fbpx
Menu Fermer

Comment la noblesse doit exercer sa mission dirigeante

Dans l'exercice de cette mission de direction, la noblesse devra tenir compte de ce que la pluralité des fonctions dirigeantes est, par nature, très vaste :

«Dans une société qui a progressé comme la nôtre, qui devra être restaurée, réordonnée après le grand cataclysme, les fonctions de dirigeant sont assez diverses: dirigeant, l'homme d’Etat, de gouvernement, l'homme politique; dirigeant, l'ouvrier qui sans recourir à la violence, aux menaces, à la propagande insidieuse, mais par sa propre valeur, a su conquérir autorité et estime autour de lui; dirigeants, chacun dans son domaine, l'ingénieur et le juriste, le diplomate et l'économiste, sans lesquels le monde matériel, social, international irait à la dérive; dirigeants, le professeur universitaire, l’orateur, l'écrivain qui ont comme but de former et de guider les esprits; dirigeant, l'officier qui inculque à ses soldats le sens du devoir, du service, du sacrifice; dirigeant, le médecin dans l'exercice de sa mission salutaire; dirigeant, le prêtre qui montre aux âmes le chemin de la lumière et du salut et qui leur prodigue ses bons offices pour y marcher et avancer d'un pas sûr (9).»

La noblesse et les élites traditionnelles ont pour fonction de participer à cette direction, non dans un secteur unique mais dans tout secteur approprié, avec un esprit traditionnel ainsi que spécifique, et en y excellant :

«Quelle est, dans cette multitude de directions, votre place, votre fonction, votre devoir? Il se présente sous un double aspect: fonction et devoir personnels pour chacun de vous, fonction et devoir de la classe à laquelle vous appartenez.

«Le devoir personnel exige que, par votre vertu et par votre application, vous vous efforciez de devenir des dirigeants dans votre profession. Nous savons bien que la jeunesse actuelle de votre noble classe, consciente du présent obscur et d'un avenir encore plus incertain, est entièrement persuadée que le travail est non seulement un devoir social mais aussi une garantie individuelle de la vie. Et Nous prenons le mot "profession" dans le sens le plus large et le plus riche, comme Nous l’avions déjà exposé l'an dernier; professions techniques ou libérales mais aussi activités politiques, sociales, occupations intellectuelles, oeuvres de tout genre, administration avisée, vigilante, laborieuse de vos patrimoines, de vos terres selon les méthodes les plus modernes et les plus expérimentées en culture, pour le bien matériel, moral, social, spirituel des colons et des populations qui vivent sur ces terres. A chacune de ces conditions vous devez apporter tout le soin nécessaire afin de réussir comme dirigeants, soit à cause de la confiance qu'ont en vous ceux qui sont restés fidèles aux traditions saines et vivantes, soit à cause de la méfiance de beaucoup d'autres, méfiance que vous devez vaincre, en gagnant leur estime et leur respect à force d'exceller en tout dans la position où vous vous trouvez, dans l’activité que vous exercez, quelle que soit la nature de cette position ou la forme de cette activité (10).»

Plus précisément, le noble doit communiquer à tout ce qu'il fait les qualités humaines exceptionnelles que sa tradition lui offre:

«En quoi doit consister, par conséquent, votre excellence de vie et d’action, et quelles sont ses principales caractéristiques?

«Elle se manifeste avant tout dans la qualité exceptionnelle de votre oeuvre, qu'elle soit technique, scientifique, artistique ou autre. Le produit de vos mains et de votre esprit doit avoir cette empreinte de raffinement et de perfection qui ne s’acquiert pas du jour au lendemain, mais qui reflète la finesse de la pensée, du sentiment, de l'âme, de la conscience héritée de vos ancêtres et aiguillonnée sans cesse par l'idéal chrétien.

«De plus, elle apparaît dans ce qui peut être appelé l’humanisme, c'est-à-dire la présence, l'intervention de l'homme accompli dans toutes les manifestations de son activité même spécialisée, de manière que la spécialisation de sa compétence ne devienne jamais une hypertrophie, qu’elle n’étouffe jamais ni ne voile la culture générale comme, dans un mouvement musical, la voix dominante ne doit jamais rompre l'harmonie ni écraser la mélodie.

«Elle se montre également dans la dignité de tout le comportement et de toute la conduite, dignité qui cependant, n'est pas impérieuse et qui, loin de souligner la distance, n'apparaît, au besoin, que pour inspirer aux autres une plus haute noblesse d'âme, d'esprit et de coeur.

«Finalement, elle apparaît surtout dans le sens de moralité élevée, de rectitude, d'honnêteté, de probité qui doivent modeler chaque parole et chaque acte (11).»

Mais tout ce raffinement aristocratique, si admirable en lui-même, serait inutile et même nuisible s'il ne se basait sur un profond sens moral:

«Une société immorale ou amorale qui ne ressent plus dans sa conscience et qui ne montre plus dans ses actions la distinction entre le bien et le mal, qui n'est plus horrifiée à la vue de la corruption, qui l'excuse, s'y adapte avec indifférence, l'accueille avec faveur, et la pratique sans troubles ni remords, l’exhibe sans rougir, s'y dégrade et raille la vertu, court à sa perte. [...]
«Toute autre est la véritable aristocratie: elle fait resplendir dans les relations, sociales une humilité pleine de grandeur, une charité ignorant tout égoïsme, toute recherche de l’intérêt personnel. Nous n’ignorons point avec quelle bonté, douceur, dévouement, abnégation, beaucoup d'entre vous, et spécialement beaucoup de dames, dans ces temps de misères et d’angoisses infinies, se sont penchés sur les malheureux, ont su faire rayonner autour d’eux, dans toutes les formes les plus avancées et les plus efficaces, la lumière de leur charitable amour. Et ceci est l'autre aspect de votre mission (12).»



Humilité pleine de grandeur... admirable expression, opposée tant au snobisme futile de la jet set qu'à la vulgarité des manières, du genre de vie, de la façon d'être, dits «démocratiques» et «modernes», actuellement en usage !


Source : Noblesse et élites traditionnelles analogues dans les allocutions de Pie XII au Patriciat et à la Noblesse romaine

Les textes originaux de toutes les allocutions citées dans cet ouvrage se trouvent dans les collections de documents publiés par le Vatican pour les papes respectifs. Des traductions des allocutions de Pie XII sont fournies dans la troisième partie de Noblesse et élites traditionnelles analogues dans les allocations de Pie XII, Plinio Corrêa de Oliveira, Hamilton Press (octobre 1993). Les références en bas de page aux allocations ont été raccourcies en «RPN», suivies de l'année de l'allocation et des pages sur lesquelles elles peuvent être trouvées dans les documents collectés ou, sauf indication contraire, dans la Partie III de Noblesse et analogie traditionnelles Élites.

Photo : Le Grand Condé à la bataille de Rocroy le 19 mai 1643 – François Joseph Heim, 1865
(Château de Versailles / photo : Bridgeman Images)

Ambiances,coutumes et civilisations :

Louis de Bourbon, duc d’Enghien, futur Grand Condé, alors âgé de vingt et un ans, remporte la victoire sur les Espagnols de l’armée des Flandres à Rocroy le 19 mai 1643, cinq jours après la mort de Louis XIII. Ce tableau se trouve dans la Galerie des Batailles à Versailles. On y voit Don Franscisco de Melo, capitaine général des troupes qui assiégeaient la ville, capituler devant le vainqueur en lui présentant son épée par la garde. D’un geste magnanime, le duc fait cesser les hostilités et accordent aux survivants de se rendre avec tous les honneurs, en reconnaissance de leur bravoure.

C’est par une manœuvre de génie de la cavalerie française que le Grand Condé put vaincre les terribles tercios et leur formation en carrés massifs hérissés de lances, « semblables à autant de tours » comme le dira Bossuet. Rocroy est un tournant dans la guerre de Trente Ans, on y voit l’avènement de la « guerre en dentelle », la cavalerie prend l’ascendant sur le fantassin pour un siècle, jusqu’à la bataille de Fontenoy en 1745 où la puissance de feu sera devenue décisive.

Footnotes :

(1)  PNR 1945

(2) PNR 1945

(3) PNR 1945.

(4) PNR 1945.

Permettez-nous de propager ces nouvelles

auprès de milliers de Français

Permettez-nous de propager ces nouvelles  auprès de milliers de Français

Votre don permettra de diffuser la vérité, détruire les mensonges et soutenir notre l'héritage chrétien.

Votre don permettra de diffuser la vérité, détruire les mensonges et soutenir notre l'héritage chrétien.

Posted in Accueil, Principes de Révolution et Contre-Révolution

Recommandés pour vous

3 Comments

  1. Martín de Goñi

    La Révolution crée l’impression que la Noblesse est chose du passé. Le noble courage de M. Plinio Corrêa de Oliveira -ainsi comme le Grand Condé j e t t a son bâton de Général au milieu de la mêlée- lançant ce livre, nous a démontré que Noblesse e t Aristocratie sont indispensables en tous les Temps.

  2. Isabelle Rk de K.

    Pleinement en phase, et plus que jamais convaincue de l’indispensable sang et de l’âme, de la Lumière et de la Foi que ceux ayant reçu le germe et la transmission d’un patrimoine de moins en moins matériel, mais de plus en plus moral, intellectuel et spirituel, sous la royauté du Christ, de Notre-Dame et de saint Joseph (ne l’oublions pas car il est roi indissociable de la souveraineté de Marie et “ombre” du Père sur terre), exigeant le devoir de transmettre, d’éduquer, d’initier à l’émerveillement et à la louange divine en tout ce qui est bon et beau , en toute la Création.

    Comment s’engager concrètement, avec peu de moyen et entré dans l’âge de “vie et de liesse” (vieillesse active et combattante!)

  3. Lorang

    Je suis issu par ma maman de la noblesse remontant à Charlemagne et même au-delà, Clovis et même Alexandre le Grand et sur 131 génénations aux pharaons Ramses II (-1279-1213), Sethos (-1294-1273), Ramses I (-1295-1294) issus de Sethi, général des armées de Amenophis IV/Akhénaton, qui fut le premier pharaon a avoir introduit le culte du Dieu unique.

    Etant sans aucune descendance à 53 ans, étant le dernier descendant masculin de ma famille depuis au moins 7 générations ou plus de 200 ans (je suis généalogiste depuis 30 ans et je dispose de notre bibliothèque familiale comprenant des incunables), je vous soutiens au plus fort, puisque je suis aussi un descendant de St Arnould évêque de Metz en 614. Je suis en contat avec le centre à Creutzwald, qui est magnifique, et j’ai été nourri à cette information: tu devras te battre pour assurer la transmission de la vérité !

    Christian Lorang, Faulquemont, Chris.Lorang@yahoo.fr

    descendant des Cotterel (descendant en 28. génération en lignée paternelle ininterrompue de Jehan de Cotterel Seigneur de Hellemmes/Lille vers 1203, via Laurent de Cotterel qui donna le nom à notre lignée – Laurent=Lorang – vers 1460).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.