fbpx
Menu Fermer

L’angoisse de notre société face à la mort

INTERDIRE LE CULTE CATHOLIQUE EST UNE OFFENSE AUX CHRÉTIENS ! Réagissez immédiatement en signant le blâme adressé au Premier ministre. Cliquez ici.

« la mortalité extraordinaire, avec tout ce qu’elle implique d’incertitude et de possibilité pour chacun d’avoir à quitter ce monde inopinément, a disparu. 

Paris, le 14 avril 2020 (TFP France) Guillaume Cuchet, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Est Créteil et auteur de l’ouvrage Comment notre monde a cessé d’être chrétien. Anatomie d’un effondrement a publié une excellente tribune dans Le Figaro, dont nous vous partageons quelques extraits.

Le professeur cherche à cerner les raisons de « la réaction actuelle face à la pandémie de coronavirus », pourquoi une telle angoisse de la société face à la mort « imprévue ».

Il explique d’abord que dans notre société actuelle, pour ce qui est de la « mortalité ordinaire », « nos contemporains considèrent désormais qu’ils ont une sorte de droit à vivre jusqu’à 80 ans, barre en deçà de laquelle tous les décès leur paraissent plus ou moins prématurés. Il en résulte, avant 65 ans, une sécurité psychologique extraordinaire, inconnue des âges antérieurs, (…). »

« La pandémie, en un sens, les surprend dans l’événement en cours et menace d’en accélérer les opérations.»

En ce qui concerne la « mortalité extraordinaire », l’historien rappelle que toutes les grandes catastrophes appartiennent à un passé relativement lointain pour nos mémoires, il énumère ainsi les pestes, famines et guerres au Moyen Âge, qui « se produisaient localement tous les quinze ou vingt ans » ; la « dernière famine européenne date de 1846, la dernière épidémie vraiment meurtrière (la grippe espagnole) de 1918-1919, la dernière guerre vraiment sanglante de 1939-1945. »

Ainsi, en déduit Guillaume Cuchet, « la mortalité extraordinaire, avec tout ce qu’elle implique d’incertitude et de possibilité pour chacun d’avoir à quitter ce monde inopinément, a disparu. Et c’est bien la raison pour laquelle nous avons pu désinstaller collectivement l’ancienne culture civile et religieuse de la mort qui permettait, bon an mal an, de résister à ce véritable tabassage psycho-anthropologique. » La mort est devenue taboue.

« Alors que dans l’ancien monde, explique-t-il, le problème majeur était de faire face à l’imprévisibilité de la mort, le nôtre serait plutôt inverse: c’est sa trop grande prévisibilité qui tend à devenir anxiogène. (…) Un profil de vie en cloche, longtemps très théorique, se généralise et impose comme une nouvelle norme des existences qui se prolongent jusqu’à 80 ou 90 ans, avant de s’éteindre paisiblement dans une forêt de tubes bienfaisants (d’où, au moins en théorie, le principe de la réanimation pour tous). »

Cliquez sur : Les catholiques resteront interdits de culte public 

« On comprend mieux dans ces conditions le sens de la réaction actuelle face à la pandémie de coronavirus, (…) Elle correspond au retour d’une forme de mortalité extraordinaire, en réalité très limitée (…), puisque la maladie tue peu par rapport à ses grandes devancières et qu’elle respecte largement l’ordre des générations face à la mort », fait remarquer si justement le professeur.

« L’écart entre la minceur de l’événement sur le plan démographique (…) et l’ampleur de ses conséquences, sanitaires, sociales, écologiques, économiques, psychologiques, est frappant. Il s’explique, semble-t-il, par le fait que nous en avons perdu l’habitude et que nous avons développé à son endroit une forme d’hypersensibilité, mais aussi parce que la pandémie prend à rebours nos nouvelles normes funéraires et la conception idéale de l’existence qui va avec », conclut-il.


Permettez-nous de propager ces nouvelles

auprès de milliers de Français

Permettez-nous de propager ces nouvelles  auprès de milliers de Français

Votre don permettra de diffuser la vérité, détruire les mensonges et soutenir notre l'héritage chrétien.

Votre don permettra de diffuser la vérité, détruire les mensonges et soutenir notre l'héritage chrétien.

Posted in Point de vue

Recommandés pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.