tfp-france.org » Rosaire http://tfp-france.org Fri, 05 Feb 2016 15:20:32 +0000 fr-FR hourly 1 http://wordpress.org/?v=4.2.7 Réciter le chapelet tous les jours en l’honneur de Notre Dame du Rosaire http://tfp-france.org/2032/reciter-le-chapelet-tous-les-jours-en-lhonneur-de-notre-dame-du-rosaire http://tfp-france.org/2032/reciter-le-chapelet-tous-les-jours-en-lhonneur-de-notre-dame-du-rosaire#comments Wed, 07 Oct 2015 15:09:58 +0000 http://tfp-france.org/?p=2032 Marie remet le Chapelet à Saint Dominique

   La Très Sainte Vierge Marie est apparue à Fatima, au Portugal, entre mai et octobre 1917. La Mère de Dieu s’adressa à trois petits bergers – Lucie, Jacinthe et François, ces deux derniers ayant été béatifiés le 13 mai 2000 – et, à travers eux, au monde entier. Elle les a chargés essentiellement de communiquer à l’humanité sa profonde affliction devant l’impiété et la corruption de celle-ci.

  Elle leur dit que la Ière Guerre mondiale est un châtiment pour l’inconduite des hommes mais que la guerre va bientôt s’achever ; Elle prédit toutefois l’apparition d’une deuxième, pire que la première, si les hommes ne s’amendent pas. Après cette deuxième grave secousse, si le monde persévère encore dans le mal, il viendra un terrible châtiment.

  La Révolution communiste n’a pas encore éclaté mais la Sainte Vierge affirme : « La Russie répandra ses erreurs dans le monde entier, propageant les guerres et les persécutions contre l’Eglise ». Que pouvait signifier ces « erreurs de la Russie » à l’époque ? Personne ne considérait comme assez dynamique l’Eglise schismatique d’Orient pour représenter ces erreurs qui allaient propager dans le monde guerres et persécutions…

  Plus tard on put comprendre : le seul parti politique de l’époque qui avait dans son programme à la fois l’amour libre, l’avortement, l’enlèvement dès leur jeune âge des enfants aux parents, etc. en plus de la lutte des classes et de sa systématisation de la jalousie et du vol (« La propriété c’est le vol ! »)… était le parti communiste russe !

  Le parti communiste russe a répandu ses erreurs dans le monde entier, propageant les guerres et les persécutions contre l’Eglise. Quel parti « libéral », aujourd’hui, milite contre l’amour libre, l’avortement, l’enlèvement des enfants à leur parents dès le jeune âge, l’adoption d’enfants par toutes sortes de personnes — dont la moralité ne peut être contrôlée par un Etat qui ne montre guère l’exemple — et la systématisation de la jalousie entre employés grands, moyens ou petits de la même entreprise ? Aucun, et pour la plupart ils ont même accepté tout cela.

  Les choses ne s’arrêtent pas là. La Révolution sexuelle et égalitaire de Mai 68 a obtenu l’objet de quasi toutes ses revendications. Ces fruits poussent sur la branche sorbonnarde du tronc de la Révolution russe. « Vous reconnaîtrez un arbre à ses fruits… »  Voilà transposés les principes égalitaires à la culture et au domaine des tendances de l’âme humaine, pour laisser maintenant libre cours à l’exaltation de la vie tribale et misérabiliste, vulgaire et prosaïque ; soit la régression à une vie de Cromagnon faisant fi des progrès de la civilisation : sans beauté, sans décor, sans charme, sans civilisation, sans culture.

  L’air raréfié de la révolution culturelle étouffe à petit feu notre XXIe siècle à peine né et déjà tracassé par son avenir. Donc Fatima, message de tragédie ? Non.

  Car la tragédie, l’homme s’est chargé de la produire, avec son cortège de pornographie abreuvant tant d’adolescents, et « scandalisant les petits enfants », les spectacles blasphématoires tel celui de Roméo Castelluci, les films et pièces de théâtre sacrilèges, la profanation d’églises, de statues de saints et jusqu’au Très Saint Sacrement, ainsi que les persécutions d’un laïcisme militant contre les catholiques soucieux d’être fidèles aux promesses de leur baptême.

  Devant elle, certains perdent confiance. Or le Message de Fatima est principalement un message d’espérance. Après ce qui précède, pourquoi donc ?

  Parce que Dieu — qui est infiniment juste et punit le mal volontaire — est aussi infiniment bon pour le pécheur qui demande pardon.

  Pour le chrétien, jamais de situation désespérée. Surtout, Dieu nous a donné un intermédiaire extraordinaire mais permanent. C’est aussi une avocate, c’est notre Médiatrice auprès de Lui. Ce n’est pas que Notre Dame soit proche de mains désespérées qui se tendraient vers Elle pour se raccrocher comme à une planche de salut. C’est qu’Elle est toute proche des mains qui se joignent pour prier, pour La prier sans renoncer, avec une confiance sans limite, Elle qui est la force des faibles, l’espérance des pécheurs, la consolatrice des affligés.

  En vertu de la promesse faite à l’Eglise par Notre Seigneur Jésus-Christ que les portes de l’enfer ne prévaudront jamais contre l’Eglise, nous avions une excellente raison, nécessaire et suffisante, pour avoir confiance. L’Eglise ne mourra pas. L’Histoire est là pour le prouver. Mais c’est surtout une vérité de foi qu’un catholique ne peut mettre en doute. C’est la doctrine révélée par la bouche même du Christ.

  Mais nous avons aussi le message de Fatima qui, loin d’être un message politique comme certains l’ont abusivement prétendu, est un message spirituel ET temporel, puisqu’il parle des « erreurs de la Russie » qui répandront dans le monde les guerres et les persécutions : erreurs qui renvoient sans contestation possible à une situation historique clairement définie, et qualifient parfaitement une idéologie donnée.

  C’est après avoir mentionné ces erreurs de la Russie qui se répandraient dans le monde que Notre Dame nous fait une autre promesse : « Mais à la fin Mon Coeur Immaculé triomphera ». Ce Coeur Immaculé de la Vierge triomphe déjà dans le Ciel. C’est donc encore à une situation temporelle future que la Sainte Vierge se réfère. Son Coeur Immaculé triomphera de ces ennemis ici, sur cette Terre quand les choses seront si graves qu’on pourrait croire tout perdu. Voilà le grand message d’espérance que nous communique le message de Fatima. Il vient raffermir notre foi dans la promesse du Christ d’il y a deux mille ans à Ses Apôtres. La Sainte Vierge en fait pour ainsi dire l’application aux temps actuels.

  Au cours de l’apparition du 13 juillet 1917, Elle parle d’abord du châtiment dans l’autre vie, châtiment éternel, suprême, définitif : c’est la condamnation à l’enfer des pécheurs qui meurent sans repentir. La Mère de Dieu n’a pas craint de montrer l’enfer aux trois voyants qui n’avaient alors que dix, neuf et sept ans. C’est sans doute aucun que la pensée de l’enfer ne peut pas faire de mal… Aux enfants de Fatima, l’enfer a même été montré (moyennant la force surnaturelle pour en supporter la vision, s’entend).

  Au moment de la troisième apparition, un petit nuage cendré vint surmonter le chêne vert, le soleil se voila, une brise fraîche se mit à souffler sur la montagne, alors que la saison était le plus fort de l’été.   M. Marto, le père de Jacinthe et François, dit avoir aussi entendu, selon ses propres termes, un bourdonnement semblable à celui de mouches dans une cruche vide. Les voyants virent le reflet de lumière « habituel » puis, aussitôt après, sur l’arbrisseau, la Sainte Vierge.

  Voici une partie du dialogue entre la Très Sainte Vierge et Lucie de Fatima :

LUCIE : « Madame, que voulez-vous de moi ? »

NOTRE-DAME : « Je veux que vous veniez ici le 13 du mois prochain, que vous continuiez à réciter le chapelet tous les jours en l’honneur de Notre-Dame du Rosaire pour obtenir la paix dans le monde et la fin de la guerre, parce qu’Elle seule peut les garantir.»

LUCIE : « Je voudrais Vous demander de nous dire qui Vous êtes et de faire un miracle afin que tous croient que Vous nous apparaissez. »

NOTRE-DAME : « Continuez à venir tous les mois. En octobre, je dirai qui je suis, ce que je veux, et je ferai un miracle que tous pourront voir afin qu’ils croient. »

  Lucie présente alors une série de demandes de conversion, guérison et autres grâces. La Sainte Vierge y répond en recommandant toujours la pratique du chapelet et que, de cette manière, ils seraient exaucés dans le courant de l’année.

  Elle dit ensuite :

« Sacrifiez-vous pour les pécheurs et dites souvent, en particulier quand vous aurez fait quelque sacrifice : O Jésus, c’est pour l’amour de Vous, pour la conversion des pécheurs et en réparation pour les péchés commis contre le Coeur Immaculé de Marie. »

 

Jacinthe, Lucie et François aussitôt après la vision de l’enfer, le 13 juillet 1917.

  Notre Dame demande de prier le chapelet, complété, après chaque dizaine, par la prière « O mon Jésus, pardonnez nous nos péchés, préservez nous du feu de l’enfer et conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont plus besoin de votre miséricorde. »

  La Sainte Vierge a donné cette prière aux enfants après la terrible vision de l’enfer, et Elle leur demande aussi la pratique de la communion réparatrice des cinq premiers samedis, ainsi que plusieurs autres dévotions et invocations qui ne sont pas toujours connues comme elles le méritent.

  Pour en savoir plus sur les prières recommandées par Notre Dame à Fatima, demander :  

 Les prières de Fatima

Pour nous écrire :

6 av. Chauvard – 92600 Asnières s/Seine

Par téléphone :  01 45 55 61 88

 

 

 

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email:

Delivered by FeedBurner

 

]]>
http://tfp-france.org/2032/reciter-le-chapelet-tous-les-jours-en-lhonneur-de-notre-dame-du-rosaire/feed 1
Le Cœur Immaculé de Marie http://tfp-france.org/17068/le-coeur-immacule-de-marie http://tfp-france.org/17068/le-coeur-immacule-de-marie#comments Fri, 21 Aug 2015 16:20:40 +0000 http://tfp-france.org/?p=17068 Fête du COEUR IMMACULÉ de MARIE (22 août)

  En 1805, le Pape Pie VII d’abord, et Pie IX ensuite, accordèrent à plusieurs églises une fête du « Cœur Très Pur de Marie » fixée au Dimanche dans l’Octave de l’Assomption. Le 13 juillet 1917, la Sainte Vierge apparaissait à Fatima pour déclarer que Dieu voulait établir la dévotion à Son Cœur Immaculé pour le salut du monde. Elle demanda aux chrétiens la pratique du 1er samedi du mois par la communion réparatrice et la récitation du chapelet accompagnée de la méditation des mystères du Rosaire.

   En 1944, Pie XII institua donc – après la consécration du monde au Coeur Immaculé de Marie – une fête au 22 août. Depuis les dernières modifications liturgiques, la Liturgie de l’Eglise, fête maintenant au Samedi suivant la Solennité du Sacré-Coeur de Jésus le Coeur Immaculé de MarieMusée_Boyadjian_MRAH_20_11_2011_Ex-voto - detail

   La proximité de ces deux célébrations est déjà en elle-même, au niveau liturgique, un signe de leur connexion étroite: le mysterium du Cœur du Sauveur s’imprime et se reflète dans le Cœur de sa Mère, qui est donc associée à ce mystère tout en demeurant dans sa condition de disciple.

 De même que la solennité du Sacré-Cœur célèbre l’ensemble des mystères du salut accomplis par le Christ, en les synthétisant et en les ramenant à leur source – qui, de fait, est le Cœur –, ainsi la mémoire du Cœur Immaculé de Marie est la célébration complète de l’union du Cœur de la Mère à l’œuvre de salut de son Fils: depuis l’incarnation jusqu’à la mort et à la résurrection, et au don de l’Esprit Saint.

   La dévotion au Cœur Immaculé de Marie s’est beaucoup répandue à la suite des apparitions de la Vierge Marie à Fatima, en 1917. À l’occasion de leur 25ème anniversaire, en 1942, Pie XII consacra l’Église et l’humanité au Cœur Immaculé de Marie, et, en 1944, la fête du Cœur Immaculé de Marie fut étendue à toute l’Église.

Interior_of_St._Peter's_Church,_Vienna - detail

   Les expressions de la piété populaire envers le Cœur Immaculé de Marie se calquent sur celles qui s’adressent au Sacré-Cœur du Christ, tout en maintenant la distance infranchissable entre le Fils, vrai Dieu, et la Mère, dans sa condition de créature: il convient de citer, en particulier, la consécration personnelle des fidèles, de même que celle des familles, des communautés religieuses et des nations; la réparation, accomplie au moyen de la prière, la mortification et les œuvres de miséricorde ; la pratique des Cinq premiers samedis du mois.

   Le directoire sur la piété populaire rappelle encore que les observations faites à propos des Neuf premiers vendredis s’appliquent à la communion sacramentelle des Cinq premiers samedis consécutifs. 

 

 
   Extraits du « Directoire sur la piété populaire »  de la Congrégation pour le culte divin, Vatican, décembre 2001.  (174) 

 

Articles dans la série:

– Le Sacré-Cœur de Jésus-Christ

– Le Sacré-Cœur de Jésus-Christ – suite

 
  

S’ABONNER À TFP-FRANCE – par Email: Delivered by FeedBurner

 

]]>
http://tfp-france.org/17068/le-coeur-immacule-de-marie/feed 0
Première apparition de la Très Sainte Vierge Marie à Fatima – 13 mai 1917 http://tfp-france.org/22760/premiere-apparition-de-la-tres-sainte-vierge-marie-a-fatima-13-mai-1917 http://tfp-france.org/22760/premiere-apparition-de-la-tres-sainte-vierge-marie-a-fatima-13-mai-1917#comments Wed, 13 May 2015 16:09:55 +0000 http://tfp-france.org/?p=22760 Les apparitions de la Très Sainte Vierge

   Au moment des apparitions de la Très Sainte Vierge, Lucie de Jésus, François et Jacinthe Marto  avaient respectivement dix, neuf et sept ans. 
   Ils sont nés le 22 mars 1907, le 11 juin 1908 et le 11 mars 1910. Les trois enfants habitaient, comme nous l’avons dit, à Aljustrel, lieu-dit de la paroisse de Fatima.
François de Fatima   Les apparitions ont eu lieu sur un petit terrain appartenant aux parents de Lucie, appelé la Cova da Iria, à deux kilomètres et demi de Fatima, par la route de Leiria.
   Notre-Dame est apparue sur un arbrisseau, un chêne vert d’à peine plus d’un mètre de haut. François ne faisait que voir la Sainte Vierge, sans L’entendre. Jacinthe La voyait et L’entendait. Lucie La voyait, L’entendait et parlait avec Elle.
   Les apparitions survenaient aux approches de midi.

Première apparition : le 13 mai 1917

  Les trois voyants jouaient à la Cova da Iria quand leur attention fut attirée par deux lueurs semblables à l’éclair. Puis ils virent la Mère de Dieu sur le chêne vert.
 C’était « une Dame toute vêtue de blanc, plus brillante que le soleil, répandant une lumière plus claire et plus intense qu’un verre de cristal rempli d’eau cristalline, traversé par les rayons du soleil le plus ardent », raconte Lucie.
  Son visage, d’une beauté indescriptible, n’était « ni triste ni joyeux, mais sérieux », avec un air de doux reproche.
 Elle avait les mains jointes, comme en prière, appuyées sur la poitrine et tournées vers le haut. De sa main droite pendait un chapelet.
  Ses  vêtements semblaient tout faits de lumière. La tunique était blanche et blanc aussi le manteau, ourlé d’or, qui couvrait la tête de la Vierge et Lui tombait jusqu’aux pieds. On ne Lui voyait ni les cheveux ni les oreilles.
   Quant aux traits de la physionomie, Lucie n’a jamais pu les décrire, car il lui fut impossible de fixer ce visage céleste, tant il éblouissait. Les voyants étaient tellement près de Notre-Dame – à une distance d’environ un mètre et demi – qu’ils se trouvaient dans le halo de lumière qui L’entourait, ou qu’Elle répandait. L’entretien s’est déroulé ainsi :

Fatima - detail

 
NOTRE-DAME : « N’ayez pas peur. Je ne vous veux pas de mal. »
 
LUCIE : « D’où êtes-Vous, Madame ? »
NOTRE-DAME : « Je suis du Ciel »
–   (et la Sainte Vierge leva la main pour désigner le ciel).
 
LUCIE : « Et que voulez-Vous de moi ? »
NOTRE-DAME : « Je suis venue vous demander de venir ici six mois de suite, le 13, à cette même heure. Je vous dirai après qui Je suis et ce que Je veux. Puis Je reviendrai encore ici une septième fois. »
 
LUCIE : « Et moi, est-ce que j’irai au Ciel aussi ? »
NOTRE-DAME : « Oui, tu iras. »
 
LUCIE : « Et Jacinthe ? »
NOTRE-DAME : « Aussi. »
 
LUCIE : « Et François ? »
NOTRE-DAME : « Aussi, mais il doit dire beaucoup de chapelets. »
 
LUCIE : « Maria das Neves est-elle déjà au Ciel ? »
NOTRE-DAME : « Oui, elle y est. »
 
LUCIE : « Et Amélia ? »
NOTRE-DAME : « Elle restera au Purgatoire jusqu’à la fin du monde. Voulez-vous vous offrir à Dieu pour supporter toutes les souffrances qu’Il voudra vous envoyer, en réparation des péchés par lesquels Il est offensé et en supplication pour la conversion des pécheurs ? »
 
LUCIE : « Oui, nous le voulons. »
NOTRE-DAME : « Vous aurez donc beaucoup à souffrir, mais la grâce de Dieu sera votre réconfort. »

« Ce fut en prononçant ces dernières paroles, “la grâce de Dieu, etc…” que pour la première fois Elle ouvrit les mains en nous communiquant une lumière si intense – écrit Sœur Lucie – que, pénétrant dans nos poitrines et dans le plus intime de nos âmes, elle nous faisait nous voir nous-mêmes en Dieu, qui était cette lumière, plus clairement que dans le meilleur des miroirs.

« Alors, une impulsion intime nous fut communiquée, qui nous fit tomber à genoux et répéter intérieurement :

«  O très sainte Trinité, je Vous adore. Mon Dieu, mon Dieu,
                                             je Vous aime dans le Très Saint Sacrement
.” »

Après un moment, la Sainte Vierge ajouta :

« Priez le chapelet tous les jours pour obtenir la paix pour le monde et la fin de  la guerre. »

« Puis – raconte Sœur Lucie – Elle commença à s’élever sereinement, en direction du levant, jusqu’à  disparaître au loin dans l’immensité. La lumière qui L’environnait semblait Lui ouvrir un chemin parmi les astres. »

 



Extrait :   « Fatima – Message de tragédie ou d’espérance ? »                                                                  de Antonio A. Borelli  (11ème édition –  octobre 2001)          

      Lire aussi :    Prions la Vierge Marie avec le Chapelet       

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

 

]]>
http://tfp-france.org/22760/premiere-apparition-de-la-tres-sainte-vierge-marie-a-fatima-13-mai-1917/feed 0
Je suis Notre-Dame du Rosaire. http://tfp-france.org/19454/je-suis-notre-dame-du-rosaire http://tfp-france.org/19454/je-suis-notre-dame-du-rosaire#comments Mon, 06 Oct 2014 17:20:40 +0000 http://tfp-france.org/?p=19454 Sixième et dernière apparition
de Notre Dame à Fatima


 Comme les autres fois, les voyants eurent le regard attiré par un reflet de lumière, puis la Sainte Vierge apparut sur le chêne vert :
our_lady_rosary - cover1

 

LUCIE : « Que voulez-Vous de moi, Madame ? »

NOTRE DAME : « Je veux te dire que l’on fasse ici une chapelle en mon honneur, que Je suis Notre-Dame du Rosaire, que vous devez continuer toujours à dire un chapelet quotidien. La guerre va finir et les militaires rentreront bientôt chez eux. »

 

  Rosary-Madonna-Atzwang - detail

             Saint Dominique reçoit le rosaire aux côtés de sainte Catherine de Sienne                        –  église d’Atzwang (Tyrol du Sud) – Franz Tavella 1905  – Photo – Wolfgang Moroder

 

  Savez-vous ce que la Sainte Vierge a dit aux trois petits bergers de Fatima, lors de sa première apparition ?
  Souvenez-vous, c’était il y a un peu plus de 97 ans, le 13 mai 1917. La Sainte Vierge apparaissait à Lucie, François et Jacinthe. Et Elle leur demandait :

« Priez le chapelet tous les jours pour obtenir la paix pour le monde et la fin de la guerre ».

   Mais avez-vous remarqué qu’Elle répéta cette demande au cours de chacune des apparitions suivantes ?

— Le 13 juin : « Je veux (…) que vous récitiez le chapelet tous les jours ».

— Le 13 juillet, lors d’une apparition où Elle ne craint pas de montrer à ces enfants de 7, 9 et 10 ans, une vision de l’enfer où vont les pauvres pécheurs et leur avoir annoncé le châtiment et les persécutions, conséquences « des erreurs de la Russie » répandues dans le monde entier, la Sainte Vierge redis encore : 

« Je veux (…) que vous continuiez à réciter le chapelet tous les jours en l’honneur de Notre-Dame du Rosaire pour obtenir la paix dans le monde et la fin de la guerre, parce qu’Elle seule peut les garantir. »

— En août : « Je veux (…) que vous continuiez à dire le chapelet tous les jours ».

— Le 13 septembre : « Continuez à dire le chapelet pour obtenir la fin de la guerre. »

— Le 13 octobre : « Je veux te dire que l’on fasse ici une chapelle en mon honneur, que Je suis Notre-Dame du Rosaire, que vous devez continuer toujours à dire un chapelet quotidien. »

  Réciter le chapelet pour obtenir la paix pour le monde, c’est prendre conscience que les moeurs, les lois, l’organisation de la société civile dans laquelle nous vivons insultent Dieu et entraînent les âmes à la perdition éternelle.

  Car vous le savez bien, en France, le nombre de ceux qui disent tous les jours leur chapelet est trop faible. Les jeunes qui ignorent comment le réciter sont, hélas ! en progression constante.

  Aujourd’hui, s’il vous plait, aidez-moi à distribuer ce chapelet au plus grand nombre possible de nos compatriotes.
   Pour cela, je vous demande deux choses :

—  D’abord de bien vouloir m’inclure dans vos intentions, ainsi que tous les amis de la TFP, la prochaine fois que vous direz votre chapelet.
— Ensuite, si vous le pouvez, de soutenir cette campagne par un don qui permettra de diffuser gratuitement le chapelet.

  Vous le savez, lorsque vous récitez votre chapelet vous prenez en main un moyen efficace de salut et d’obtention de grâces, pour vous et pour le monde. 

  Si vous le souhaitez, vous pouvez téléchargez le livret avec une petite méthode pratique et attirante pour méditer le rosaire, ou bien téléphonez ou écrivez pour demander les exemplaires que vous voulez pour les distribuer autour de vous. 

Prions la Vierge Marie avec le Chapelet - cover


cliquez ici pour télécharger

 

 Pour nous écrire :

Mentionnez le code  –

13863 / Prions la Vierge Marie avec le Chapelet

6 av. Chauvard – 92600 Asnières s/Seine
 
Par téléphoner :  0810 790 000     

Faire un don

 (Les livres sont distribués gratuitement)

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

]]>
http://tfp-france.org/19454/je-suis-notre-dame-du-rosaire/feed 0
« Jésus veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé » http://tfp-france.org/17778/jesus-veut-etablir-dans-le-monde-la-devotion-a-mon-coeur-immacule-2 http://tfp-france.org/17778/jesus-veut-etablir-dans-le-monde-la-devotion-a-mon-coeur-immacule-2#comments Mon, 14 Jul 2014 16:19:13 +0000 http://tfp-france.org/?p=17778   NDF Sœur Lucie, la dernière des trois voyants à qui la Sainte Vierge est apparue à Fatima, en 1917 est décédée le 13 février 2005. Elle allait avoir 98 ans. Alors que ses deux cousins, les bienheureux François et Jacinthe, sont allés au Ciel peu de temps après les apparitions, Lucie est restée à cause d’une mission que la Sainte Vierge a voulu lui confier.
   La richesse et l’actualité du message de Fatima sont loin d’être épuisées. Cependant, un grand nombre de catholiques les ignorent, se contentant de vagues idées reçues, véhiculées souvent par des médias peu catholiques. Vous trouverez ci-dessous le rappel d’un point essentiel du message de Marie : la dévotion à son Coeur Immaculé et la pratique de la communion réparatrice des cinq premiers samedis.

« Tu resteras là encore quelque temps »

   Lors de la première apparition, le 13 mai 1917, Lucie demande à la Sainte Vierge :

— « Et moi, est-ce que j’irai au Ciel aussi ? »
— « Oui, tu iras », lui répondit-Elle.
Lucie : — « Et Jacinthe ? »
Notre-Dame : — « Aussi ».
Lucie : — « Et François ? »
Notre-Dame  : — « Aussi, mais il doit dire beaucoup de chapelets ».

   Un mois plus tard, lors de la deuxième apparition, Lucie insiste sur sa demande d’aller au Ciel, mais la Sainte Vierge lui précise qu’elle devra encore rester « quelque temps » :

Lucie : — « Je voudrais Vous demander de nous emmener au Ciel. »

Notre-Dame : — « Oui, Jacinthe et François, Je les y amènerai bientôt. Mais toi, tu resteras là encore quelque temps. Jésus veut se servir de toi pour Me faire connaître et aimer. Il veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. À ceux qui l’embrasseront, Je promets le salut ; et ces âmes seront aimées de Dieu, comme des fleurs disposées par Moi pour orner son trône ».

Lucie  : — « Est-ce que je vais rester ici toute seule ? »

Notre-Dame : — « Non, ma fille. Souffres-tu beaucoup ? Ne te décourage pas. Jamais Je ne t’abandonnerai. Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu ».

Le Coeur Immaculé de Marie outragé par les péchés demande réparation

  Dès ce 13 juin 1917, la mission de Lucie est annoncée : faire connaître dans le monde entier la dévotion au Coeur Immaculé de Marie.

« Au moment où Elle disait ces dernières paroles – raconte sœur Lucie – Elle ouvrit les mains et nous communiqua pour la deuxième fois le reflet de cette lumière immense. En elle, nous nous vîmes comme immergés en Dieu. Jacinthe et François semblaient être dans la partie de cette lumière qui s’élevait vers le Ciel, et moi dans celle qui se répandait sur la terre. Devant la paume de la main droite de la Sainte Vierge, se trouvait un Cœur entouré d’épines qui semblaient y être enfoncées. Nous avons compris que c’était le Cœur Immaculé de Marie, outragé par les péchés de l’humanité, qui demandait réparation ».

   Le 13 juillet suivant, la Sainte Vierge montra l’Enfer aux trois enfants, âgés alors de sept, neuf et dix ans. Après cette terrible vision, Elle leur déclara :

— « Vous avez vu l’enfer, où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé ». Puis, sans expliquer davantage : « Je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis ».

« Toi tu vas rester ici-bas »

   Pendant la maladie qui précéda la mort de ses deux cousins, Lucie leur faisait de fréquentes visites. Ils s’entretenaient alors longuement des événements auxquels ils avaient été associés.

Hôpital ‘Dona Estefânia’ où Jacinthe est mort.

Hôpital ‘Dona Estefânia’ où Jacinthe est mort.

  Jacinthe lui rappelait qu’elle avait une mission :

— « Dans peu de temps, je m’en vais au Ciel. Toi, tu vas rester ici-bas afin de dire que Dieu veut établir dans le monde la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Le moment venu de le dire, ne te cache pas, dis à tout le monde que Dieu nous accorde les grâces par l’entremise du Cœur Immaculé de Marie. Qu’on les Lui demande à Elle, car le Cœur de Jésus veut qu’à Son côté soit vénéré le Cœur de Marie. Qu’on demande la paix au Cœur Immaculé de Marie, car Dieu la Lui a confiée. Si je pouvais mettre dans le cœur de tout le monde le feu que j’ai dans ma poitrine qui me brûle et me fait tant aimer le Cœur de Jésus et le Cœur de Marie ! »

« Je leur promets de les assister à l’heure de la mort »

   Ce n’est que quelques années plus tard que la Sainte Vierge va révéler à soeur Lucie la pratique de la communion réparatrice des cinq premiers samedis.

   Le 10 décembre 1925, la Très Sainte Vierge et, à côté d’Elle, l’Enfant Jésus sur une nuée lumineuse apparurent à sœur Lucie dans sa cellule à la maison Sainte-Dorothée de Pontevedra. Lui posant une main sur l’épaule, Elle lui montra dans l’autre un Cœur entouré d’épines. L’Enfant-Jésus, en le désignant, exhorta la voyante par ces paroles : « Aie pitié du Cœur de ta Très Sainte Mère, couvert d’épines que les hommes ingrats Lui enfoncent à chaque instant, sans qu’il n’y ait personne pour les en retirer par un acte de réparation. »

   La Sainte Vierge ajouta : « Vois, ma fille, mon Cœur couronné d’épines que les hommes ingrats m’enfoncent à chaque instant par des blasphèmes et des ingratitudes. Toi au moins, tâche de Me consoler, et dis à tous ceux qui, cinq mois de suite, chaque premier samedi, se confesseront et recevront la sainte Communion, diront un chapelet et Me tiendront compagnie pendant quinze minutes en méditant sur les quinze mystères du Rosaire dans un esprit de réparation à mon égard, que Je leur promets de les assister à l’heure de la mort avec toutes les grâces nécessaires au salut de leurs âmes ».

  Le 15 février 1926, l’Enfant Jésus apparaît de nouveau à sœur Lucie à Pontevedra, en lui demandant si elle a déjà propagé la dévotion à sa Très Sainte Mère. La voyante Lui fait part de difficultés présentées par son confesseur. Elle explique que sa supérieure est prête à la propager, mais que ce prêtre lui a dit que, seule, la Révérende Mère ne pourrait rien faire. Jésus répond : « Il est vrai que ta supérieure ne peut rien seule, mais avec ma grâce elle peut tout. »

   Sœur Lucie expose la difficulté qu’auront certaines personnes à se confesser le samedi et Lui demande que soit valide la confession dans les huit jours. Jésus répond : — « Oui, elle peut remonter à beaucoup plus encore, pourvu qu’en Me recevant on soit en état de grâce et qu’on ait l’intention de réparer les offenses faites au Cœur Immaculé de Marie. » Sœur Lucie soulève aussi l’hypothèse de quelqu’un qui oublierait de formuler l’intention au moment de se confesser, ce à quoi Notre Seigneur répond : — « On peut alors le faire à la confession suivante, en profitant de la première occasion venue de se confesser ».

Les cinq sortes d’offenses contre le Coeur Immaculé de Marie

Au cours d’une veille entre le 29 et le 30 mai 1930, Notre-Seigneur, parlant intérieurement à sœur Lucie, résoud une autre difficulté :

« La pratique de cette dévotion sera également acceptée le dimanche qui suit le premier samedi, lorsque mes Prêtres, pour de justes raisons, l’accorderont aux âmes. »

En cette même occasion, Notre- Seigneur communique à sœur Lucie la réponse à cette autre consultation :

« Pourquoi cinq samedis et non neuf, ou sept en l’honneur des douleurs de Notre-Dame ? »

« Ma fille, le motif est simple : il y a cinq sortes d’offenses et de blasphèmes proférés contre le Cœur Immaculé de Marie.o_l_fatima

« 1. Les blasphèmes contre l’Immaculée Conception ;

« 2. Contre sa virginité ;

« 3. Contre la maternité divine, refusant en même temps de La reconnaître comme Mère des hommes ;

« 4. Ceux qui cherchent publiquement à inculquer dans le cœur des enfants l’indifférence, le mépris et même la haine envers cette Mère Immaculée ;

« 5. Ceux qui L’outragent directement dans ses images sacrées ».

 

Extrait  :  « Fatima – Message de tragédie ou d’espérance ? »  (extraits). 

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

]]>
http://tfp-france.org/17778/jesus-veut-etablir-dans-le-monde-la-devotion-a-mon-coeur-immacule-2/feed 0
Notre-Dame de Fatima – Troisième apparition, le 13 juillet 1917 http://tfp-france.org/17692/notre-dame-de-fatima-troisieme-apparition-le-13-juillet-1917-2 http://tfp-france.org/17692/notre-dame-de-fatima-troisieme-apparition-le-13-juillet-1917-2#comments Fri, 11 Jul 2014 22:09:01 +0000 http://tfp-france.org/?p=17692    Au moment de la troisième apparition, un petit nuage cendré vint surmonter le chêne vert, le soleil se voila, une brise fraîche se mit à souffler sur la montagne, alors qu’on se trouvait au plus fort de l’été. M. Marto, le père de Jacinthe et François, dit avoir aussi entendu, selon ses propres termes, un bourdonnement semblable à celui de mouches dans une cruche vide.

  Les voyants virent le reflet de lumière habituel, puis, aussitôt après, sur l’arbrisseau, la SainteVierge.

 LUCIE : « Madame, que voulez-vous de moi ? »

NOTRE-DAME : « Je veux que vous veniez ici le 13 du mois prochain, que vous continuiez à réciter le chapelet tous les jours en l’honneur de Notre-Dame du Rosaire pour obtenir la paix dans le monde et la fin de la guerre, parce qu’Elle seule peut les garantir. »

LUCIE : « Je voudrais Vous demander de nous dire qui Vous êtes et de faire un miracle afin que tous croient que Vous nous apparaissez. »

NOTRE-DAME : « Continuez à venir tous les mois. En octobre, Je dirai qui Je suis, ce que Je veux, et Je ferai un miracle que tous pourront voir afin qu’ils croient. »

   Lucie présente alors une série de demandes de conversion, guérison et autres grâces. La Sainte Vierge y répond en recommandant toujours la pratique du chapelet, et qu’ainsi ils seraient exaucés dans le courant de l’année. Elle dit ensuite :

« Sacrifiez-vous pour les pécheurs et dites souvent, en particulier quand vous aurez fait quelque sacrifice : O Jésus, c’est pour l’amour de Vous, pour la conversion des pécheurs et en réparation pour les péchés commis contre le Cœur Immaculé de Marie. »

Première partie du secret : la vision de l’enfer

« En achevant ces paroles – raconte Sœur Lucie – Elle ouvrit les mains comme les deux mois précédents. Le reflet (de lumière qu’elles projetaient) sembla pénétrer la terre et nous vîmes comme un océan de feu. Plongés dans ce feu, les démons et les âmes, comme des braises transparentes et noires, ou bronzées, de forme humaine, flottaient dans l’incendie, entraînées par les flammes qui sortaient du dedans d’elles-mêmes avec des nuages de fumée, retombant de tous les côtés – à la manière des étincelles dans les grands incendies – sans pesanteur ni équilibre, au milieu de cris et de gémissements de douleur et de désespoir qui horrifiaient et faisaient tressaillir d’épouvante.

« Les démons se distinguaient par des formes horribles et répugnantes d’animaux effrayants et inconnus, mais transparents comme de noirs charbons en braise. »

   La vision ne dura qu’un instant, au cours duquel Lucie poussa un « ah ! » de frayeur. Elle a commenté que, s’il n’y avait eu la promesse de la Sainte Vierge de les emmener au Ciel, les voyants seraient morts sous le coup de l’épouvante.

Deuxième partie du secret : le châtiment et les moyens de l’éviter

  Remplis d’effroi, et comme pour appeler au secours, les voyants levèrent les yeux vers la Sainte Vierge, qui leur dit avec douceur et tristesse :

NOTRE-DAME : « Vous avez vu l’enfer, où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé.

« Si on fait ce que Je vais vous dire, beaucoup d’âmes seront sauvées et on aura la paix.

 « La guerre va finir, mais si l’on ne cesse pas d’offenser Dieu, il en commencera une autre sous le règne de Pie XI qui sera pire encore. Quand vous verrez une nuit illuminée par une lueur inconnue, sachez que c’est le grand signal que Dieu vous donne de ce qu’Il va punir le monde de ses crimes, au moyen de la guerre, de la faim et des persécutions contre l’Eglise et le Saint-Père.

« Pour l’empêcher, Je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis. Si l’on satisfait à mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix ; sinon, elle répandra ses erreurs à travers le monde, propageant les guerres et les persécutions contre l’Eglise ; les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, plusieurs nations seront anéanties.

« A la fin, mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père Me consacrera la Russie, qui se convertira, et il sera accordé au monde un certain temps de paix.

«Au Portugal, on conservera toujours le Dogme de la Foi.

« Cela ne le dites à personne. A François, oui, vous pouvez le dire. »

 

cet article continue…

 

Extrait  :  « Fatima – Message de tragédie ou d’espérance ? »  (extraits). 

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

Notre Dame de Fatima -- cover

]]>
http://tfp-france.org/17692/notre-dame-de-fatima-troisieme-apparition-le-13-juillet-1917-2/feed 0
13 mai : fête de Notre-Dame de Fatima http://tfp-france.org/16574/13-mai-fete-de-notre-dame-de-fatima http://tfp-france.org/16574/13-mai-fete-de-notre-dame-de-fatima#comments Mon, 12 May 2014 16:20:39 +0000 http://tfp-france.org/?p=16574    En 1917, lors de ses apparitions à Fatima, la Sainte Vierge a insisté plusieurs fois pour que l’on récite le chapelet.

   Elle est venue pour nous aider, pour apporter la solution à vos problèmes comme à ceux du monde. Alors, pourquoi ne pas satisfaire à sa demande ?

   Il vous suffit d’un quart d’heure par jour pour recevoir les grâces que la Sainte Vierge vous réserve. Mais Elle attend que vous les demandiez.

  Vous le verrez : prier la Vierge Marie par le chapelet n’apporte que des avantages. Et ne pas le faire équivaut à laisser de côté une grande solution. Soyez-en sûr, le chapelet est quelque chose qui peut changer profondément votre vie et celle de vos proches.M'ethode

   Même si vous ne priez plus depuis des années, ne vous inquiétez pas. Vous recevrez avec votre chapelet, dans une jolie boîte, un petit livre contenant des explications claires et faciles pour la récitation du chapelet, ainsi que la liste des quinze mystères, accompagnés d’une courte méditation et illustrés à chaque page d’une merveilleuse image.

Voyez quelques unes des quinze promesses faites par la Sainte Vierge:

– Je promets ma protection spéciale et les plus grandes grâces à tous ceux qui récitent leur chapelet.
– Tous ceux qui réciteront dévotement le chapelet, en méditant les saints mystères, ne tomberont jamais en disgrâce : s’ils sont pécheurs, ils ne seront pas damnés par une mort subite ; s’ils sont justes, ils persévéreront dans la grâce de Dieu. Ils seront tous dignes de la vie éternelle.
– Le chapelet est une armure puissante contre l’enfer ; il détruira le vice, éloignera le péché et ruinera l’hérésie.

 

   Vous aussi, vous pouvez à votre tour donner ce chapelet en cadeau à l’un de vos proches, c’est là un geste d’apostolat important que vous pouvez faire.  Si vous le pouvez, je vous demande de soutenir cette diffusion du chapelet par votre don, de la valeur de votre choix.

 cliquez ici pour télécharger – Prions la Vierge Marie avec le Chapelet

Pour commander un chapelet bénit et sa méthode illustrée.

Nous contacter  :

6 av. Chauvard – 92600 Asnières s/Seine
Par téléphoner : 01 45 55 61 88

Mentionnez le code  –
13863 / Prions la Vierge Marie avec le Chapelet
    

 

 

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

 

]]>
http://tfp-france.org/16574/13-mai-fete-de-notre-dame-de-fatima/feed 3
Octobri mense – Du Rosaire de la Vierge Marie http://tfp-france.org/12009/octobri-mense-encyclique-de-s-s-leon-xiii http://tfp-france.org/12009/octobri-mense-encyclique-de-s-s-leon-xiii#comments Mon, 21 Oct 2013 16:20:12 +0000 http://tfp-france.org/?p=12009 Encyclique de S.S. Léon XIII

[…]
Mais ces prières, par lesquelles nous supplions Dieu de protéger Son Église, en les unissant aux suffrages des Saints du Ciel, Dieu les accueille toujours avec la plus grande bonté et les exauce, aussi bien celle qui concernent les intérêts majeurs et immortels de l’Église que celles qui visent des intérêts moindres, propres à ce temps, mains néanmoins en harmonie avec les premiers.
Car, à ces prières s’ajoutent la puissance et l’efficacité assurément infinies des prières et des mérites de Notre-Seigneur Jésus-Christ, qui aime l’Église et qui S’est livré pour elle afin de la sanctifier… et de Se la présenter à Lui-même pleine de gloire (9), Lui qui en est le Pontife suprême, saint, innocent, toujours vivant pour intercéder pour nous, et dont la foi divine nous enseigne que la prière et les supplications sont incessantes.

     Quant aux intérêts extérieurs, à ceux qui ne regardent que cette vie, il est manifeste que l’Église a souvent à compter avec la malveillance et la puissance d’adversaires acharnés. Il lui faut s’affliger de les voir spolier ses biens, restreindre et opprimer sa liberté, attaquer et mépriser son autorité, lui infliger enfin toutes sortes de dommages et d’injures. Et si l’on se demande pourquoi leur méchanceté n’arrive point à ce degré d’injustice qu’elle se propose et qu’elle s’efforce d’atteindre: pourquoi, au contraire, l’Église, à travers tant d’événements divers, conservant sa même grandeur et sa même gloire, quoique sous des formes variées, s’élève toujours et ne cesse de progresser, il est légitime de chercher la cause principale de l’un et de l’autre fait dans la force de la prière de l’Église sur le cœur de Dieu; autrement, en effet, la raison humaine ne peut comprendre que la puissance de l’iniquité soit contenue dans des limites si étroites, tandis que l’Église, réduite à l’extrémité, triomphe néanmoins si magnifiquement. Et cela apparaît mieux encore dans ce genre de biens par lesquels l’Église conduit les hommes à la possession du bien suprême.

   Puisqu’elle est née pour cette fonction, elle doit pouvoir beaucoup par ses prières, afin que l’ordre de la Providence et de la miséricorde divines ait dans Ses enfants son accomplissement et sa perfection; et ainsi les hommes qui prient avec l’Église et par l’Église demandent et obtiennent, en définitive, ce que, avant tous les siècles, le Dieu tout-puissant a décidé de donner (10). Actuellement, l’esprit humain est impuissant à pénétrer la profondeur des desseins de la Providence; mais il viendra un jour où, dans Sa grande bonté, Dieu montrant à découvert les causes et les conséquences des événements, il apparaîtra clairement combien l’office de la prière aura eu de puissance à cet égard et que de choses utiles il aura obtenues.
On verra alors que c’est grâce à la prière qu’au milieu de la corruption si grande d’un monde dépravé, beaucoup se sont gardés intacts et se sont préservés de toute souillure de la chair et de l’esprit, accomplissant leur sanctification dans la croyance de Dieu (11); que d’autres, au moment où ils allaient se laisser entraîner au mal, se sont soudain retenus et ont puisé dans le danger et dans la tentation même d’heureux accroissements de vertu; que d’autres enfin, qui avaient succombé, ont senti dans leur âme une certaine sollicitation à se relever et à se jeter dans le sein du Dieu de miséricorde.
 

[…]
   C’est pourquoi Nous supplions avec les plus vives instances tous les chrétiens de peser ces pensées dans leur conscience, de ne pas céder aux supercheries de l’antique ennemi, de ne se laisser détourner sous aucun prétexte du goût de la prière, mais d’y persévérer au contraire et d’y persévérer sans interruption.
Que leur premier soin soit de demander le bien suprême, c’est-à-dire le salut éternel de tous, et la conservation de l’Église; puis il est permis de solliciter de Dieu les autres biens, pour l’utilité et la commodité de la vie, pourvu qu’on le fasse en se soumettant à Sa Volonté souverainement juste, et que, soit qu’Il accorde, soit qu’Il refuse ce qu’on désire, on Lui rende grâces comme à un Père infiniment bienfaisant.

   Enfin, que ces demandes soient adressées à Dieu avec la religion et la haute piété qui conviennent et qui sont nécessaires, à grands cris et avec larmes (12), comme les Saints ont eu coutume de le faire et comme en a Lui-même donné l’exemple notre Très Saint Rédempteur et Maître.
Puissions-Nous, Vénérables Frères, grâce à Votre amour particulier et éminent pour la Très Sainte Mère de Dieu, grâce aussi à Votre affection à Votre sollicitude remarquables pour le peuple chrétien, Nous promettre avec Votre concours les meilleurs résultats de Nos admonitions et de Nos exhortations! 

  Nous brûlons de recueillir dès maintenant les fruits si agréables et si abondants que la piété des catholiques pour Marie a maintes fois produits dans Ses manifestations éclatantes.

  Qu’à Votre appel donc, à Vos exhortations et sous Votre conduite, les fidèles, surtout en ce mois qui approche accourent et s’assemblent autour des autels solennellement ornés de l’auguste Reine et de la Mère de bonté; qu’ils Lui tressent et Lui offrent filialement des guirlandes mystiques, suivant le rite si répandu du Rosaire.

 (…) 

Donné à Rome, près Saint-Pierre, le 22 septembre de l’année 1891,                                                                                                                la quatorzième année de Notre Pontificat.


       LÉON XIII, Pape

 

(9) Éphés. V, 25, 27.
(10) S. Th. II 11, q. LXXXIII, a. 2, ex S. Greg. M.
(11) II Corinth., VII, 1.
(12) Hébr., V, 7.

S’ABONNER À TFP-FRANCE : Abonnez-vous à tfp-france.org par Email

]]>
http://tfp-france.org/12009/octobri-mense-encyclique-de-s-s-leon-xiii/feed 0