confiance#comments Sat, 14 Nov 2015 10:20:13 +0000 http://tfp-france.org/?p=17414   Si jamais dans vos luttes intimes vous sentez faiblir votre confiance, méditez les passages de l’Évangile que je viens de vous indiquer. Jetez un long regard sur votre Crucifix.

PRC_SRM_Crucifixo18

  Contemplez cette Croix ignominieuse, sur laquelle expire le Sauveur.

Regardez sa pauvre tête couronnée d’épines, qui retombe inerte sur sa poitrine.
Regardez ses yeux éteints, sa face livide où le Sang précieux se coagule.
Regardez ses pieds et ses mains percés, son corps déchiré.
Regardez son Cœur adorable, que vient d’ouvrir la lance du soldat : il en est sorti quelques gouttes d’eau ensanglantée.

   Il vous a tout donné ! Comment vous défier de lui ? Mais il attend que vous le payiez de retour.

   Au nom de son amour, au nom de son martyre, au nom de sa mort, prenez la résolution d’éviter désormais le péché mortel. Votre faiblesse est grande, mais il vous aidera.

Crucifix_Lo_Res  Malgré votre bonne volonté, vous aurez peut-être des chutes et des rechutes ; mais il est miséricordieux.

  Ce qu’il vous demande, c’est de ne pas vous endormir dans le péché, de ne pas croupir dans de mauvaises habitudes.

  Promettez-lui de vous confesser sans retard et de ne jamais passer la nuit avec un péché mortel sur votre conscience.

  Heureux, si vous tenez courageusement cette sainte résolution ! Jésus n’aura pas vainement répandu pour vous son Sang précieux. Vous pourrez vous rassurer sur vos dispositions intérieures.

  Vous aurez le droit d’envisager avec sérénité l’effroyable problème de la prédestination : vous porterez sur votre front le signe des élus.

 

 

  Extraits du Livre de la Confiance, de l’abbé Thomas de Saint-Laurent   (Chapitre IV :  La confiance en Dieu et nos besoins spirituels – IV. La vue du Crucifix doit ranimer notre confiance.)
Crucifix baroque portugais, fin XVIIIe siècle en bois polychrome, palissandre du Brésil, argent et rubis qui orme le siège du Conseil national de la TFP brésilienne à Sào Paulo. 

  

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

our_lord

]]>
http://tfp-france.org/17414/la-vue-du-crucifix-doit-ranimer-notre-confiance/feed 0
Télécharger – Les prières de Fatima http://tfp-france.org/11098/telecharger-les-prieres-de-fatima http://tfp-france.org/11098/telecharger-les-prieres-de-fatima#comments Wed, 14 Oct 2015 17:09:42 +0000 http://tfp-france.org/?p=11098    Savez-vous pourquoi la Vierge Marie a voulu montrer l’enfer à des enfants d’à peine dix ans ? Vous le comprenez, cette question est au centre du message de Fatima.

   Oui, la Mère de Dieu n’a pas craint de révéler l’enfer dans une vision épouvantable, en faisant voir les démons et les âmes damnées aux trois voyants qui n’avaient alors que dix, neuf et sept ans…
   C’était au cours de l’apparition du 13 juillet 1917. Elle leur a ainsi parlé du châtiment dans l’autre vie, châtiment éternel, suprême, définitif : la condamnation à l’enfer des pécheurs qui meurent sans repentir.
Mais Elle leur communique aussi les conséquences de l’impiété dans cette vie et dans la société : 

  Si les hommes « ne cessent pas d’offenser Dieu », Celui-ci « va punir le monde de ses crimes, au moyen de la guerre, de la faim et des persécutions contre l’Église et le Saint-Père ».

   Comme remède, la Sainte Vierge précise :

« Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé ».

   Voilà pourquoi j’ai pensé que vous aimeriez recevoir le fascicule « Les prières de Fatima » afin d’avoir à portée de main les divers exercices de piété qui ont été révélés ou encouragés à l’occasion des apparitions.

   cliquez ici pour télécharger – Les prières de Fatima

Cette action mariale dans la société pour que celle-ci se règle sur la philosophie de l’Évangile ne va de l’avant que parce que vous et tous nos amis participent activement.

  

 

Les prières de Fatima - cover

Pour nous écrire :

Mentionnez le code  – 13863 / Les prières de Fatima

6 av. Chauvard – 92600 Asnières s/Seine
 
Par téléphoner :  01 45 55 61 88

     (Les livres sont distribués gratuitement)

Faire un don, c’est agir !

Faire un don

 

En savoir plus :

   13 octobre 1917 : sixième et dernière apparition de Notre Dame à Fatima – Lucie s’exclama : « Regardez le soleil ! »

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

 

]]>
http://tfp-france.org/11098/telecharger-les-prieres-de-fatima/feed 0
Un homme de foi, de pensée et d’action http://tfp-france.org/24756/un-homme-de-foi-de-pensee-et-daction http://tfp-france.org/24756/un-homme-de-foi-de-pensee-et-daction#comments Sat, 03 Oct 2015 10:09:18 +0000 http://tfp-france.org/?p=24756 Le vingtième anniversaire de la mort de
Plinio Corrêa de Oliveira, 1908 – 1995

pco   Né le 13 décembre 1908 à São Paulo (Brésil), Plinio Corrêa de Oliveira devient très jeune le chef de file du mouvement catholique. Il fonde l’Action Universitaire Catholique et, à 24 ans, est élu député à l’Assemblée constituante, à la tête de la Ligue Électorale Catholique qu’il a organisée. Journaliste, il dirige l’organe officieux de l’archidiocèse de São Paulo puis fonde la revue Catolicismo. Avocat, puis professeur universitaire, il était titulaire de la chaire d’histoire moderne et contemporaine à l’Université pontificale catholique de São Paulo. Sa grande réalisation est la société brésilienne de défense de la Tradition, Famille et Propriété, qu’il fonde en 1960, ainsi que l’inspiration des 25 autres TFP.

   Plinio Corrêa de Oliveira aura été toute sa vie un catholique militant, un catholique passionné qui consacra son ardeur à lutter contre l’ennemi de l’Eglise : la Révolution.

   Son premier livre est un cri d’alarme contre l’infiltration progressiste et gauchiste — déjà ! — dans l’Action catholique. C’est en tant que président du bureau archidiocésain de l’Action catholique de São Paulo qu’il écrit en 1943 En défense de l’Action catholique, préfacé par le nonce apostolique au Brésil, Mgr Aloisi Masella, plus tard camerlingue de la Sainte Eglise. La lettre d’éloges, adressée à l’auteur au nom du pape Pie XII par Mgr Jean-Baptiste Montini, alors Substitut du secrétaire d’Etat et futur Paul VI, constitue une appréciation éloquente, de la part de l’autorité ecclésiastique suprême, des dénonciations faites par ce livre.

Un essai magistral

Livre RCR
   En 1959, Plinio Corrêa de Oliveira écrit Révolution et Contre-Révolution qui analyse la crise multiséculaire de l’Occident née avec l’Humanisme et la Renaissance : c’est un processus qui, après le protestantisme, la Révolution française, la révolution russe de 1917 et la révolution de 1968, donne à présent les fruits amers de la société post-moderne. Ces étapes successives sont les métamorphoses d’une seule et unique Révolution, gnostique et égalitaire, démolissant la civilisation chrétienne autrefois florissante.

   Parmi les personnalités de renom international ayant manifesté leur appui à l’auteur, citons une lettre du R.P. Anastasio Gutierrez, CMF, illustre canoniste, cofondateur de l’Institutum Juridicum Claretianum à Rome et consultant pour divers dicastères du Vatican :

— « Révolution et Contre-révolution est une oeuvre magistrale, dont les enseignements devraient être diffusés jusqu’à les faire pénétrer dans la conscience de tous ceux qui se sentent véritablement catholiques (…). En somme, je me risquerai à affirmer que c’est une oeuvre prophétique, dans le meilleur sens du terme (…). Je conclus en disant que l’on est fortement impressionné par l’esprit avec lequel ce travail est rédigé : un esprit profondément chrétien et aimant passionnément l’Eglise. »

Une dénonciation au niveau mondial du socialisme autogestionnaire de Mitterrand

   Par l’ampleur de sa divulgation, l’écrit du professeur Corrêa de Oliveira ayant obtenu le plus grand impact publicitaire était intitulé : Le socialisme autogestionnaire par rapport au communisme : obstacle ou tête-de-pont ? Il dénoncait l’extrême radicalité des objectifs socialistes. Cet article de six pages de journal a été publié dans la presse de 52 pays.

   Il faut se souvenir que l’accession du PS au pouvoir avait été saluée par les médias du monde entier comme l’avènement d’un nouveau modèle de société, l’autogestion socialiste résonnant alors comme un mot talisman chargé de toutes les espérances. S’appuyant sur le prestige et l’irradiation culturelle de la France, cette conquête du pouvoir par le socialisme était conçue comme le tremplin d’une véritable action missionnaire en direction de l’étranger, notamment l’Amérique latine.

    L’impact causé par la publication dans le monde entier de cette dénonciation a certainement été un facteur décisif dans le déclin du socialisme autogestionnaire. L’expansionnisme du modèle socialiste français s’est alors éteint, ses partisans se contentant d’une permanence au pouvoir, très éloignée de leurs objectifs de 1981. En France, ce document se heurta à la censure socialiste, toute la presse ayant refusé sa publication. Un grand quotidien qui en avait tout d’abord accepté la parution rompit unilatéralement son contrat par crainte de représailles gouvernementales, alors que le prix exigé était déjà en dépôt à l’agence de publicité.

Une pétition internationale historique

   En 1990, à un moment particulièrement décisif de la crise de l’ex-URSS, le professeur Plinio Corrêa de Oliveira lança la campagne Pour une Lituanie libre qui reçut l’adhésion chaleureuse de toutes les autres TFP. Il en résulta une pétition monumentale en faveur de l’indépendance de ce pays balte, qui recueillit de par le monde 5.212.580 signatures, et fut inscrite dans le livre Guiness des records. Le gouvernement lituanien de l’époque qualifia cette campagne de  » plus grand appui reçu de l’Occident  » et témoigna de l’influence qu’elle eut dans le processus de libération de la Lituanie.

Noblesse et élites traditionnelles analogues

   Dans Noblesse et élites traditionnelles analogues, dans les allocutions de Pie XII au patriciat et à la noblesse romaine (1993), le professeur Corrêa de Oliveira commente les enseignements du regretté pontife sur le rôle indispensable de la noblesse et des élites dans la société. Il souligne l’influence irremplaçable, dans le monde convulsionné d’aujourd’hui, des différentes élites traditionnelles, ainsi que les valeurs religieuses et culturelles dont elles sont porteuses au service du bien commun. Ce livre, initialement édité en France, Espagne, Etats-Unis, Italie et Portugal, a reçu plusieurs lettres d’éloges dont celles de quatre cardinaux, deux éminents théologiens et un canoniste.Livre Noblesse
Catholique, apostolique et romain

   Si le professeur Plinio Corrêa de Oliveira a été indiscutablement un homme d’action et de pensée (16 livres ou essais, plus de 2500 articles et des milliers de conférences), il a surtout été un homme de foi. Une foi profonde, soumise et enthousiaste, dans la seule véritable Eglise du seul vrai Dieu, la sainte Eglise catholique apostolique et romaine.

   Comme corollaire, transparaissait continuellement en Plinio Corrêa de Oliveira une grande dévotion envers le Souverain Pontife. Il disait lui-même que son dernier soupir serait un acte d’amour, de vénération et de fidélité envers la Papauté. C’est l’éloge que lui avait adressé le cardinal Pizzardo, alors préfet de la Sacrée Congrégation des Séminaires et Universités, pour son livre L’Eglise et l’Etat communiste, la coexistence impossible qu’il avait qualifié : « un écho très fidèle des documents du suprême magistère de l’Eglise ».

   Plinio Corrêa de Oliveira a été aussi, toute sa vie, un paladin de la dévotion à la Sainte Vierge, dans l’esprit du grand apôtre marial, saint Louis-Marie Grignion de Montfort. Son exemple, ses écrits, ses paroles étaient toujours remplis d’un amour filial envers la Mère de Dieu, médiatrice de toutes les grâces.

Fondateur d’une école de pensée et d’action

   Le professeur Plinio Corrêa de Oliveira a formé une école de pensée et d’action qu’il laisse après lui. Elle se caractérise par une adhésion totale et fervente à la doctrine de la sainte Eglise catholique apostolique romaine, exprimée dans les enseignements des souverains Pontifes et du magistère ecclésiastique en général. Aujourd’hui les associations TFP existent dans 27 pays.

   Un des aspects les plus originaux de la bataille idéologique conduite par Plinio Corrêa de Oliveira est, sans aucun doute, la méthode publicitaire qu’il a idéalisée et qui est mise en pratique par toutes les TFP : des campagnes de rue, en contact direct avec le public, durant lesquelles les membres de la TFP portent leurs grands étendards rouge et or, frappés d’un lion héraldique, et sur leurs épaules une cape de même couleur qui n’est pas sans rappeler le symbolisme de la chrétienté médiévale. Aux dires d’un journaliste peu suspect de connivence, c’est dans ces occasions-là que la TFP déploie son «charme grandiose ».

   Plinio Corrêa de Oliveira, batailleur clairvoyant et infatigable au service des droits de l’Eglise et de la civilisation chrétienne, a été qualifié à juste titre de  » Croisé du XXe siècle « . Devant ses 87 ans de vie — dont 67 de luttes incessantes — la TFP française, en union avec toutes les autres TFP, exprime son admiration enthousiaste et sa profonde gratitude.pco2 A l’unisson avec ce qu’il y avait de plus profond dans l’âme de Plinio Corrêa de Oliveira, elle se tourne vers la Très Sainte Vierge car c’est à Elle que revient cette admiration fervente et cette reconnaissance émue.

  Résolue à marcher sur les traces de son fondateur, la TFP fait siennes ses paroles :

« Je suis sûr que les principes auxquels j’ai consacré ma vie sont plus actuels que jamais et qu’ils montrent le chemin que le monde suivra dans les siècles futurs. Les sceptiques pourront sourire, mais le sourire des sceptiques n’a jamais pu arrêter la marche victorieuse des hommes de foi. ».


Le Croisé du XXe siècle – Plinio Corrêa de Oliveira

de Roberto de Mattei

Livre Croise XXeLe livre du Pr de Mattei est une biographie passionnante, dans laquelle il a su retracer non seulement l’action et la pensée d’un homme qui a consacré sa vie au service de l’Église et de la chrétienté, mais aussi les différentes ambiances, de la Belle Epoque à l’aube du XXIe siècle, en passant par la IIe guerre mondiale et le concile. Ce livre est l’occasion idéale d’approfondir la connaissance de la TFP, mouvement de laïcs catholiques, et de son fondateur, le professeur Plinio Corrêa de Oliveira. Nombreux sont ceux qui reçoivent régulièrement des échos des campagnes de dénigrement particulièrement niaises que mènent quelques individus peu reluisants. Ils trouveront dans le livre du Pr Roberto de Mattei une foule d’éléments et de détails qui leur permettront de connaître enfin en profondeur cet homme et ce mouvement qui ont été aimés ou honnis avec une égale chaleur, mais le plus souvent inconnus ou délibérément ignorés, comme le déclare l’auteur dans l’introduction. « Plinio Corrêa de Oliveira fut un croisé du XXe siècle : il affronta à visage découvert la marche destructrice de la Révolution antichrétienne, en combattant tour à tour, et souvent simultanément, le pseudo-mysticisme national-socialiste, l’hédoniste way of life américaine, l’utopie égalitaire socialiste et communiste, le progressisme catholique qui tentait de démolir l’Église de l’intérieur». (330 pages.) Préface de son Eminence le Cardinal Alfons Maria Stickler S.d.B.

 

Lire aussi :   Hommage de la TFP

– Plinio Corrêa de Oliveira: Wisdom and Discernment in the Fight

– Homenagem a Plinio Corrêa de Oliveira – O futuro do Brasil e da civilização cristã

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE :

Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

]]>
http://tfp-france.org/24756/un-homme-de-foi-de-pensee-et-daction/feed 0
Deuxième édition du bestseller «Retour à l’Ordre» http://tfp-france.org/23420/deuxieme-edition-du-bestseller-retour-a-lordre http://tfp-france.org/23420/deuxieme-edition-du-bestseller-retour-a-lordre#comments Mon, 15 Jun 2015 16:20:36 +0000 http://tfp-france.org/?p=23420   Une deuxième édition de 20 mille exemplaires du livre Retour à l’Ordre: d’une économie frénétique à une société organique et chrétienne vient d’être imprimée à cause du succès de l’œuvre, dont la première édition a été complètement épuisée.RO - cover

  Le livre proposant des solutions pour faire face au chaos social et économique du monde a gagné neuf prix et vendu plus de 30.000 exemplaires à ce jour, tout en continuant à recevoir des approbations.

« C’est un acte d’accusation claire de notre course folle pour obtenir de plus en plus de choses, quel que soit le coût pour la société, les familles et même nous-mêmes. Bien que son argumentaire soit plus prenant pour quelqu’un qui a une formation en théologie chrétienne, ce livre est également utile à toute personne qui voit les problèmes inhérents à une culture dont les seules valeurs qui semblent être, ‘PLUS!’ et ‘TOUT DE SUITE!’ »

 A commenté un lecteur sur le site Amazon.com, en décembre dernier.

  Retour à l’Ordre a reçu des dizaines d’éloges d’universitaires et d’importants dirigeants politiques, militaires et religieux, avec de nombreux lecteurs décrivant l’auteur John Horvat II comme l’un des grands intellectuels des États-Unis.

 « Tous ceux qui regrettent la superficialité du débat public …  devraient étudier le livre de M. Horvat Retour à l’Ordre. Il est souhaitable que ce livre puisse avoir un large public de lecteurs et qu’il ait un impact sur les politiques publiques, ainsi que sur les débats théoriques et même sur les décisions personnelles »

  A déclaré Gregor Hochreiter, ancien directeur de l’Institut d’économie appliquée et de philosophie chrétienne occidental, à Vienne, en Autriche .

John Horvat II

John Horvat II


 Horvat puise dans le riche passé chrétien de l’occident et dans 20 ans de recherche pour expliquer dans Retour à l’Ordre la corrélation entre l’économie, la foi et les valeurs morales d’une société. Sans s’appuyer sur des statistiques froides, des formules absconses et des indicateurs économiques trompeurs, il montre comment l’actuelle obsession pour une culture laïque  et matérialiste est à l’origine du vide social et psychologique et de la ruine économique.

 « Tous ces éléments dynamiques – paroisse, commune, famille et propriété privée – forment une infrastructure humaine irremplaçable qui fournit le capital moral, la santé psychologique et la stabilité sur laquelle même nos économies modernes doivent être construites », écrit Horvat.

—–
 Retour à l’Ordre est classé numéro un sur Amazon/Kindle dans quatre pays et a également un classement  4.5 étoiles sur Amazon.

 « Je lui donne 5 étoiles et le recommander à tout le monde qui se soucie du fait que notre société est à la dérive, à la fois financièrement et moralement », écrit Lantana Al, classé parmi les 500 meilleurs critiques par Amazon.

  Horvat, qui est aussi vice-président de la Société américaine pour la défense de la Tradition, Famille et Propriété – TFP , continue de répandre la bonne parole en 2015, en s’adressant à des groupes d’auditeurs aux deux rives de l’Atlantique.  Il a donné des conférences dans plus de 60 villes américaines ainsi qu’en Irlande, Belgique et les Pays-Bas. Il a aussi accordé plus de 200 interviews aux médias depuis le lancement de Retour à l’Ordre en 2013.

  Horvat a également publié des centaines d’articles qui ont été publiés dans le monde entier, y compris dans le Wall Street Journal, FOX News, The Christian Post, The Washington Times, ABC News, C-SPAN, American Thinker, Spero News et TheBlaze.com.

  Pour ce qui lisent la langue de Shakespeare, Return to Order: From a Frenzied Economy to an Organic Christian Society — Where We’ve Been, How We Got Here, and Where We Need to Go  est disponible sur papier (ISBN: 978-0988214804; 400 pages US $ 21,95) http://www.returntoorder.org , et eBook (ASIN: B00B5HED8W US$ 4,95).

  Les deux peuvent être achetés chez www.returntoorder.org.

  Pour plus de renseignements ou pour demander une interview avec John Horvat, veuillez-vous adresses : 

—–return-to-order-ebook - detail

à Linda F. Radke au  001 480-940-8182 (États-Unis) ,
ou par courriel fivestarpublications@gmail.com .

 

 

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email: Delivered by FeedBurner

 

]]>
http://tfp-france.org/23420/deuxieme-edition-du-bestseller-retour-a-lordre/feed 0
Orgueil et égalitarisme http://tfp-france.org/22904/orgueil-et-egalitarisme http://tfp-france.org/22904/orgueil-et-egalitarisme#comments Wed, 20 May 2015 17:09:45 +0000 http://tfp-france.org/?p=22904    La personne orgueilleuse soumise à l’autorité d’une autre hait  tout d’abord le joug qui pèse concrètement sur elle.
   Dans un deuxième temps, elle hait d’une façon générale toute autorité, tout joug et, plus encore, le principe même d’autorité considéré de manière abstraite.
  Haïssant toute autorité, elle hait également toute supériorité, quelle qu’elle soit.
  Dans tout cela réside une véritable haine de Dieu (27).

  Cette haine de toute inégalité va si loin que certains, jouissant d’une situation hautement privilégiée, ont gravement exposé celle-ci et l’ont même perdue, uniquement pour ne pas avoir accepté la supériorité de celui qui se trouvait à un rang plus élevé.

  Plus encore: l’orgueil, au comble de la virulence, pourrait conduire une personne à lutter en faveur de l’anarchie et à refuser le pouvoir suprême qui lui serait offert, parce que la simple existence de ce pouvoir affirme implicitement le principe d’autorité auquel tout homme en tant que tel – l’orgueilleux y compris – peut être soumis.
  L’orgueil peut ainsi conduire à l’égalitarisme le plus radical et le plus complet.

  Cet égalitarisme radical et métaphysique prend divers aspects.  

a) Egalité entre les hommes et Dieu : de là proviennent le panthéisme, l’immanentisme et toutes les formes ésotériques de religion qui visent à établir entre Dieu et les hommes des rapports d’égalité, et à doter l’humanité des propriétés divines.

Atheist_sistine_chaple  L’athée est un égalitaire qui veut éviter l’affirmation absurde selon laquelle l’homme est Dieu, et qui admet pour cela un autre concept absurde en affirmant que Dieu n’existe pas.
 Le laïcisme est une forme  d’athéisme et,  par conséquent, d’égalitarisme.
  Il proclame qu’il est impossible de  certifier l’existence  de Dieu et donc que l’homme, dans la sphère temporelle, doit agir comme si Dieu n’existait pas, c’est-à-dire comme une personne ayant détrôné Dieu.  

b) Egalité dans le domaine ecclésiastique :selon les cas, suppression du sacerdoce muni des pouvoirs d’ordre, de magistère et de gouvernement, ou tout au moins d’un sacerdoce doté de degrés hiérarchiques.  

Les_trois_ordres - detailc) Egalité entre les diverses religions :toute discrimination religieuse est antipathique parce qu’elle porte atteinte à l’égalité fondamentale entre les hommes. C’est pourquoi les différentes religions doivent recevoir un traitement rigoureusement égal.

  Se prétendre une véritable religion, à l’exclusion des autres, c’est affirmer une supériorité contraire à la douceur évangélique et, au surplus, faire preuve d’inhabileté politique puisque cela ferme l’accès des cœurs.  

d) Egalité dans le domaine politique :suppression ou tout au moins atténuation de l’inégalité entre gouvernants et gouvernés. Le pouvoir ne vient pas de Dieu, mais de la masse qui commande et à laquelle le gouvernement doit obéir.

  S’y rattache la proscription de la monarchie et de l’aristocratie comme régimes intrinsèquement mauvais, parce qu’antiégalitaires. Seule la démocratie est légitime, juste et conforme à l’esprit des Evangiles (28) 

e) Egalité dans la structure de la société :suppression des classes, spécialement de celles qui se perpétuent par voie héréditaire. Abolition de toute influence aristocratique dans la direction de la société et dans le ton général que cette classe donne à la culture et aux mœurs.

  La hiérarchie naturelle constituée par la supériorité du travail intellectuel sur le travail manuel disparaîtra par le dépassement de la distinction entre l’un et l’autre.  

f) Abolition des corps intermédiaires entre les individus et l’Etat ainsi que des privilèges, éléments inhérents à chaque corps social. Quelle que soit la haine que la Révolution porte à l’absolutisme monarchique, elle hait encore davantage les corps intermédiaires et la monarchie organique médiévale.

  Car l’absolutisme monarchique tend à placer les sujets, y compris ceux qui occupent les rangs les plus élevés, sur un pied d’égalité, dans une position inférieure, annonçant déjà l’anéantissement de l’individu et l’anonymat qui atteignent leur paroxysme dans les grandes concentrations urbaines de la société socialiste.

  Parmi les groupes intermédiaires qui doivent être abolis, la famille occupe la première place. Tant que la Révolution n’aura pas réussi à la supprimer, elle cherchera à la rabaisser, la mutiler et la discréditer de toutes les manières.  

Chaumont_de_La_Galaizière

  cet article continue…

Notes :

(27): cf. plus loin, paragraphe « m ».
(28) cf. Saint Pie X, Lettre apostolique Notre Charge Apostolique, du 25.08.1910 – A.A.S., vol. II, p. 615 à 619.

 

 

Extraits du Livre Révolution et Contre-révolution                                                                         du professeur  Plinio Corrêa de Oliveira
                                                —  Chapitre VII  – A 

  

S’ABONNER À TFP-FRANCE :  Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

 

 

]]>
http://tfp-france.org/22904/orgueil-et-egalitarisme/feed 0
Première apparition de la Très Sainte Vierge Marie à Fatima – 13 mai 1917 http://tfp-france.org/22760/premiere-apparition-de-la-tres-sainte-vierge-marie-a-fatima-13-mai-1917 http://tfp-france.org/22760/premiere-apparition-de-la-tres-sainte-vierge-marie-a-fatima-13-mai-1917#comments Wed, 13 May 2015 16:09:55 +0000 http://tfp-france.org/?p=22760 Les apparitions de la Très Sainte Vierge

   Au moment des apparitions de la Très Sainte Vierge, Lucie de Jésus, François et Jacinthe Marto  avaient respectivement dix, neuf et sept ans. 
   Ils sont nés le 22 mars 1907, le 11 juin 1908 et le 11 mars 1910. Les trois enfants habitaient, comme nous l’avons dit, à Aljustrel, lieu-dit de la paroisse de Fatima.
François de Fatima   Les apparitions ont eu lieu sur un petit terrain appartenant aux parents de Lucie, appelé la Cova da Iria, à deux kilomètres et demi de Fatima, par la route de Leiria.
   Notre-Dame est apparue sur un arbrisseau, un chêne vert d’à peine plus d’un mètre de haut. François ne faisait que voir la Sainte Vierge, sans L’entendre. Jacinthe La voyait et L’entendait. Lucie La voyait, L’entendait et parlait avec Elle.
   Les apparitions survenaient aux approches de midi.

Première apparition : le 13 mai 1917

  Les trois voyants jouaient à la Cova da Iria quand leur attention fut attirée par deux lueurs semblables à l’éclair. Puis ils virent la Mère de Dieu sur le chêne vert.
 C’était « une Dame toute vêtue de blanc, plus brillante que le soleil, répandant une lumière plus claire et plus intense qu’un verre de cristal rempli d’eau cristalline, traversé par les rayons du soleil le plus ardent », raconte Lucie.
  Son visage, d’une beauté indescriptible, n’était « ni triste ni joyeux, mais sérieux », avec un air de doux reproche.
 Elle avait les mains jointes, comme en prière, appuyées sur la poitrine et tournées vers le haut. De sa main droite pendait un chapelet.
  Ses  vêtements semblaient tout faits de lumière. La tunique était blanche et blanc aussi le manteau, ourlé d’or, qui couvrait la tête de la Vierge et Lui tombait jusqu’aux pieds. On ne Lui voyait ni les cheveux ni les oreilles.
   Quant aux traits de la physionomie, Lucie n’a jamais pu les décrire, car il lui fut impossible de fixer ce visage céleste, tant il éblouissait. Les voyants étaient tellement près de Notre-Dame – à une distance d’environ un mètre et demi – qu’ils se trouvaient dans le halo de lumière qui L’entourait, ou qu’Elle répandait. L’entretien s’est déroulé ainsi :

Fatima - detail

 
NOTRE-DAME : « N’ayez pas peur. Je ne vous veux pas de mal. »
 
LUCIE : « D’où êtes-Vous, Madame ? »
NOTRE-DAME : « Je suis du Ciel »
–   (et la Sainte Vierge leva la main pour désigner le ciel).
 
LUCIE : « Et que voulez-Vous de moi ? »
NOTRE-DAME : « Je suis venue vous demander de venir ici six mois de suite, le 13, à cette même heure. Je vous dirai après qui Je suis et ce que Je veux. Puis Je reviendrai encore ici une septième fois. »
 
LUCIE : « Et moi, est-ce que j’irai au Ciel aussi ? »
NOTRE-DAME : « Oui, tu iras. »
 
LUCIE : « Et Jacinthe ? »
NOTRE-DAME : « Aussi. »
 
LUCIE : « Et François ? »
NOTRE-DAME : « Aussi, mais il doit dire beaucoup de chapelets. »
 
LUCIE : « Maria das Neves est-elle déjà au Ciel ? »
NOTRE-DAME : « Oui, elle y est. »
 
LUCIE : « Et Amélia ? »
NOTRE-DAME : « Elle restera au Purgatoire jusqu’à la fin du monde. Voulez-vous vous offrir à Dieu pour supporter toutes les souffrances qu’Il voudra vous envoyer, en réparation des péchés par lesquels Il est offensé et en supplication pour la conversion des pécheurs ? »
 
LUCIE : « Oui, nous le voulons. »
NOTRE-DAME : « Vous aurez donc beaucoup à souffrir, mais la grâce de Dieu sera votre réconfort. »

« Ce fut en prononçant ces dernières paroles, “la grâce de Dieu, etc…” que pour la première fois Elle ouvrit les mains en nous communiquant une lumière si intense – écrit Sœur Lucie – que, pénétrant dans nos poitrines et dans le plus intime de nos âmes, elle nous faisait nous voir nous-mêmes en Dieu, qui était cette lumière, plus clairement que dans le meilleur des miroirs.

« Alors, une impulsion intime nous fut communiquée, qui nous fit tomber à genoux et répéter intérieurement :

«  O très sainte Trinité, je Vous adore. Mon Dieu, mon Dieu,
                                             je Vous aime dans le Très Saint Sacrement
.” »

Après un moment, la Sainte Vierge ajouta :

« Priez le chapelet tous les jours pour obtenir la paix pour le monde et la fin de  la guerre. »

« Puis – raconte Sœur Lucie – Elle commença à s’élever sereinement, en direction du levant, jusqu’à  disparaître au loin dans l’immensité. La lumière qui L’environnait semblait Lui ouvrir un chemin parmi les astres. »

 



Extrait :   « Fatima – Message de tragédie ou d’espérance ? »                                                                  de Antonio A. Borelli  (11ème édition –  octobre 2001)          

      Lire aussi :    Prions la Vierge Marie avec le Chapelet       

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

 

]]>
http://tfp-france.org/22760/premiere-apparition-de-la-tres-sainte-vierge-marie-a-fatima-13-mai-1917/feed 0
Une plongée dans l’Histoire de Paris – Partie 2 finale http://tfp-france.org/22419/une-plongee-dans-lhistoire-de-paris-partie-2-finale http://tfp-france.org/22419/une-plongee-dans-lhistoire-de-paris-partie-2-finale#comments Mon, 27 Apr 2015 17:09:59 +0000 http://tfp-france.org/?p=22419 Philippe_IV_le_Bel - detail  Philippe le Bel remplaça la salle du roi, de Robert le Pieux, par un grand bâtiment, également est-ouest, contenant : au rez-de-chaussée, la salle des gens d’armes, dite actuellement, à tort, salle Saint-Louis et, à l’étage, la grand-salle ou salle haute (maintenant salle des Pas-Perdus).

  À l’est, le palais s’étendit jusqu’aux rues Saint-Barthélemy et de la Barillerie (bd du Palais) séparé par un fossé que franchissait le pont-levis commandant la porte principale encore visible dans le couloir souterrain du métropolitain qui débouche dans la cour du Mai.

  Cette porte franchie, on avait devant soi la cour d’honneur du palais bordée, à droite, par le bâtiment ci-dessus indiqué contenant, en bas, la salle des gens d’armes et, en haut, la grand-salle ; et, au fond, par la galerie des Merciers à laquelle on accédait par les grands degrés dont la dernière marche était dite pierre de marbre.

  La cour d’honneur se prolongeait sur la gauche de façon à entourer la Sainte-Chapelle. Elle était percée à la hauteur de celle-ci d’une porte secondaire, la porte Saint-Michel, ouvrant aussi sur la rue de la Barillerie à peu près à l’endroit où ouvre de nos jours sur le boulevard du Palais la porte de la cour de la Sainte-Chapelle.Paris130415 073 - detail

  En 1328, avènement des Valois, Jean le Bon (1350-1364) acheva l’aménagement du côté nord du palais en faisant construire, vers 1353, la salle des cuisines, dite actuellement, et aussi à tort, « cuisines de saint Louis », et la tour de l’Horloge.

  Le matin du 22 février 1357, le dauphin Charles (le futur Charles V) vit assassiner à ses côtés par les séides d’Etienne Marcel, le maréchal de Champagne et le maréchal de Normandie, qui furent ensuite traînés sanglants jusqu’à la pierre de marbre où ils restèrent longtemps exposés.

  Peu de mois après, le dauphin quittait définitivement ce palais pour s’installer à l’hôtel Saint-Pol et puis au Louvre. Le palais de la cité fut abandonné au Parlement par Charles VII, en 1431. Ce fut la fin du palais des rois capétiens, dont il subsiste seulement la salle des Gardes, la salle des Gens d’Armes, les cuisines et les tours en bordure de la Seine.

  Le 7 mars 1618, un incendie détruisit la grand-salle ou salle haute. Jusqu’alors, cet étage supérieur, de mêmes dimensions que le rez-de-chaussée, était formé de deux nefs en charpente séparées par une épine de huit piliers et couvertes de combles en forme de carènes renversées. Chaque roi de France avait sa statue contre ces piliers et contre ceux qui étaient engagés. Cela formait une longue suite de 58 rois de pierre, de Pharamond à Henri III, tous peints d’or et d’azur. Il ne restait plus de place pour recevoir une nouvelle statue lorsque cette salle brûla…

  On y voyait aussi, sur le côté ouest, la fameuse table de marbre (constituée par neuf pièces habilement jointes) où, au temps des rois, se dressaient les repas officiels et sur laquelle on jouait des farces et des mystères : la juridiction de la connétablie, de l’amirauté et des eaux et forêts de France y siégea plus tard.

  Des peaux d’animaux exotiques, un crocodile, un énorme serpent ramené par Godefroy de Bouillon, étaient suspendus à la voûte de la grand-salle ; ses murs étaient polychromes comme les statues et le sol formé de carreaux noirs et blancs comme un échiquier.

Le_Louvre_sous_Louis_XIII,_1622 - detail

  Nous avons vu que la grand-salle, incendiée en 1618, fut reconstruite en 1622 para Salomon de Brosse. Réparée en 1683, incendiée à nouveau par la Commune en 1871, elle a été refaite, de 1872 à 1878, par Duc et Daumet, dans l’esprit de la précédente ; c’est la salle des Pas-Perdus actuelle. Elle communiquait avec la Sainte-Chapelle par la galerie des Merciers (galerie Marchande) garnie de nombreuses boutiques, dont les dernières ont disparu en 1840.

  Dans cette grand-salle ouvrait la grand-chambre du Parlement, celle où se tenaient les lits de justice, celle où Louis XIV, âgé de 16 ans, vint, en tenue de chasse, imposer ses ordres au Parlement, et où celui-ci cassa le testament du roi.

  Située au-dessus de la salle des gardes, elle avait été construite, comme elle, sous Philippe le Bel ; reconstruite sous Louis XII, en 1502, et dotée d’un célèbre plafond à caissons, décoré par Fra Giovanni Giocondo, qui disparut à la Révolution lorsqu’y siégea le Tribunal révolutionnaire, à partir du 6 avril 1793.

  Siège de la chambre criminelle de la Cour de cassation sous Louis-Philippe, restaurée en 1866, incendiée en 1871 par la Commune, la grand-chambre a été reconstituée dans son style primitif par Duc et Daumet, mais sur une surface réduite ; c’est actuellement la première chambre du Tribunal civil.

Paris-palais-de-justice- detail

 

  On arrête ici l’histoire du palais de la cité, en réservant pour un autre article d’autres éléments avec tout ce qui touche son plus précieux joyau : la Sainte Chapelle.

 


 

 

  W.G.S, rédacteur et photographe, ancien collaborateur de l’agence de presse ABIM et de la revue Catolicismo, est chercheur en France depuis une quinzaine d’années.

                              ( cliquez ici pour lire la première partie de l’article ) 

  

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

]]>
http://tfp-france.org/22419/une-plongee-dans-lhistoire-de-paris-partie-2-finale/feed 0
Une plongée dans l’Histoire de Paris http://tfp-france.org/22349/une-plongee-dans-lhistoire-de-paris http://tfp-france.org/22349/une-plongee-dans-lhistoire-de-paris#comments Wed, 22 Apr 2015 17:20:27 +0000 http://tfp-france.org/?p=22349 Le cœur de la France

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA W.G.S.

   Si la France a un cœur, il est dans la région qui lui donne son nom : l’Île de France ; au cœur de cette région, nous retrouverons la ville de Paris ; et au cœur de Paris l’île de la Cité. En effet, dans cette petite île siègent depuis presque deux mil ans les deux pouvoirs : le pouvoir civil, dans le palais de la cité ; le pouvoir religieux, dans la cathédrale de Notre-Dame.

 Commençons par le palais de la cité. Il se trouvait autrefois à l’endroit occupé aujourd’hui par le palais de Justice. Celui-ci se trouve justement sur l’emplacement du premier palais des rois de France, dont des débris ont été retrouvés lors de fouilles effectuées en 1784 et 1849, d’après Jacques Hillairet [1].

   Dès l’époque de l’empire romain on y trouvait la demeure fortifié des autorités romaines, siège des magistratures principales et résidence officielle des autorités de passage. Julien, nommé gouverneur des Gaules vers 355, y habita et fut proclamé empereur par ses soldats en 360. On ne sait si Clovis y logea, mais ses successeurs  y résidaient lorsqu’ils étaient à Paris : Childebert 1er, Chilpéric 1er et sa femme Frédégonde, Clotaire II, Dagobert 1er et son fils Clovis II (sixième et septième siècle). Plus tard l’habitèrent Pépin le Bref, Charlemagne, Louis le Pieux et Charles le Chauve (huitième et neuvième siècle).

   Ce palais a souffert des invasions des Normands. Ce qui a amené le fils d’Hugues Capet, Robert le Pieux (996-1031), à reconstruire, sur l’emplacement de l’ancien prétoire gallo-romain, la salle du roi et le logis du roi. Louis VI Le Gros (1108-1137) construisit la grosse tour et Louis VII (1137-1180) ajouta l’oratoire et l’église St-Michel. La Sainte Chapelle n’existait pas encore. Les logis du roi et de la reine ont disparu en 1871 lors de l’incendie provoqué par la Commune.

   Le logis du roi donnait : à l’est, sur un petit jardin (emplacement de la cour des femmes de la Conciergerie) ; au nord : sur un plus grand, le jardin du roi, où saint Louis rendit la justice comme sous le chêne de Vincennes, où le roi d’Angleterre Henri III, son grand vassal pour la Guyenne, lui rendit hommage et où se déroulèrent des fêtes de chevalerie ; à l’ouest, ©Photo. R.M.N. / R.-G. Ojédahors de l’enceinte, dans le verger du roi, étaient plantées des treilles qui s’étendaient jusqu’à la maison de la Pointe (aujourd’hui place Dauphine).

   Ce palais fut habité par Philippe Auguste, qui y était né et s’y maria. Il était alors limité au nord par un mur d’enceinte parallèle à la Seine, dont le séparaient, du côté du débouché du pont au Change, des maisons particulières appartenant à des ascendants d’Etienne Marcel et, plus à l’ouest, l’hôtel des comtes de Bretagne.

   Sous son règne, le palais subit une inondation qui y causa de grands ravages, au point d’obliger le roi à l’évacuer et à résider provisoirement dans l’abbaye de Sainte-Geneviève.

    Philippe Auguste se plaignit aussi de la puanteur de son palais, due à l’odeur infecte des boues soulevées par les charrois circulant dans la rue Saint-Barthélemy (bd du Palais) ; ce fut la raison du premier pavage des rues de Paris. 

Palais.des.rois.Paris - detail

  Saint Louis (1226-1270) fut un grand bâtisseur puisqu’il éleva, dans l’enclos du palais, la Sainte-Chapelle et la galerie des Merciers, qui la raccordait à son palais et, à l’extérieur de l’enclos, en bordure du bras nord de la Seine, la tour Bonbec et une salle, dite la salle sur l’eau, dont les derniers vestiges ont disparu en 1865, lors de la construction du bâtiment affecté à la Cour de cassation. Cette salle, située hors du palais, servait à certaines cérémonies solennelles.

   Philippe le Bel trouva ce palais trop petit et chargea, en 1298, Enguerrand de Marigny de le remplacer par une résidence plus vaste, s’étendant jusqu’au bras nord de la Seine, construite au goût du jour et permettant d’abriter ses services administratifs, judiciaires et financiers.

    Dès lors, le palais s’étendit, au nord, en bordure de la Seine depuis la salle sur l’eau et la tour Bonbec jusqu’à la rue de la Barillerie. 

   Les nouveaux bâtiments comportèrent, entre les tours d’Argent et de César, qui furent alors construites, la salle des gardes, édifiée sur l’ancien hôtel des comtes de Bretagne et, à la suite, le long du fleuve, jusqu’à la rue de la Barillerie, des communs : plomberie, fruiterie, échansonnerie, paneterie. Les approvisionnements, arrivés par la rivière, étaient emmagasinés au rez-de-chaussée, les logements étant situés au-dessus.

 


[1] Dictionnaire historique des rues de Paris, v. Palais (boulevard du). Nous devons à cette  précieuse source toutes les informations puisées pour cet article.


                                                                                                        cet article continue…

W.G.S, rédacteur et photographe, ancien collaborateur de l’agence de presse ABIM et de la revue Catolicismo, est chercheur en France depuis une quinzaine d’années.  

 

  

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

]]>
http://tfp-france.org/22349/une-plongee-dans-lhistoire-de-paris/feed 0
Ambiances, coutumes, civilisation http://tfp-france.org/22284/ambiances-coutumes-civilisation http://tfp-france.org/22284/ambiances-coutumes-civilisation#comments Wed, 15 Apr 2015 16:09:48 +0000 http://tfp-france.org/?p=22284 Chambord - ACC
    Plinio Corrêa de Oliveira écrit dans Révolution et Contre-Révolution que

 “Dieu a établi de mystérieuses et admirables relations entre certaines formes, couleurs, sons, parfums, saveurs et certains états d’âme ; il est clair que par ces moyens l’on peut influer  profondément sur les mentalités et conduire les personnes, les familles et les peuples à se former un état d’esprit profondément révolutionnaire . (1)  

   Ce passage est fondamental pour comprendre la singulière contribution de Plinio Corrêa de Oliveira a la revue “Catolicismo” (*) dans la rubrique Ambiances, coutumes, civilisation, dont beaucoup n’ont pas saisi l’extraordinaire portée.

   L’ambiance est l’harmonie qui résulte des êtres divers réunis en un même lieu et qui exerce une profonde influence sur les hommes.

“ Les hommes se forment des milieux à leur image où les mœurs et les civilisations se développent. Mais l’inverse, en général, est aussi vrai : les milieux forment à leur image les hommes, les mœurs, les civilisations  (2).  

  Une preuve de l’importance de l’ambiance pour le développement équilibré de la vie naturelle et surnaturelle est fournie par la sagesse avec laquelle Dieu a ordonné la grande ambiance du créé en laquelle nous sommes immergés, formée par les êtres vivants qui nous entourent : plantes, animaux, et qui à au sommet de la création l’homme, image et ressemblance de Dieu.  

  L’interprétation et les commentaires des physionomies d’hommes exceptionnels, de saints ou de révolutionnaires, furent en ce sens une note constante de la pensée de Plinio Corrêa de Oliveira. La façon d’être d’un homme s’exprime de fait dans la physionomie, l’allure, les traits, et même dans les vêtements dont les mutations sont liées au cours de l’histoire à celles des personnalités et des types humains (3). “ La société parle, pour ainsi dire, — affirme Pie XII — par le vêtement qu’elle porte ; par le vêtement, elle révèle ses aspirations secrètes et elle se sert de lui, au moins en partie, pour édifier  ou détruire son avenir ” (4).  

SantaTeresinha_canonizacao - detail  “ Puisqu’un vêtement doit être en accord avec la circonstance et la personne qui le porte — note quant à lui le penseur brésilien — chez un homme éminent il doit s’accorder avec sa distinction. Mais Dieu n’a pas, comme enfants, que des hommes éminents.
  “ Tout homme, si modeste soit-il, a une dignité propre, naturelle, inaliénable ; mais la dignité du dernier et du plus effacé des enfants do l’Eglise est incomparablement plus grande que celle-là, puisqu’il est chrétien, baptisé et donc membre du Corps Mystique de Notre Seigneur Jésus- Christ ”  (5).  

  Ainsi, c’est par l’art, par l’urbanisme, par l’architecture, que s’expriment un ensemble d’idées, de tendances, d’aspirations et d’attitudes psychologiques (6). Au vieil ordre médiéval, qui exprimait dans l’architecture gothique l’harmonie de la philosophie scolastique (7), il confronte la Babel moderne.  

  “ Le grouillement spécifique des immenses villes modernes, le bruit des machines, le brouhaha des voix des hommes en quête d’or et de plaisirs — de ces hommes qui ne savent plus marcher mais seulement courir ; qui ne savent travailler sans s’exténuer ; qui n’arrivent pas à dormir sans somnifères, ni à se divertir sans excitants ; dont le rire est un gloussement frénétique et triste; qui ne savent plus apprécier les harmonies et la vraie musique à cause des cacophonies du jazz — tout cela est de l’excitation, au milieu du désordre de cette société qui ne retrouvera la vraie paix que lorsqu’elle aura retrouvé le vrai Dieu ” (8).  

  Comme les vêtements, le langage, les gestes, les rites, sont aussi des éléments d’une grande importance culturelle et pédagogique pour le bien commun des peuples (9). Il y a une “liturgie” sociale naturelle qui s’exprime dans l’ordre et le faste.  

  Sur le firmament de l’Eglise se concilient harmonieusement des extrêmes apparemment contradictoires comme la vocation solitaire du moine, inspirée par un total renoncement au monde, et la splendeur des cérémonies pontificales qui manifestaient autrefois le plus grand faste dont le monde fût capable.  ACC_1958_096_11

“ Non, entre un ordre de valeurs et un autre il n’y a de contradiction que dans l’esprit égalitaire soumis à la Révolution. L’Eglise, quant à elle, est sainte et se présente comme telle.

“ Elle est parfaite, parce qu’elle sait organiser et stimuler, de son génie surnaturel, les vertus du moine qui rayonnent de sa vie vouée à l’obscurité, et celles qui scintillent dans le cérémonial sublime de la papauté. Plus encore. Ces deux ordres s’équilibrent.

“ Nous pourrions peut-être dire qu’un extrême (dans le bon sens du mot) compense l’autre et que les deux s’harmonisent entre eux. Le fond doctrinal sur lequel ces deux extrêmes se touchent et s’harmonisent est très clair.  

“ Dieu Notre Seigneur nous a donné les créatures afin qu’elles nous servent d’intermédiaires pour arriver à sa connaissance. Aussi, il faut que l’art et la culture, inspires par la foi, mettent en évidence toutes les beautés de la création irrationnelle, ainsi que les splendeurs du talent et de la vertu de l’âme humaine. Nous appelons cela culture et civilisation chrétiennes.

“ Elles forment les hommes dans la vérité et dans la beauté, dans l’amour du sublime, de la hiérarchie et de l’ordre qui reflètent la perfection de Celui qui créa l’univers. Par conséquent, les créatures nous servent réellement d’aides pour notre salut et concourent à la gloire divine.  

“ Mais, par contre, elles sont contingentes, éphémères : Dieu seul est absolu et eternel. Rappelons-le, parce qu’il est bon de s’éloigner des êtres crées, avec mépris, pour ne penser qu’au Seigneur. Considérer tout ce que sont les créatures, nous fait monter jusqu’à Dieu.

“ Considérer tout ce que les créatures ne sont pas, nous fait arriver aussi à Dieu. L’Eglise invite ses enfants à emprunter simultanément l’une et l’autre de ces voies.

“ Considérons donc à la fois le spectacle sublime des pompes ecclésiastiques et les admirables renonciations qu’elle seule sait inspirer et mener à sa réalisation ” (10).


Notes :

   (1) P. CORRÊA DE OLIVEIRA, Révolution et Contre-Révolution, cit., p. 72. 
   (2) P. CORRÊA DE OLIVEIRA, Sede prudentes como as serpentes e simples como as pombas, dans “Catolicismo”, n. 37 (janvier 1954). 
   (3) P. CORRÊA DE OLIVEIRA, Indumentária, hierarquia e igualitarismo, dans “Catolicismo”, n. 133 (janvier 1962) ; ID., O hábito e o monge, dans “Catolicismo », n. 62 (février 1956).
   (4) PIE XII Discours De tout Cœur du 8 novembre 1957, dans DP (1957), p. 664. 
   (5) P. CORRÊA DE OLIVEIRA, Dignidade e distinção para grandes e pequenos, dans “Catolicismo”, n. 33 (septembre 1953).
   (6) P. CORRÊA DE OLIVEIRA, O espírito cristão e O espírito pagão manifestados pela arquitetura, dans “Catolicismo”, n. 7 (juillet 1951).
   (7) Cf. ERWIN PANOFSKY, Architecture gothique et pensée scolastique, tr. fr. Editions de Minuit, Paris 1967.
   (8) P. CORRÊA DE OLIVEIRA, Tranquilidade da ordem, excitação  na desordem, dans “Catolicismo”, n. 110 (février 1960).
   (9) P. CORRÊA DE OLIVEIRA, Têm os símbolos, a pompa e a riqueza uma função na vida humana , dans “Catolicismo”, n. 82 (octobre 1957). Sur le thème du cérimonial du pouvoir pontifical, cf. aussi les deux études Por que o nosso mundo pobre e igualitario se empolgou com o fausto e a majestade da coroação , dans “Catolicismo”, n. 27 (mars 1953) et n. 31 (juillet 1953).
  (10) P. CORRÊA DE OLIVEIRA, Pobreza e fausto : extremos harmônicos no rmamento da Igreja, dans “Catolicismo”, n. 96 (décembre 1958).

  * ‘Catolicismo’, revue  rassemblant autour  d’elle ceux qui constituèrent plus tard  la  TFP brésilienne  sous la direction  du professeur  Plinio Corrêa de Oliveira.

Croisé du XXème siècle - couverture
.

Extrait de l’ouvrage :                                                                                « Le croisé du XXe siècle – Plinio Corrêa de Oliveira » .
par Roberto de Mattei, avec Préface de S.Em. Alfons Maria card. Stickler S.d.B. – L’Age d’Homme, 1997, Chap. IV, pages 169-172

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

]]> http://tfp-france.org/22284/ambiances-coutumes-civilisation/feed 0