Menu Fermer

Deuxième jour de campagne pour la restauration de Notre Dame à l’identique.

Après avoir distribué plus de 10 000 tracts à Paris dans la journée du jeudi 2 mai, les bénévoles de la TFP ont continué la campagne de signatures pour la restauration de Notre-Dame à l’identique.

Vendredi 3 mai au matin : au programme, distribution de tracts à la sortie de la gare Saint-Lazare (la deuxième plus fréquentée de France). L’accueil du public a été chaleureux. La grande majorité des Français soutenait la campagne et était sensible aux arguments donnés. Le contact avec le public a permis de découvrir l’attachement des Français et des étrangers à la reconstruction à l’identique de Notre-Dame et le rejet aux projets farfelus qui veulent défigurer la Cathédrale de Paris.

L’après-midi nous réservait des surprises et des moments forts. L’endroit choisit pour la campagne : quai de Montebello x Petit Pont, près de la cathédrale Notre-Dame de Paris !

En arrivant à l’endroit fixé, les participants de la campagne ont eu une douleur dans le cœur : voir La Cathédrale défigurée, sans la flèche, sans le toit, avec les tâches des flames sur la pierre et, maintenant, sans les vitraux… quelle indescriptible douleur !!! L’ambiance qui régnait aux alentours était grave, même solennelle.

Pour commencer la campagne de l’après-midi, les prières d’habitude, 3 fois le « Je vous salue Marie », et la proclamation à haute voix : « Pour Notre-Dame et pour la France : Tradition, Famille, Propriété (3 fois), France (3 fois).

Dans ce lieu touristique, la variété de langues était extraordinaire : une famille des Pays-Bas, un couple espagnol, des copains brésiliens, des amis italiens, des étudiants norvégiens, un groupe de chinois, et la liste pourrait augmenter…

Au milieu de cette Babel, plusieurs Français venus du sud, de Lyon, de Strasbourg, de Bordeaux, de Lille, etc., s’arrêtaient pour donner leur avis sur la reconstruction de Notre-Dame. Il y avait également ceux qui habitent le Quartier latin et qui ont vécu de près ce lundi de carême, 15 avril 2019. Nombreux ont été les mots de soutien à notre combat !

Mais, tout n’a pas été facile ce vendredi 3 mai : la pluie est venue nous prouver ! Et elle était forte !

À la fin, un moment sublime : aux berges de la seine, devant ce monument qui est resté de pied malgré tout et malgré tous, encore beau, mais blessé comme un croisé qui rentre du champ de bataille, nous avons pu l’admirer de très près et prier pour la France.

Ce moment fort a ravivé notre foi, notre confiance et notre résolution de lutter. Oui, lutter pour la restauration de la cathédrale Notre-Dame à l’identique, mais lutter également pour la restauration de la Civilisation chrétienne.

Recommandés pour vous