fbpx
Menu Fermer

La vertu chrétienne, l’essence de la noblesse

A notre époque, le noble doit être avant tout un homme chez qui brillent les qualités de l'âme. La vertu chrétienne, l'idéal chrétien font partie de l'essence même de la noblesse.

«Elevez votre regard et fixez-le sur l’idéal chrétien. Tous ces bouleversements, évolutions ou révolutions le laissent intact, et ne peuvent rien contre ce qui est l'essence même de l'authentique noblesse, celle qui aspire à la perfection chrétienne telle que le Rédempteur l'a énoncée dans le Sermon sur la Montagne. Fidélité inconditionnelle à la doctrine catholique, au Christ et à son Eglise; capacité et volonté d'être aussi, pour les autres, modèles et guides [...] Donnez au monde, même au monde des croyants et des catholiques pratiquants, l'exemple d'une vie conjugale irrépréhensible, l'édification d'un foyer vraiment exemplaire (1).»

Aussitôt après, Pie XII encourage la noblesse à une sainte intransigeance:

«Opposez une digue dans vos demeures, dans votre entourage, à toute infiltration des principes de perdition, des condescendances ou tolérances pernicieuses qui pourraient contaminer ou ternir la pureté du mariage et de la famille. Voilà certainement une entreprise insigne et sainte, bien apte à enflammer le zèle de la noblesse romaine et chrétienne de notre temps (2).»

Qualités d'âme du noble actuel.

Pour vaincre les très sérieux obstacles qui s'opposent au parfait accomplissement de son devoir, un membre de la noblesse ou des élites traditionnelles doit être un homme de valeur. C'est ce qu'attend de lui le Vicaire de Jésus-Christ:

«C'est pourquoi nous attendons d'abord de vous une force d'âme que les plus dures épreuves ne pourront abattre; une force d'âme qui fasse de vous non seulement de parfaits soldats du Christ mais aussi, pour ainsi dire, les éducateurs et les soutiens de ceux qui seraient tentés de douter ou de céder.

«Ce que nous attendons de vous, ensuite, c'est une promptitude dans l'action que la perspective d'un sacrifice — quel qu’il soit, exigé aujourd'hui par le bien commun —n’épouvante ni ne décourage; une promptitude et une ferveur qui, vous rendant allègres dans l'accomplissement de tous vos devoirs de catholiques et de citoyens, vous empêchent de tomber dans un "abstentionnisme" apathique et inerte qui serait gravement coupable à une époque où sont en jeu les intérêts les plus vitaux de la religion et de la patrie.

«Ce que nous attendons de vous, enfin, c’est une généreuse adhésion — non du bout des lèvres ou de pure forme, mais jaillie du fond du coeur et transformée sans réserve en acte — au précepte fondamental de la doctrine et de la vie chrétienne, précepte de fraternité et de justice sociale, dont l'observance ne pourra manquer de vous assurer la véritable félicité spirituelle et temporelle.

«Puissent cette force d’âme, cette ferveur, cet esprit fraternel guider chacun de vos pas, et conforter votre marche au cours de cette nouvelle année qui s'annonce si incertaine et qui semble presque vous conduire à travers un tunnel obscur (3).»

Le Pape développe encore davantage ces concepts dans son allocution de 1949:

«Force d'âme: tout le monde en a besoin, spécialement de nos jours, pour supporter courageusement les souffrances, surmonter victorieusement les difficultés de la vie et remplir avec constance son propre devoir. Qui n'a pas à souffrir? Qui n'a pas à peiner? Qui n'a pas à lutter? Celui-là seul qui se rend et fuit. Mais vous avez, moins que les autres, le droit de vous rendre et de fuir. Aujourd'hui, les souffrances, les difficultés et les nécessités sont habituellement communes à toutes les classes, à toutes les conditions, à toutes les familles, à toutes les personnes. Et si certains en sont exempts, nagent dans l'abondance et les jouissances, cela devrait les pousser à prendre sur eux les privations et les difficultés d'autrui. Qui pourrait trouver contentement et repos, qui ne se sentirait au contraire gêné de vivre dans l'oisiveté et la frivolité, le luxe et le plaisir, au milieu de tribulations quasi générales?

«Promptitude dans l’action: dans la grande solidarité personnelle et sociale, chacun doit être prêt à travailler, à se sacrifier et se consacrer au bien de tous. La différence ne réside pas dans le fait de l’obligation, mais dans la façon de la satisfaire. N’est-il pas vrai alors que ceux qui disposent le plus de temps et de moyens doivent être les plus assidus et les plus empressés à servir? En parlant de moyens, Nous n’entendons pas seulement ni principalement les richesses, mais aussi tous les dons de l’intelligence, culture, éducation, connaissance, autorité, dons qui ne sont pas accordés à certains privilégiés du sort pour leur avantage exclusif ou pour créer une irrémédiable inégalité entre frères, mais pour le bien de toute la communauté sociale. Pour tout ce qui a trait au service du prochain, de la société, de l'Eglise, de Dieu, vous devez toujours être les premiers. En cela consiste votre véritable point d’honneur, en cela se trouve votre plus noble préséance.

«Généreuse adhésion aux préceptes de la doctrine et de la vie chrétienne: ceux-ci sont les mêmes pour tous, car il n'y a pas deux vérités ni deux lois; riches et pauvres, grands et petits, éminents ou humbles sont également tenus à soumettre leur intelligence au même dogme par la foi, et leur volonté à la même morale par l'obéissance. Car le juste jugement de Dieu sera beaucoup plus sévère envers ceux qui ont reçu davantage, qui sont mieux en mesure de connaître l’unique doctrine et de la mettre en pratique dans la vie quotidienne; envers ceux dont l'exemple et l'autorité peuvent plus facilement diriger les autres sur la voie de la justice et du salut, ou les perdre sur les funestes sentiers de l'incrédulité et du péché (4).»

Ces derniers mots montrent que le Pape n'admet de noblesse ou d'élite traditionnelle que dans la mesure où celles-ci accomplissent avec abnégation une mission d'apostolat. La noblesse qui vit pour le lucre et non pour la foi, sans idéal, embourgeoisée (dans le sens péjoratif parfois attribué à ce terme) est un cadavre de noblesse (5).

Le caractère chevaleresque de l'aristocratie.

La possession effective et durable de ces vertus et de ces qualités d'âme amène naturellement le noble à posséder des manières chevaleresques et supérieurement distinguées. Mais, doté de telles qualités et de telles manières, ne peut-il constituer un élément de division entre les classes sociales? Non. A condition d'être bien compris, l'esprit chevaleresque de l'aristocratie, loin de constituer un facteur de division, se révèle en fait un élément d'union qui imprègne d'aménité les relations entre le noble et les membres des autres classes sociales qu'il rencontre de par sa profession ou ses activités.

Cet esprit chevaleresque maintient une distinction entre les classes «sans confusion ni désordre (6),» c'est-à-dire sans nivellement égalitaire, et rend au contraire leurs relations amicales.


Source : Noblesse et élites traditionnelles analogues dans les allocutions de Pie XII au Patriciat et à la Noblesse romaine

Les textes originaux de toutes les allocutions citées dans cet ouvrage se trouvent dans les collections de documents publiés par le Vatican pour les papes respectifs. Des traductions des allocutions de Pie XII sont fournies dans la troisième partie de Noblesse et élites traditionnelles analogues dans les allocations de Pie XII, Plinio Corrêa de Oliveira, Hamilton Press (octobre 1993). Les références en bas de page aux allocations ont été raccourcies en «RPN», suivies de l'année de l'allocation et des pages sur lesquelles elles peuvent être trouvées dans les documents collectés ou, sauf indication contraire, dans la Partie III de Noblesse et analogie traditionnelle. Élites.

Photo :

Fichier réservé TFP France

Footnotes :

(1) PNR 1952; (2) PNR 1952; (3) PNR 1948.

(4) PNR 1949.

(5) Ad Patres Cardinales et Curiae Pontificalisque Domus Prelatos, imminente Nativitate Domini coram admissos, 21-12-84, Acta Apostolicae Sedis, Typis Polyglottis Vaticanis, 1985, vol. LXXVII, n° 5, p. 511.

(6) PNR 1945.?

Permettez-nous de propager ces nouvelles

auprès de milliers de Français

Permettez-nous de propager ces nouvelles  auprès de milliers de Français

Votre don permettra de diffuser la vérité, détruire les mensonges et soutenir notre l'héritage chrétien.

Votre don permettra de diffuser la vérité, détruire les mensonges et soutenir notre l'héritage chrétien.

Posted in Principes de Révolution et Contre-Révolution

Recommandés pour vous

1 Comment

  1. LALOUETTE

    Bonjour,

    En ces temps vraiment troubles, je tenais à remercier la TFP pour son initiative éditoriale de “Révolution et Contre-Révolution” un livre passionnant que j’ai lu avec ferveur et qui m’ a donné beaucoup de réponses à notre temps. Ce livre et ce qu’il contient est d’une richesse et d’une actualité étonnante ! Véritable uppercut, ce livre amène le lecteur à se plonger en son âme pour vraiment savoir, comprendre et même changer son cœur pour retrouver la voie à suivre dans ce monde en grande partie agonisant. Ce livre est à destiné pour tout ceux qui s’interrogent quant à des thèses dites “complotiste” où “hors de propos”
    A lire absolument et relire après dans l’avenir pour constater les évolutions générales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.