fbpx
Menu Fermer

Pourquoi tant de gens intelligents utilisent-ils des téléphones stupides ?

Où que vous alliez, les gens utilisent leurs «smartphones». Dans les aéroports, les restaurants ou dans la rue, les gens sont collés à leurs appareils de manière quasi permanente, obsédés par l'idée qu'ils ne peuvent exister sans être connectés au cyber-monde. Ainsi, ils textent (envoie des textos) et tweetent, envoient des courriels et consultent Google, « suivent » et mettent « j’aime », dans un effort d’être constamment présents en ligne. Cela fait maintenant partie d'une existence «normale» dans le monde postmoderne d'aujourd'hui.

Cependant, tout le monde n'est pas connecté. Un nombre croissant de d’opposants aux smartphones négocient leur passeport au monde numérique. Ils achètent des téléphones stupides qui ne font en réalité que ce qu'ils faisaient auparavant: prendre et passer des appels.

Ces rebelles ne sont ni des luddites postmodernes ni des personnes aux prises avec des problèmes de technologie. Ce sont des gens intelligents qui utilisent des téléphones stupides. Ils voient dans leur décision de se déconnecter comme une expérience libératrice leur permettant de vivre leur vie sans la médiation d'appareils électroniques.

Les téléphones stupides constituent une petite mais robuste partie du marché de la téléphonie. En achetant des écouteurs bon marché à 30 $, les propriétaires peuvent rejoindre le 1% qui compose ce groupe d'élite. En fait, beaucoup de « refuzniks » de smartphones sont des professionnels, certains viennent même de la Silicon Valley où ils aident à concevoir les smartphones et les applications concernées. Les cadres peuvent facilement répondre aux annonces pour le simple téléphone à clapet Jitterbug dans le Wall Street Journal.

Les 1 % donnent de nombreuses raisons pour leur libre choix. Ces téléphones durables n'ont jamais besoin d'être mis à niveau vers un modèle ultérieur et supérieur. Leur batterie a une autonomie de plusieurs semaines (jusqu’à 38 jours) et ils ne nécessitent d’aucun forfait de données onéreux. Ils peuvent être donnés à des enfants ou à des personnes âgées et leur permettent de téléphoner en cas d'urgence ou de nécessité sans investissement majeur.

Il n’y a pas de besoin constant de vérifier les courriels, les mises à jour de statut ou les notifications. C'est juste un téléphone. Les bases simples suscitent un énorme soulagement de ne pas avoir à réagir et à être distrait à tout moment.

Il y a d'autres raisons plus impérieuses de débrancher (d’arrêter) qui vont au-delà de la simple commodité personnelle. Les sociologues et autres spécialistes s'inquiètent des conséquences de l'utilisation chronique du smartphone sur les esprits et les relations.

Lire aussi :

Dans son excellent livre, Deep Work, l'auteur Cal Newport affirme que les smartphones et autres appareils habituent le cerveau à être constamment distrait. L'utilisateur vit dans un état d'attention divisée et ne peut pas se concentrer sur l'exécution d'un travail réel. Il constate que les appareils altèrent la capacité de penser et de travailler de manière profonde d'une personne.

Les smartphones sont censés être d'excellents connecteurs pour le monde, mais ce sont eux-mêmes des dispositifs qui empêchent une connexion profonde avec les autres. Le recours à la messagerie textuelle constante, par exemple, enlève les expressions faciales, le ton et l'inflexion de la voix qui aident à nouer des relations et à nuancer. La simple présence d'un smartphone dans une conversation est une invitation à prêter moins d'attention car cela peut entraîner de fréquentes interruptions.

Quelqu'un pourrait dire que de telles raisons n’ont vraiment pas de quoi faire perdre le sommeil. En réalité, les smartphones sont également la cause de la perte de sommeil. Beaucoup de gens (44% des 18-24 ans) s'endorment avec leur smartphone à la main. Lorsque les notifications retentissent, les personnes interrompent leurs habitudes de sommeil en y répondant. La lumière de l'écran interrompt également les rythmes circadiens qui aident les gens à bien dormir. En outre, la première chose qu’ils font à leur réveil est de vérifier leur téléphone.

Enfin, il y a le temps que les gens passent collé à leurs engins. Beaucoup passent en moyenne huit heures par jour sur tous leurs appareils. Ils vérifient constamment leurs courriels, leurs tweets et leurs messages des centaines de fois par jour. Ils perdent conscience de ce qui se passe autour d'eux, négligent les affections familiales et vivent facilement en dehors de la réalité.

Avec autant de raisons que pour  cesser de fumer, n’est-il pas étonnant que beaucoup aient rejoint le 1% qui a déclaré son indépendance numérique? Beaucoup d'entre eux vont jusqu'au bout et achètent des téléphones stupides. D'autres utilisent leurs téléphones intelligents. D'autres encore utilisent des applications pour contrôler l'utilisation de leur smartphone. Tout cela fait partie d'une réaction contre un problème très réel, beaucoup plus profond.

L'abus des smartphones est le produit d'une société frénétique et déséquilibrée. Ce n'est pas seulement le téléphone, mais ce qu'on pourrait appeler une intempérance frénétique, où tout le monde doit tout avoir instantanément et sans effort. Le moment est venu de retourner à des choses comme la famille, la communauté et la foi, ces choses permanentes qui comptent vraiment et qui ne devraient pas être interrompues.

Il est vraiment temps de revenir à l'ordre. Peut-être que la première étape consiste à empêcher les smartphones de rendre les gens stupides.


Posted in Principes de Révolution et Contre-Révolution

Recommandés pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.