tfp-france.org » Persécution religieuse http://tfp-france.org Sat, 30 Jan 2016 10:23:10 +0000 fr-FR hourly 1 http://wordpress.org/?v=4.2.6 Analyse géopolitique de 1947 – Une analyse qui éclaire la situation du monde actuel – suite http://tfp-france.org/10034/analyse-geopolitique-de-1947-une-analyse-qui-eclaire-la-situation-du-monde-actuel-suite http://tfp-france.org/10034/analyse-geopolitique-de-1947-une-analyse-qui-eclaire-la-situation-du-monde-actuel-suite#comments Wed, 18 Nov 2015 17:09:59 +0000 http://tfp-france.org/?p=10034 pco 1947

    Article du fondateur de la TFP brésilienne, le professeur Plinio Corrêa de Oliveira, publié dans l’hebdomadaire Legionario, pointait du doigt, alors que le monde sortait de la IIe guerre mondiale. Cette analyse géopolitique faite en 1947 montre une acuité de vision telle qu’aujourd’hui encore elle fournit une clé pour comprendre la situation du monde actuel.

 

LES PHÉNOMÈNES NOUVEAUX QUI SE PASSENT
SUR LES TERRES DU CORAN

  Un Occidental placé dans cette atmosphère était pleinement convaincu de l’inertie et de l’impuissance de l’Orient. La possibilité d’une résurrection du monde musulman lui aurait paru aussi irréalisable et anachronique que le retour de la mode, des méthodes de guerre et de la carte politique du Moyen-Age.
  De cette illusion, nous vivons encore aujourd’hui. Et, comme les Romains, nous fiant à la Méditerranée qui nous sépare du monde islamique, nous n’apercevons pas les phénomènes nouveaux et extrêmement importants qui se passent sur les terres du Coran.
   Il est difficile d’embrasser en une description synthétique des phénomènes aussi riches et aussi vastes. D’une façon générale, on peut dire qu’après la Grande Guerre, tout l’Orient – et par cette expression on englobe la totalité des zones de civilisation non chrétiennes de l’Asie et de l’Afrique – traverse un phénomène de réaction anti-Europe très prononcée. Cette réaction comporte deux aspects quelque peu contradictoires, mais tous deux très dangereux pour l’Occident.
   D’un côté, les nations orientales commencent à supporter avec une impatience croissante le joug économique et militaire de l’Occident, manifestant une aspiration de plus en plus prononcée pour la pleine souveraineté.       Cette aspiration comporte, il est vrai, une certaine « occidentalisation », c’est-à-dire une adaptation de la technique militaire, industrielle et agricole moderne, ainsi que du système financier et bancaire euro-américain à l’Asie.
   D’un autre côté cependant, cet élan patriotique provoque un renouveau d’enthousiasme pour les traditions nationales, les coutumes, le culte, l’histoire nationale. Il est superflu d’ajouter que le spectacle dégradant de la corruption et des divisions auquel est exposé le monde occidental contribue à stimuler l’aversion envers l’Occident.
   D’où la formation, dans tout l’Orient, d’un intérêt nouveau pour les vieilles idoles,  d’un « néo-paganisme » mille fois plus combatif, résolu et dynamique que le paganisme d’autrefois. Le Japon est un exemple typique de ce processus que nous essayons de décrire. Le groupe idéologique et politique qui l’a élevé à la catégorie de grande puissance et qui a ambitionné pour lui la domination du monde, a précisément été un de ces groupes néo-païens, obstinément attachés aux vieux concepts de divinité de l’Empereur, etc.

TOUTES CES NATIONS, TOUTES CES PUISSANCES, SE SENTENT ORGUEILLEUSES DE LEUR PASSÉ

   Or, un phénomène plus lent, mais non moins vigoureux que celui du Japon, s’est déroulé dans le monde oriental tout entier. En vertu de ce phénomène, l’Inde va conquérir de façon imminente son indépendance, l’Égypte et la Perse occupent aujourd’hui une situation avantageuse dans la vie internationale et progressent à pas rapides. Bien avant cela, Mustapha Kemal a renouvelé la Turquie.
   Toutes ces nations, toutes ces puissances pouvons-nous dire, se sentent orgueilleuses de leur passé, de leurs traditions, de leur culture et désirent les conserver avec soin. En même temps elles se montrent fières de leurs richesses naturelles, de leurs possibilités politiques et militaires, du progrès financier dont elles jouissent.
  Jour après jour elles s’enrichissent, construisent des villes dotées d’un appareil gouvernemental efficace, d’une police bien entraînée, d’universités strictement païennes, mais très développées, d’écoles, d’hôpitaux, de musées, de tout enfin ce qui pour nous signifie d’une certaine façon pouvoir et progrès matériel.
   Dans leurs coffres, l’or s’accumule. L’or signifie la possibilité d’acheter de l’armement. Et l’armement signifie du prestige mondial.

   Il est intéressant de noter que l’exemple nazi a fortement impressionné l’Orient. Si un grand pays comme l’Allemagne a pu avoir un gouvernement qui a abandonné le Christianisme et n’a pas rougi de revenir à ses vieilles idoles, qu’y aurait-il de honteux pour un Chinois ou un Arabe de rester fidèle à sa religion traditionnelle ?

LE SOMMEIL MILLÉNAIRE EST TERMINÉ

   Tout cela a transformé le monde musulman et a déterminé chez tous les peuples, de l’Inde au Maroc, un frémissement qui signifie que le sommeil millénaire est terminé. Le Pakistan, état musulman du continent indien en voie d’indépendance, l’Iran, l’Irak, la Turquie, l’Égypte sont les points forts du mouvement de résurrection islamique. Mais en Algérie, au Maroc, en Tripolitaine, en Tunisie, l’agitation aussi est intense. Le nerf vital de l’islamisme renaît chez tous ces peuples, faisant revivre en eux le sens de l’unité, la notion des intérêts communs, la préoccupation de la solidarité, le goût pour la victoire.

   Tout cela n’est pas de la fiction. La Ligue arabe réunit aujourd’hui une vaste confédération des peuples musulmans. C’est, à l’inverse, ce qu’a été la Chrétienté au Moyen âge. La Ligue arabe agit comme un vaste bloc devant les nations non arabes et soutient l’insurrection dans tout le nord de l’Afrique. L’évasion du grand Mufti a montré clairement la force de cette Ligue. Plus encore, la libération d’Abd-el-Krim affirme la détermination de la Ligue à intervenir dans les affaires de l’Afrique septentrionale, promouvant l’indépendance de l’Algérie, de la Tunisie, de la Tripolitaine et du Maroc.

Legionaro  - coverC’est ce que nous avons démontré dans la section « Sept jours en revue » de notre dernier numéro.
 Faudra-t-il beaucoup de talent, de perspicacité et des informations exceptionnelles pour percevoir ce que signifie ce danger ?

Pour lire la première partie cliquez ici Analyse géopolitique de 1947 – Une analyse qui éclaire la situation du monde actuel 

 

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

]]>
http://tfp-france.org/10034/analyse-geopolitique-de-1947-une-analyse-qui-eclaire-la-situation-du-monde-actuel-suite/feed 0
La guerre va finir, mais si l’on ne cesse pas d’offenser Dieu, il en commencera une autre sous le règne de Pie XI qui sera pire encore. http://tfp-france.org/25035/la-guerre-va-finir-mais-si-lon-ne-cesse-pas-doffenser-dieu-il-en-commencera-une-autre-sous-le-regne-de-pie-xi-qui-sera-pire-encore http://tfp-france.org/25035/la-guerre-va-finir-mais-si-lon-ne-cesse-pas-doffenser-dieu-il-en-commencera-une-autre-sous-le-regne-de-pie-xi-qui-sera-pire-encore#comments Wed, 11 Nov 2015 10:09:17 +0000 http://tfp-france.org/?p=25035 Troisième apparition de Notre-Dame de Fatima – le 13 juillet 1917


    Deuxième partie du secret : le châtiment et les moyens de l’éviter

Remplis d’effroi, et comme pour appeler au secours, les voyants levèrent les yeux vers la Sainte Vierge, qui leur dit avec douceur et tristesse :

   NOTRE-DAME : « Vous avez vu l’enfer, où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé.

Notre-Dame-de-Fatima-cover1 « Si on fait ce que Je vais vous dire, beaucoup d’âmes seront sauvées et on aura la paix.

 « La guerre va finir, mais si l’on ne cesse pas d’offenser Dieu, il en commencera une autre sous le règne de Pie XI qui sera pire encore.

 « Quand vous verrez une nuit illuminée par une lueur inconnue, sachez que c’est le grand signal que Dieu vous donne de ce qu’Il va punir le monde de ses crimes, au moyen de la guerre, de la faim et des persécutions contre l’Eglise et le Saint-Père.

« Pour l’empêcher, Je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis. Si l’on satisfait à mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix ; sinon, elle répandra ses erreurs à travers le monde, propageant les guerres et les persécutions contre l’Eglise ; les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, plusieurs nations seront anéanties.

« A la fin, mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père Me consacrera la Russie, qui se convertira, et il sera accordé au monde un certain temps de paix.

« Au Portugal, on conservera toujours le Dogme de la Foi.

« Cela ne le dites à personne. A François, oui, vous pouvez le dire. »

 


Extrait  :  « Fatima – Message de tragédie ou d’espérance ? »  

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

 

]]>
http://tfp-france.org/25035/la-guerre-va-finir-mais-si-lon-ne-cesse-pas-doffenser-dieu-il-en-commencera-une-autre-sous-le-regne-de-pie-xi-qui-sera-pire-encore/feed 0
Télécharger – Les prières de Fatima http://tfp-france.org/11098/telecharger-les-prieres-de-fatima http://tfp-france.org/11098/telecharger-les-prieres-de-fatima#comments Wed, 14 Oct 2015 17:09:42 +0000 http://tfp-france.org/?p=11098    Savez-vous pourquoi la Vierge Marie a voulu montrer l’enfer à des enfants d’à peine dix ans ? Vous le comprenez, cette question est au centre du message de Fatima.

   Oui, la Mère de Dieu n’a pas craint de révéler l’enfer dans une vision épouvantable, en faisant voir les démons et les âmes damnées aux trois voyants qui n’avaient alors que dix, neuf et sept ans…
   C’était au cours de l’apparition du 13 juillet 1917. Elle leur a ainsi parlé du châtiment dans l’autre vie, châtiment éternel, suprême, définitif : la condamnation à l’enfer des pécheurs qui meurent sans repentir.
Mais Elle leur communique aussi les conséquences de l’impiété dans cette vie et dans la société : 

  Si les hommes « ne cessent pas d’offenser Dieu », Celui-ci « va punir le monde de ses crimes, au moyen de la guerre, de la faim et des persécutions contre l’Église et le Saint-Père ».

   Comme remède, la Sainte Vierge précise :

« Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé ».

   Voilà pourquoi j’ai pensé que vous aimeriez recevoir le fascicule « Les prières de Fatima » afin d’avoir à portée de main les divers exercices de piété qui ont été révélés ou encouragés à l’occasion des apparitions.

   cliquez ici pour télécharger – Les prières de Fatima

Cette action mariale dans la société pour que celle-ci se règle sur la philosophie de l’Évangile ne va de l’avant que parce que vous et tous nos amis participent activement.

  

 

Les prières de Fatima - cover

Pour nous écrire :

Mentionnez le code  – 13863 / Les prières de Fatima

6 av. Chauvard – 92600 Asnières s/Seine
 
Par téléphoner :  01 45 55 61 88

     (Les livres sont distribués gratuitement)

Faire un don, c’est agir !

Faire un don

 

En savoir plus :

   13 octobre 1917 : sixième et dernière apparition de Notre Dame à Fatima – Lucie s’exclama : « Regardez le soleil ! »

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

 

]]>
http://tfp-france.org/11098/telecharger-les-prieres-de-fatima/feed 0
13 octobre 1917 : sixième et dernière apparition de Notre Dame à Fatima – Lucie s’exclama : « Regardez le soleil ! » http://tfp-france.org/2096/sixieme-et-derniere-apparition-de-fatima-le-13-octobre-1917 http://tfp-france.org/2096/sixieme-et-derniere-apparition-de-fatima-le-13-octobre-1917#comments Mon, 12 Oct 2015 15:00:20 +0000 http://tfp-france.org/?p=2096   Comme les autres fois, les voyants eurent le regard attiré par un reflet de lumière, puis la Sainte Vierge apparut sur le chêne vert :

LUCIE : « Que voulez-Vous de moi, Madame ? »

NOTRE DAME : « Je veux te dire que l’on fasse ici une chapelle en mon honneur, que Je suis Notre-Dame du Rosaire, que vous devez continuer toujours à dire un chapelet quotidien. La guerre va finir et les militaires rentreront bientôt chez eux. »

LUCIE : « J’avais beaucoup de choses à Vous demander : de guérir des malades et de convertir des pécheurs… »

NOTRE DAME : « Les uns oui, les autres non. Il faut qu’ils se corrigent, qu’ils demandent pardon pour leurs péchés. » Et prenant un air plus triste : « Qu’ils n’offensent plus Dieu, Notre-Seigneur, qui est déjà tant offensé. »

   Ensuite, ouvrant les mains, la Sainte Vierge les fit se réfléchir vers le soleil et, tandis qu’Elle s’élevait, le reflet de sa propre lumière continua à se projeter sur le soleil.

Alors, Lucie s’exclama : « Regardez le soleil ! »

  La Sainte Vierge ayant disparu dans l’immensité du firmament, les voyants assistèrent à trois scènes successives, la première symbolisant les mystères joyeux du rosaire, puis les douloureux et enfin les glorieux (seule Lucie a vu les trois scènes ; François et Jacinthe n’ont vu que la première) :

  Ils virent apparaître, à côté du soleil, Saint Joseph avec l’Enfant-Jésus, et Notre Dame du Rosaire. C’était la Sainte Famille. La Vierge était vêtue de blanc, avec un manteau bleu. Saint Joseph était aussi habillé en blanc et l’Enfant-Jésus en rouge clair. Saint Joseph bénit la foule, en traçant trois fois le signe de la Croix. L’Enfant-Jésus fit de même. Ensuite vint la vision de Notre-Dame des Douleurs et de Notre-Seigneur accablé de douleurs sur le chemin du Calvaire. Notre-Seigneur donna au peuple sa bénédiction, par un signe de Croix. Notre-Dame n’avait pas d’épée sur la poitrine. Lucie voyait seulement le haut du Corps de Notre-Seigneur. L’apparition finale, environnée de gloire, fut celle de Notre-Dame du Carmel, couronnée Reine du Ciel et de la Terre, portant l’Enfant-Jésus dans ses bras.

  Pendant que ces tableaux se succédaient aux yeux des voyants, une grande foule de cinquante à soixante-dix mille spectateurs assistait au miracle du soleil. Il avait plu durant toute l’apparition.

 

  A la fin de l’entretien de Lucie avec la Sainte Vierge, au moment où Celle-ci s’élevait et que celle-là s’écriait « Regardez le soleil ! », les nuages s’entr’ouvrirent, découvrant le soleil tel un immense disque d’argent. Il brillait avec une intensité jamais vue, mais sans aveugler.

  Cela ne dura qu’un instant. L’immense boule se mit à « danser ». Telle une gigantesque roue de feu, le soleil tournoyait rapidement. Il s’arrêta un certain temps, avant de se remettre à tourner sur lui-même, à une vitesse vertigineuse. Ensuite, il se mit à rougeoyer sur les bords et à glisser dans le ciel, en tourbillonnant et en répandant des gerbes rouges de flammes. Cette lumière se reflétait sur le sol, sur les arbres et les buissons, et même sur le visage des gens et leurs vêtements, prenant des tonalités brillantes, de différentes couleurs. Animé par trois fois d’un mouvement fou, le globe de feu se prit de tremblements et de secousses, et parut se précipiter en zig-zag sur la foule terrorisée. Le tout dura environ dix minutes.

  A la fin, le soleil regagna en zig-zag le point d’où il s’était précipité, reprenant son aspect tranquille et son éclat de tous les jours.

   Le cycle des apparitions était terminé.

  Beaucoup de gens remarquèrent que leurs vêtements, trempés par la pluie, avaient séché subitement.

  Le miracle du soleil fut observé également par de nombreux témoins situés en dehors du lieu des apparitions, dans un rayon de quarante kilomètres.

 

 

 

 

   (Cf. Mémoires II, p. 162; IV, p. 348 et 350; de Marchi, p. 165-166; Walsh, p. 129-131; Ayres da Fonseca, p. 91-93; Galamba de Oliveira, p. 95-97).

 

———————————————————————————————————————————————————————

VIDÉO EN ANGLAIS « The Miracle of the Sun »

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

 

]]>
http://tfp-france.org/2096/sixieme-et-derniere-apparition-de-fatima-le-13-octobre-1917/feed 0
Une fertilité en baisse n’est que la moitié du problème http://tfp-france.org/23372/une-fertilite-en-baisse-nest-que-la-moitie-du-probleme http://tfp-france.org/23372/une-fertilite-en-baisse-nest-que-la-moitie-du-probleme#comments Mon, 22 Jun 2015 16:09:38 +0000 http://tfp-france.org/?p=23372  Marche_pour_la_vie_2014 - Peter Potrowl - detail Un ami – fort brave homme et bon catholique – a objecté quand j’ai déclaré que la contraception et la mentalité contraceptive n’avaient pas seulement radicalement changé la conception que notre société a du mariage et de la famille mais avait peut-être définitivement sapé l’Occident, des cultures et des nations précédemment chrétiennes.

  C’est une vision sombre, je l’admets, mais tout à fait réaliste – et qu’il est absolument nécessaire de faire connaître aux chrétiens. 

  Sa contre-argumentation était que ma vision était trop simpliste et ignorait le fait que le déclin du taux des naissances précédait d’un siècle ou plus l’invention de la pilule.

  Bien plus, il y a des causes sous-jacentes nombreuses et complexes, des causes économiques, sociales, géographiques, etc. Tout cela est assez vrai.

 

 LIRE ICI -1

 

 

 Source :  http://www.france-catholique.fr/Une-fertilite-en-baisse-n-est-que.html

Par le père Mark A. Pilon
Le père Mark A. Pilon, un prêtre du diocèse d’Arlington, en Virginie, a obtenu un doctorat de théologie sacrée de l’université de la Sainte Croix à Rome. Il a tenu la chaire de théologie méthodique au séminaire de Mount Saint Mary. 

      – Traduit par Bernadette Cosyn

Initialement publié dans:
   http://www.thecatholicthing.org/2015/05/23/low-fertility-is-just-the-half-of-it/

 

 


  

S’ABONNER À TFP-FRANCE :  Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

 

]]>
http://tfp-france.org/23372/une-fertilite-en-baisse-nest-que-la-moitie-du-probleme/feed 0
Prière réparatrice au Sacré-Cœur de Jésus http://tfp-france.org/23235/priere-reparatrice-au-sacre-coeur-de-jesus http://tfp-france.org/23235/priere-reparatrice-au-sacre-coeur-de-jesus#comments Wed, 10 Jun 2015 16:20:27 +0000 http://tfp-france.org/?p=23235   Très doux Jésus, vous avez répandu sur les hommes les bienfaits de votre charité, et leur ingratitude n’y répond que par l’oubli, le délaissement, le mépris.

SHJ - detail  Nous voici donc prosternés devant votre autel, animés du désir de réparer, par un hommage spécial, leur coupable indifférence et les outrages dont, de toutes parts, ils accablent votre Cœur très aimant.

 Cependant, nous souvenant que nous-mêmes nous nous sommes dans le passé rendus coupables d’une si indigne conduite, et pénétrés d’une profonde douleur, nous implorons d’abord pour nous-mêmes votre miséricorde.

 Nous sommes prêts à réparer, par une expiation volontaire, les fautes que nous avons commises, tout prêts aussi à expier pour ceux qui, égarés hors de la voie du salut, s’obstinent dans leur infidélité, refusant de vous suivre, vous, leur Pasteur et leur Chef, ou, secouant le joug si doux de votre Loi, foulent aux pieds les promesses de leur baptême.

 Nous voudrions expier pour tant de fautes lamentables, réparer pour chacune d’elles: désordres de la conduite, indécence des modes, scandales corrupteurs des âmes innocentes, profanation des dimanche et des fêtes, blasphèmes exécrables contre vous et contre vos Saints, insultes à votre Vicaire et à vos prêtres, abandon et violations odieusement sacrilèges du divin sacrement de votre amour, péchés publics enfin des nations qui se révoltent contre les droits et l’autorité de votre Église.

  Que ne pouvons-nous effacer de notre sang tant d’offenses !

 Fronhofen_Pfarrkirche_Fenster_Herz_Jesu - detail1Du moins, pour réparer votre honneur outragé, nous vous présentons cette même satisfaction que vous avez offerte à votre Père sur la Croix et dont vous renouvelez l’offrande, chaque jour, sur l’autel ; nous vous la présentons, accompagnée de toutes les satisfactions de la très sainte Vierge, votre Mère, des Saints, des chrétiens fidèles.

  Nous vous promettons, de tout notre coeur, autant qu’il dépend de nous et avec le secours de votre grâce, de réparer nos fautes passées, celles de notre prochain, l’indifférence à l’égard d’un si grand amour, par la fermeté de notre foi, la pureté de notre vie, la docilité parfaite aux préceptes de l’Évangile, à celui surtout de la charité.

 Nous vous promettons aussi de faire tous nos efforts pour vous épargner   de nouvelles offenses et pour entraîner à notre suite le plus grand nombre d’âmes possible.

 Agréez, nous vous en supplions, ô très bon Jésus, par l’intercession de la bienheureuse Vierge Marie Réparatrice, cet hommage spontané d’expiation ; gardez-nous, jusqu’à la mort,  inébranlablement fidèles à notre devoir et à votre service ; accordez-nous ce don précieux de la persévérance, qui nous conduise tous enfin à la patrie, où, avec le Père et le Saint-Esprit, vous régnez, Dieu, dans les siècles des siècles. Ainsi-soit-il.

PiusPPXI_signature - -

 – 8 mai 1928 –  

 

 Pie XI, lettre encyclique sur le devoir de réparation au Sacré-Cœur de Jésus 

Extrait de la Plaquette :                                                                                                                              « COEUR SACRÉ DE JÉSUS, J’AI CONFIANCE EN VOUS! »   

 

 


  

S’ABONNER À TFP-FRANCE :  Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

 

]]>
http://tfp-france.org/23235/priere-reparatrice-au-sacre-coeur-de-jesus/feed 1
Première apparition de la Très Sainte Vierge Marie à Fatima – 13 mai 1917 http://tfp-france.org/22760/premiere-apparition-de-la-tres-sainte-vierge-marie-a-fatima-13-mai-1917 http://tfp-france.org/22760/premiere-apparition-de-la-tres-sainte-vierge-marie-a-fatima-13-mai-1917#comments Wed, 13 May 2015 16:09:55 +0000 http://tfp-france.org/?p=22760 Les apparitions de la Très Sainte Vierge

   Au moment des apparitions de la Très Sainte Vierge, Lucie de Jésus, François et Jacinthe Marto  avaient respectivement dix, neuf et sept ans. 
   Ils sont nés le 22 mars 1907, le 11 juin 1908 et le 11 mars 1910. Les trois enfants habitaient, comme nous l’avons dit, à Aljustrel, lieu-dit de la paroisse de Fatima.
François de Fatima   Les apparitions ont eu lieu sur un petit terrain appartenant aux parents de Lucie, appelé la Cova da Iria, à deux kilomètres et demi de Fatima, par la route de Leiria.
   Notre-Dame est apparue sur un arbrisseau, un chêne vert d’à peine plus d’un mètre de haut. François ne faisait que voir la Sainte Vierge, sans L’entendre. Jacinthe La voyait et L’entendait. Lucie La voyait, L’entendait et parlait avec Elle.
   Les apparitions survenaient aux approches de midi.

Première apparition : le 13 mai 1917

  Les trois voyants jouaient à la Cova da Iria quand leur attention fut attirée par deux lueurs semblables à l’éclair. Puis ils virent la Mère de Dieu sur le chêne vert.
 C’était « une Dame toute vêtue de blanc, plus brillante que le soleil, répandant une lumière plus claire et plus intense qu’un verre de cristal rempli d’eau cristalline, traversé par les rayons du soleil le plus ardent », raconte Lucie.
  Son visage, d’une beauté indescriptible, n’était « ni triste ni joyeux, mais sérieux », avec un air de doux reproche.
 Elle avait les mains jointes, comme en prière, appuyées sur la poitrine et tournées vers le haut. De sa main droite pendait un chapelet.
  Ses  vêtements semblaient tout faits de lumière. La tunique était blanche et blanc aussi le manteau, ourlé d’or, qui couvrait la tête de la Vierge et Lui tombait jusqu’aux pieds. On ne Lui voyait ni les cheveux ni les oreilles.
   Quant aux traits de la physionomie, Lucie n’a jamais pu les décrire, car il lui fut impossible de fixer ce visage céleste, tant il éblouissait. Les voyants étaient tellement près de Notre-Dame – à une distance d’environ un mètre et demi – qu’ils se trouvaient dans le halo de lumière qui L’entourait, ou qu’Elle répandait. L’entretien s’est déroulé ainsi :

Fatima - detail

 
NOTRE-DAME : « N’ayez pas peur. Je ne vous veux pas de mal. »
 
LUCIE : « D’où êtes-Vous, Madame ? »
NOTRE-DAME : « Je suis du Ciel »
–   (et la Sainte Vierge leva la main pour désigner le ciel).
 
LUCIE : « Et que voulez-Vous de moi ? »
NOTRE-DAME : « Je suis venue vous demander de venir ici six mois de suite, le 13, à cette même heure. Je vous dirai après qui Je suis et ce que Je veux. Puis Je reviendrai encore ici une septième fois. »
 
LUCIE : « Et moi, est-ce que j’irai au Ciel aussi ? »
NOTRE-DAME : « Oui, tu iras. »
 
LUCIE : « Et Jacinthe ? »
NOTRE-DAME : « Aussi. »
 
LUCIE : « Et François ? »
NOTRE-DAME : « Aussi, mais il doit dire beaucoup de chapelets. »
 
LUCIE : « Maria das Neves est-elle déjà au Ciel ? »
NOTRE-DAME : « Oui, elle y est. »
 
LUCIE : « Et Amélia ? »
NOTRE-DAME : « Elle restera au Purgatoire jusqu’à la fin du monde. Voulez-vous vous offrir à Dieu pour supporter toutes les souffrances qu’Il voudra vous envoyer, en réparation des péchés par lesquels Il est offensé et en supplication pour la conversion des pécheurs ? »
 
LUCIE : « Oui, nous le voulons. »
NOTRE-DAME : « Vous aurez donc beaucoup à souffrir, mais la grâce de Dieu sera votre réconfort. »

« Ce fut en prononçant ces dernières paroles, “la grâce de Dieu, etc…” que pour la première fois Elle ouvrit les mains en nous communiquant une lumière si intense – écrit Sœur Lucie – que, pénétrant dans nos poitrines et dans le plus intime de nos âmes, elle nous faisait nous voir nous-mêmes en Dieu, qui était cette lumière, plus clairement que dans le meilleur des miroirs.

« Alors, une impulsion intime nous fut communiquée, qui nous fit tomber à genoux et répéter intérieurement :

«  O très sainte Trinité, je Vous adore. Mon Dieu, mon Dieu,
                                             je Vous aime dans le Très Saint Sacrement
.” »

Après un moment, la Sainte Vierge ajouta :

« Priez le chapelet tous les jours pour obtenir la paix pour le monde et la fin de  la guerre. »

« Puis – raconte Sœur Lucie – Elle commença à s’élever sereinement, en direction du levant, jusqu’à  disparaître au loin dans l’immensité. La lumière qui L’environnait semblait Lui ouvrir un chemin parmi les astres. »

 



Extrait :   « Fatima – Message de tragédie ou d’espérance ? »                                                                  de Antonio A. Borelli  (11ème édition –  octobre 2001)          

      Lire aussi :    Prions la Vierge Marie avec le Chapelet       

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

 

]]>
http://tfp-france.org/22760/premiere-apparition-de-la-tres-sainte-vierge-marie-a-fatima-13-mai-1917/feed 0
Égalitarisme et haine de Dieu http://tfp-france.org/22556/egalitarisme-et-haine-de-dieu http://tfp-france.org/22556/egalitarisme-et-haine-de-dieu#comments Mon, 04 May 2015 16:09:55 +0000 http://tfp-france.org/?p=22556

 

   Même les rapports entre les hommes et Dieu passent par ce changement niveleur.

  La mentalité moderne est profondément influencée par le panthéisme, par l’immanentisme et par toutes les formes ésotériques de religion qui visent à établir entre Dieu et les hommes des rapports d’égalité, et à doter l’humanité des propriétés divines.

 L’athée est un égalitaire qui veut éviter l’affirmation absurde selon laquelle l’homme est Dieu, et qui admet pour cela un autre concept absurde en affirmant que Dieu n’existe pas.

  Le laïcisme est une forme d’athéisme et, par conséquent, d’égalitarisme. Il proclame qu’il est impossible de certifier l’existence de Dieu et donc que l’homme, dans la sphère temporelle, doit agir comme si Dieu n’existait pas, c’est-à-dire comme une personne ayant détrôné Dieu.

  Saint Thomas enseigne1 que la diversité des créatures et leur échelonnement hiérarchique sont un bien en soi, car les perfections du Créateur resplendissent mieux dans la Création de cette manière. Il ajoute que, parmi les anges2, comme parmi les hommes, dans le Paradis terrestre comme sur cette terre d’exil3, la Providence institua l’inégalité.

   C’est pourquoi un univers de créatures égales éliminerait dans toute la mesure du possible la ressemblance des créatures avec leur Créateur. Haïr par principe toute espèce d’inégalité revient donc à s’opposer métaphysiquement aux meilleurs éléments de ressemblance entre le Créateur et la création: c’est haïr Dieu.

1. Cf. « Contre les Gentils », II, 45 ; « Somme Théologique », I, q. 47, a. 2. 
2. Cf. « Somme Théologique », I, qq. 50, a. 4. — 3. Cf. op. cit., I, q. 96, a. 3 et 4.

  Tous ces exemples d’avancées du mouvement égalitaire, dans tous les domaines et dans tous les pays, en suscitent sans doute bien d’autres dans l’esprit du lecteur. On pourrait discuter si telle ou telle modification trouve une justification dans le fait de rectifier un abus évident ou si telle nouveauté est un changement admissible.

  Mais on est bien obligé de s’étonner que toutes les solutions proposées aux problèmes d’aujourd’hui aillent toujours dans un sens égalitaire.

 Il n’y a pour ainsi dire pas une transformation qui ne produise un nivellement, qui ne favorise, directement ou non, le cheminement de la société vers un état de choses complètement égalitaire.

 Cette uniformité dans le mouvement n’est pas naturelle. C’est une façon de forcer la réalité pour faire vivre un désir. L’égalité est le but vers lequel tendent les aspirations des masses, la mystique qui gouverne l’action de presque tous les hommes, l’idole sous l’égide de laquelle l’humanité espère trouver son âge d’or.

Le caractère religieux du mouvement égalitaire

   Ce mouvement, ou plutôt cette révolution impalpable, possède un fort caractère religieux parce que c’est une mystique. L’égalité, arborée en valeur métaphysique suprême, prétend être le principe directeur en fonction duquel tous les hommes doivent s’ordonner s’ils veulent atteindre la perfection. C’est un « idéal » que l’on chérit avec une ferveur religieuse.

  D’où vient cette adoration, alors même qu’elle n’a pas, à proprement parler, de dieu à vénérer et de culte à pratiquer ? Elle trouve son intensité impétueuse dans la passion de l’orgueil qui amène celui qui y cède à aimer l’égalitarisme de toute la force de son âme. Car l’orgueilleux, qui prétend d’abord être au-dessus de tout, très vite veut surtout qu’il n’y ait personne au-dessus de lui, quitte pour cela à tout niveler.

  L’égalitarisme est donc un mysticisme religieux et, comme tout mysticisme, il est intolérant. Le vent qui souffle dans le monde d’aujourd’hui est un vent d’intolérance égalitaire. Cette intolérance est d’ailleurs l’un des éléments qui prouvent son caractère religieux, et elle peut aller jusqu’à la persécution.

   En face de cette révolution égalitaire universelle, qui atteint tous les domaines de la vie en société, mais est bien souvent impalpable, le catholique est placé dans une situation diamétralement opposée et incompatible avec ce mouvement.

   Pour bien comprendre l’enseignement des Papes au sujet des inégalités justes et nécessaires, il faut d’abord distinguer le concept chrétien d’égalité basé sur la réalité de la nature humaine, ses limites, et ce en quoi il s’oppose au mouvement égalitariste.   

 

Les limites de l’inégalité

   Les hommes sont tous égaux par leur nature et diffèrent seulement par leurs accidents. Les droits qui leur viennent du simple fait d’être hommes sont égaux pour tous: droit à la vie, à l’honneur, à des conditions d’existence suffisantes et donc au travail, à la propriété et à la pratique de la vraie religion. Les inégalités qui portent atteinte à ces droits se dressent contre l’ordre instauré par la Providence. C_O_A_pio_xii

  Toutefois, si elles respectent ces limites, les inégalités provenant d’accidents comme la vertu, le talent, la beauté, la force, la famille, la tradition, etc. sont justes et conformes à l’ordre de l’univers4.


4. Cf. Pie XII, Message radiodiffusé de Noël, 1944, « Discorsi e Radiomessaggi », vol. VI, p. 239.

 

 Articles dans la série:

L’idéal catholique d’une société fraternelle, parce qu’harmonieusement inégalitaire

Quelques exemples d’avancées du mouvement égalitaire universel

 

   

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

 

 

]]>
http://tfp-france.org/22556/egalitarisme-et-haine-de-dieu/feed 0
Quelques exemples d’avancées du mouvement égalitaire universel http://tfp-france.org/22460/quelques-exemples-davancees-du-mouvement-egalitaire-universel http://tfp-france.org/22460/quelques-exemples-davancees-du-mouvement-egalitaire-universel#comments Wed, 29 Apr 2015 17:09:18 +0000 http://tfp-france.org/?p=22460 Il n’y a, pour ainsi dire, pas de transformation qui ne produise un nivellement, qui ne favorise, directement ou non, le cheminement de la société vers un état de choses complètement égalitaire.

Joaquin Sorolla y Bastida - text1

« Paysans, artisans, ouvriers, employés, domestiques, fonctionnaires, militaires, petite, moyenne et haute bourgeoisie, aristocratie héréditaire, tout est passé au mixeur»

  Dans la façon de vivre en société, les exemples d’avancées du mouvement égalitaire universel sont légion. La perte croissante de la courtoisie, des formes de politesse, substituées par une spontanéité vulgaire et agressive, inquiète à juste titre.Photo1 Dans l’éducation scolaire, l’abolition des marques de respect de celui qui apprend par rapport à celui qui sait tend à former des générations d’ignorants.

  À cela s’ajoutent l’exaltation exagérée du sport, des prouesses physiques, et le dédain progressif pour les activités dépendantes de la réflexion. La hiérarchie naturelle constituée par la supériorité du travail intellectuel sur le travail mécanique disparaît par le dépassement de la distinction entre l’un et l’autre. Déjà, il suffit de mentionner cette hiérarchie, hier encore évidente, pour faire frémir l’oreille.

  Alors que la société il y a moins d’un siècle se caractérisait par le fait d’être un ensemble de familles harmonieusement diversifiées, aujourd’hui l’individualisme est la norme. Jamais autant d’humains n’ont habité tout seuls. Au lieu d’une hiérarchie de familles s’articulant en groupes sociaux et formant un tableau chatoyant, on a une foule d’êtres indifférenciés, placés côte à côte comme les grains de sable sur une plage et n’ayant comme unique aspiration que d’être rigoureusement identiques au voisin et de disparaître dans la masse amorphe.

  De plus, le mouvement égalitaire tend à supprimer les diverses classes sociales. Paysans, artisans, ouvriers, employés, domestiques, fonctionnaires, militaires, petite, moyenne et haute bourgeoisie, aristocratie héréditaire, tout est passé au mixeur. En particulier, on abolit toute influence aristocratique dans la direction de la société et dans le ton général que cette classe donne à la culture et aux mœurs.

  Dans le domaine économique, on avance pas à pas vers la conception communiste selon laquelle, la propriété « c’est le vol ». Il faudrait « punir » les riches. On ne doit pas gagner « trop » d’argent. Si l’on possède une fortune, on ne doit pas la rendre apparente. Il est mal vu d’avoir des employés de maison. Les voitures de luxe ressemblent aux véhicules ordinaires. On doit renoncer à chercher l’excellence dans les objets qui nous entourent. Même la gastronomie de haute cuisine évolue vers un style dépouillé et une apparence méconnaissable.

  Beaucoup trouvent normal que la plus grande partie du revenu soit confisquée par l’État pour être ensuite mal gérée « pour la collectivité ». L’héritage, qui est le moyen de transmettre, au sein d’une famille, non seulement un patrimoine matériel, mais aussi une histoire, une identité, une personnalité propre, en un mot une tradition sans laquelle il n’y a pas de civilisation, l’héritage, surtout lorsqu’il est significatif, est dévoré par l’État insatiable. Malheureusement, un grand nombre de catholiques se sont laissés intoxiquer par cette idéologie égalitaire anti-propriété.

  Dans le domaine politique, on atténue de plus en plus la distinction naturelle et nécessaire entre gouvernants et gouvernés. La manie obsessionnelle de ceux qui occupent les charges importantes de direction de paraître « normaux », et d’agir en tout comme s’ils étaient de vulgaires manants, n’a de parallèle qu’avec la rage des dirigés de les rabaisser systématiquement. C’est tout le contraire de l’état d’esprit exprimé autrefois par l’aphorisme « noblesse oblige ».

  La sphère religieuse n’échappe pas aux changements progressifs vers l’égalitarisme. La distinction et la hiérarchie essentielle entre clergé et fidèles sont désavouées. Les prêtres s’habillent comme des civils et les laïcs, femmes en tête, investissent les fonctions de l’autel. La pompe, les ornements sacrés, l’architecture et l’art raffiné sont rejetés et remplacés par la quasi-misère, des tissus à l’aspect ordinaire et des formes « brutes de décoffrage » allant pour certaines statues jusqu’à l’horrible.

  La souveraineté du Pape est contestée ; les distinctions hiérarchiques au sein du clergé sont estompées. Il devient obligatoire de traiter toutes les religions à égalité et l’Église catholique ne doit plus s’affirmer comme la seule religion véritable, car ce serait antipathique.

  En parallèle, on remarquera que dans le monde entier les uniformes des militaires, des gendarmes et des policiers évoluent vers un vêtement uniquement fonctionnel, une variante d’un bleu de travail, qui abandonne progressivement les composantes et la coupe qui apportaient du prestige à leur personne. Le premier élément qui donnait une note d’autorité était le couvre-chef, mais le képi traditionnel est aujourd’hui réduit à une casquette de touriste. L’uniforme témoigne d’une inégalité juste et nécessaire que le mouvement égalitaire veut dissoudre.

  Au niveau international, on rêve de fondre tous les peuples et tous les états en un seul, afin de faire disparaître les légitimes caractéristiques et les différences de chaque pays et d’effacer peu à peu leur souveraineté. On remarquera que la souveraineté est, dans le droit public, l’image de la propriété. La marche forcée vers l’intégration européenne est un triste exemple de ce mouvement vers l’égalitarisme planétaire.

  Une constatation dans ce sens, qui pourrait sembler anecdotique mais ne l’est pas, est celle de la décadence  du rôle des ambassadeurs  dans  les relations internationales, accompagnant le déclin des souverainetés.

 L’ambassadeur, homme de salon et  de représentation, fin connaisseur des mentalités du pays où il se trouve  et des rapports de forces politiques parfois compliqués, voit aujourd’hui  sa noble charge presque réduite à une figure d’ornement.

 Dans l’esprit du public, l’attaché commercial qui négocie les contrats et le chef local  du service d’espionnage ont beaucoup plus d’importance.

  C’est  peut-être dans le monde culturel que les exemples  de l’avancée du mouvement égalitaire sont les plus nombreux.

   Ils ont tous en commun d’avoir comme principe directeur l’abolition de la différence entre le beau et le laid dans la production artistique. 

« Comme l’abandon de la courtoisie se fait peu à peu, ce mouvement est impalpable et l’on ne s’en rend compte, avec surprise, que lorsqu’il arrive à certains extrêmes »


  Extrait :    Bulletin d’information                                                                                                                                                « La France a besoin de la culture chrétienne » – Avril 2015   

 


 

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

]]>
http://tfp-france.org/22460/quelques-exemples-davancees-du-mouvement-egalitaire-universel/feed 1
Méditez sur la mort de Notre Seigneur http://tfp-france.org/21613/meditez-sur-la-mort-de-notre-seigneur http://tfp-france.org/21613/meditez-sur-la-mort-de-notre-seigneur#comments Mon, 02 Mar 2015 16:20:06 +0000 http://tfp-france.org/?p=21613 Chemin Croix  - 1Vous vous demandez peut-être pourquoi je vous présente, alors que le carême a déjà commencé et que la Semaine Sainte s’approche, ce petit livret du Chemin de Croix ?

Bien sûr, il vous permettra de suivre et de méditer la Passion et la mort de Notre-Seigneur sur la Croix.

Mais il y a plus.

C’est chaque jour que l’on crucifie Jésus, dans nos rues, dans nos lois, dans nos mœurs.

Les forces du mal veulent balayer toute influence des catholiques dans la société. Alors que vous lisez ces lignes, vous pensez peut-être : « pourquoi donc devrais-je me résigner à laisser bannir Jésus-Christ de ma vie quotidienne ? »

— Lorsque vous méditerez sur notre Divin Sauveur, portant sa Croix sous les quolibets, les coups et les injures de ceux qui étaient présents, vous verrez que vous pouvez suivre Son exemple, en vrai chrétien qui agit en tant que tel dans une société hostile, haineuse parfois.

 Oui, la société dans laquelle nous vivons a banni Notre Seigneur, sa souffrance et sa Croix !

 Et vous serez sans doute d’accord avec moi : si l’on méditait plus sur la passion et la mort de Notre-Seigneur Jésus-Christ, nous aurions plus de courage pour agir, là où nous sommes, en défense de la morale chrétienne et des principes catholiques dans la société.

— Hélas ! vous avez tous les jours autour de vous des exemples criants des conséquences de l’impiété et de la mollesse des catholiques.

Jacinta de Fatima 2 Lorsque vous méditerez chacune des stations de ce Chemin de Croix, vous découvrirez ce que vous pouvez faire pour répondre à l’amour du Christ et de sa Mère.

— « Les hommes se perdent parce qu’ils ne pensent pas à la mort de Notre-Seigneur et ne font pas pénitence ».

 Vous le savez peut-être, cette phrase est de la bienheureuse Jacinthe, à qui la Vierge est apparue à Fatima en 1917.

 Elle l’a prononcée peu avant sa mort, et se trouve dans les témoignages rassemblés pour sa béatification.

 Et c’est en repensant à cette phrase de Jacinthe que j’ai décidé de vous inviter à agir.

 Ce que personne n’ose proclamer, c’est qu’en très, très grand nombre, les personnes vont en Enfer et que tout dans la société les y pousse…

 La seule qui a osé le dire, c’est la Sainte Vierge, en 1917 à Fatima, en montrant l’Enfer à trois enfants de 7, 9 et 10 ans !

 Souvenez-vous, lorsqu’enfant vous alliez au catéchisme, vous avez appris les commandements de la loi de Dieu… Eh bien ! il n’y en a pas un aujourd’hui qui ne soit combattu par notre société qui se paganise.

 Non content d’imposer une société sans-Dieu, il faut encore que l’on blasphème, que l’on insulte la Croix du Sauveur et que l’on attaque sans cesse l’Église, la Papauté et les catholiques dans leurs convictions.

 Lorsque tous vocifèrent, n’avons-nous pas le devoir d’agir dans la société pour que celle-ci cesse d’insulter et de crucifier Notre Sauveur par ses lois païennes et par ses spectacles qui poussent les hommes sur la voie de la perdition éternelle ?

C’est chaque jour que l’on crucifie Notre-Seigneur.Chemin Croix 2015 - photo 1

— C’est dans nos rues que cela se passe.

— Ce sont nos lois qui le renient, ce sont nos mœurs qui l’outragent.

— C’est Jésus que l’on tue dans l’âme des enfants.

— En France, la reconnaissance sociale de l’homosexualité est imposée ; et la nouvelle exigence est le l’adoption d’enfant. Et les exigences ne s’arrêteront pas là !

— La pornographie et tout un climat immoral minent la famille. La « culture de mort » s’impose dans les mœurs et dans les lois, s’en prenant aux enfants à naître, aux personnes âgées et aux handicapés.

— le satanisme revient en force dans notre société déchristianisée et attire avec violence des adolescents ou de jeunes adultes.

 Avec ce « Chemin de Croix », vous aussi, « vivez au plus profond de vous-même, la souffrance si immense du Christ et de sa Mère », comme l’a écrit un ami de la TFP, et laissez-vous imprégner par les commentaires bienfaisants de cette méditation.

 Le texte a été rédigé par un grand catholique aujourd’hui décédé, le professeur Plinio Corrêa de Oliveira, fondateur de la première TFP. Il n’a rien perdu de son actualité.

 Il parle à chaque chrétien de son devoir de suivre les traces du Divin Sauveur dans les difficultés du monde moderne et parmi l’hostilité déclarée des ennemis de Dieu.

 Si vous êtes comme moi, vous voudrez vous aussi que d’autres puissent se bénéficier de cette si belle version du Chemin de Croix.

 Permettez-moi de vous avouer quelque chose : lorsque je les lis les nombreuses lettres qui arrivent au secrétariat, je regrette de ne pas avoir les moyens d’augmenter beaucoup plus les diffusions entreprises par la campagne «La France a besoin de la Sainte Vierge».

 Voilà pourquoi je tiens tant à vous inviter à être vous aussi un propagateur, soit directement, soit par votre don, soit par vos prières.

Je compte sur vous de trois façons :

Chemin Croix 2015 - photo 2– d’abord vous pouvez participer à cette campagne de diffusion du Chemin de Croix en le récitant, surtout en ce temps de carême, et en offrant vos prières dans les intentions de la campagne.

— ensuite en demandant d’autres exemplaires pour le diffuser autour de vous. À cause de nos moyens réduits, le nombre est limité, mais dans la mesure de nos possibilités, je vous enverrai les exemplaires que vous me demanderez.

— Enfin en m’aidant par un don à développer la diffusion de la piété traditionnelle, comme ce Chemin de Croix que j’aurais aimé envoyer à un plus grand nombre de personnes, qui auraient été contentes de le recevoir parce qu’elles se sont déjà intéressées à nos campagnes dans le passé, mais auxquelles je n’ai pas pu écrire cette fois-ci, faute de moyens.

 D’avance je vous dis un très grand merci !

 En aidant à diffuser le « Chemin de Croix », vous rappelez à chaque chrétien son devoir d’agir dans la société pour que celle-ci cesse d’insulter et de crucifier Notre Sauveur par ses lois païennes et favorise le bien au lieu de pousser les âmes sur le chemin de la perdition éternelle.

 Pensez quelques instants au sens de cette phrase de la Bienheureuse Jacinthe de Fatima.

 Si vous le voulez bien, relisez là avec moi : « Les hommes se perdent parce qu’ils ne pensent pas à la mort de Notre-Seigneur et ne font pas pénitence ».

 Soyez sûr que ce que vous ferez sera reçu avec gratitude et que votre geste sera utile.

 

Les scènes de ce Chemin de Croix ont été peintes par William-Adolphe Bouguereau, artiste français du XIXe siècle, pour la cathédrale Saint-Louis de La Rochelle sa ville natale.

Pour nous écrire :

Mentionnez le code  – 13863 /  Chemin de Croix – 2015  

6 av. Chauvard – 92600 Asnières s/Seine

Par téléphoner :  01 45 55 61 88

Faire un don

 (Les livrets  sont distribués gratuitement)

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

]]>
http://tfp-france.org/21613/meditez-sur-la-mort-de-notre-seigneur/feed 0