fbpx
Menu Fermer

La « Dictature des experts » du nouveau millénaire

La « Dictature des experts » ou le « despotisme éclairé » du nouveau millénaire

Paris, le 14 avril 2020 (TFP France) La tendance a commencé il y a quelques décennies. D’abord, les juges des affaires pénales, au lieu d’évaluer le degré de responsabilité des accusés ou la crédibilité des témoins, ont commencé à faire appel à des psychologues pour se protéger derrière leurs rapports d’expertise. Ensuite, ce sont les hommes politiques qui, pour agir, se sont couverts à l’aide de rapports techniques de spécialistes. Aujourd’hui, ce sont littéralement les techniciens qui dirigent le monde.

Prenez, par exemple, les mesures de confinement controversées imposées à la population des 2/3 de l’humanité pour freiner la propagation du «virus chinois» responsable de l’insuffisance respiratoire et des décès avec le Covid-19.

Pratiquement tous les gouvernements ont mis en place des équipes d’épidémiologistes et de virologistes pour les conseiller. En réalité, ces équipes — dépassant leurs attributions consultatives — ont commencé à «piloter» l’action gouvernementale, en imposant leurs lignes directrices. L’opinion publique avait été conditionnée au préalable par des déclarations effrayantes sur la virulence de l’épidémie et la létalité du virus, rapidement diffusées et amplifiées par des médias avides de sensationnalisme.

Lors d’une conférence de presse à la mi-février, alors que le Sars-Cov-2 migrait de la Chine vers l’Italie, le scientifique italo-américain Ira Longini, l’un des consultants de l’OMS a annoncé, sur la base des données statistiques fournies par les autorités chinoises, que le virus infecterait 66 % des 7,7 milliards d’habitants de la planète, causant la mort de 45 à 50 millions de personnes sur tous les continents. Sur la base d’un article de Bloomberg, des dizaines de médias et des milliers de pages Internet ont rapporté que le nouveau coronavirus pourrait infecter 2/3 de l’humanité, etc.

Une semaine plus tard, l’école de médecine de l’Imperial College de Londres a publié une projection d’un demi-million de décès au Royaume-Uni et de plus de deux millions aux États-Unis, car le virus a «une létalité comparable à celle de la grippe H1N1 de 1918», la tristement célèbre «grippe espagnole» qui d’espagnole n’a que le nom, étant venue de l’Est. Il s’avère qu’à l’époque cette pandémie de grippe a tué entre 50 et 100 millions de personnes. Compte tenu de l’augmentation de la population, l’épidémie actuelle entraînerait aujourd’hui plus de 200 millions de décès. C’est pourquoi l’Imperial College a «conseillé» un confinement strict de la population.

Une fois que les médias ont rendu publiques ces projections, effrayant la population, quel gouvernement ou dirigeant politique aurait le courage de ne pas confiner ses citoyens pour ne pas être ensuite accusé de génocide?

Peu importe que d’autres spécialistes tout aussi ou plus qualifiés que les experts de l’OMS ou du Imperial College considèrent ces projections comme exagérées et rejettent la suggestion de confinement. Des voix isolées sont restées sans écho. L’une d’entre elles était celle du Dr Hendrik Streeck, le virologiste qui a probablement soigné le plus grand nombre de patients en Allemagne. Il a accordé une interview au principal journal du pays, le «Frankfurter Allgemeine Zeitung», disant que le Sars-Cov-2 n’était pas aussi dangereux qu’ils le prétendaient. Un autre virologiste prestigieux, le Dr Pablo Goldschmidt, qui a travaillé pendant 40 ans dans l’un des principaux hôpitaux de Paris, a déclaré qu’il y avait une véritable paranoïa qui ne justifiait pas les mesures adoptées, car les taux de mortalité élevés en Lombardie (la région où l’épidémie a commencé en Europe) pourraient être dus au fait que c’est la région avec la plus forte concentration d’industries et de bâtiments qui utilisent l’amiante. Cela entraîne une forte incidence de déficiences pulmonaires latentes chez la population la plus âgée de la région (principalement à Milan et Bergame), un passif qui n’existe pas dans d’autres régions.

Lire aussi :

La panique était déjà si répandue dans l’opinion publique mondiale qu’aucun dirigeant n’a changé de cap lorsque le professeur Ferguson, le chef d’équipe de l’Imperial College, a avoué dans un tweet qu’il avait écrit le modèle mathématique utilisé pour concevoir les mesures de contrôle contre le Covid-19 il y a plus de 13 ans. Et il l’avait écrit en langage de programmation C, un code très vulnérable, qui contenait «des milliers de lignes non documentées» qui rendaient la vérification externe (!) presque impossible.

Pire encore, aucun gouvernement n’a anticipé la «libération» de la population après que l’Institut de virologie de l’Université de Bonn ait formellement nié la létalité précédemment attribuée au SRAS-CoV-2 sur la base d’une étude approfondie dans le village de Gangelt, le «Wuhan de l’Allemagne». «Elle a montré que le taux d’infection avait été de 15 % de la population, et le taux de mortalité de seulement 0,37 %, soit cinq fois moins que les projections modérées de l’Université John Hopkins pour le pays.

Plus absurde encore, les “comités d’experts” qui pilotent les programmes de déconfinement progressif de la population prévoient la réouverture des commerces, des foires de rue, des petits musées, etc., mais n’autorisent pas la reprise des célébrations religieuses même lorsque les autorités ecclésiastiques leur assurent que les règles de “distanciation sociale” seront respectées. Tout en ne pratiquant aucune religion, ils semblent connaître mieux que les pasteurs la taille des églises, le nombre de personnes qui se rendent habituellement dans les paroisses, le degré de responsabilité qu’ils assument en adoptant les attitudes recommandées, etc.

Cliquez sur : La plus grande opération de glissement idéologique de l’Histoire

L’hypothèse de l’« expertocratie» est que seule la science peut évaluer les crises et proposer des solutions appropriées. Ils ne tiennent pas compte du fait qu’il s’agit de nouveaux défis dont on sait très peu de choses et qu’il n’y a pas de consensus, même parmi les scientifiques.

De plus, la dictature des experts ignore le fait que les scientifiques d’un domaine spécifique voient les problèmes et proposent des solutions sous un angle restreint et que leurs analyses et propositions sont souvent en conflit avec celles préconisées par les scientifiques d’autres domaines.

La crise ouverte par le coronavirus l’a bien montré : il est évident que pour arrêter l’expansion du virus (quelles que soient sa contagiosité et sa létalité), il vaut mieux isoler les gens autant que possible?; mais il est tout aussi évident que si toute une population est confinée pendant une longue période, personne ne peut travailler et les résultats obtenus sont la ruine économique et le cercle vicieux de la misère et de la détérioration de la santé. Un économiste préfère que personne n’arrête de travailler malgré le risque de propagation de la contagion?; un épidémiologiste préfère que le monde entier soit assigné à résidence malgré le risque de catastrophe économique et sociale.

Qui doit décider? — L’autorité publique, dont le rôle est précisément de veiller au bien commun et d’essayer d’harmoniser les intérêts conflictuels. Dans les démocraties modernes, avec des branches de gouvernement séparées, c’est le rôle spécifique du pouvoir exécutif. C’est lui qui doit prendre des mesures visant à promouvoir le plus grand bien ou du moins à prévenir le plus grand mal. Pour ce faire, l’autorité publique doit être guidée par la prudence — une vertu qui dépasse la simple connaissance scientifique — et jouer un rôle strictement politique en étant à l’écoute de toutes les parties.

Cliquez sur : La plus grande opération de glissement idéologique de l’Histoire

L’Institut Plinio Corrêa de Oliveira a publié deux documents qui approfondissent cette question et méritent d’être lus dans leur intégralité. Le plus récent analyse la manipulation de la panique pour promouvoir un programme idéologique et une «nouvelle normalité» écologique, socialiste et mondialiste, intitulé «La plus grande opération d’ingénierie sociale et de glissement idéologique de l’histoire» (https://ipco.org.br/coronavirus-a-maior-operacao-de-engenharia-social — baldeacao-ideologica / — en anglais https://fatimatragedyhope.info/the-most-monumental-social-engineering-and-ideological-transshipment-effort-in-history/). Le second montre que le concept catholique de bien commun est l’antidote contre la manipulation idéologique de la pandémie de coronavirus et devrait guider la solution de la crise (https://ipco.org.br/coronavirus-a-maior-operacao-de-engenharia-social-baldeacao-ideologica/).

Ce qui ne doit en aucun cas arriver, c’est que les pouvoirs du Pouvoir exécutif soient usurpés par une «technocratie» d’experts (qui bénéficient de la sympathie des médias) ou par un Pouvoir judiciaire qui revendique le droit d’anticiper les autres pouvoirs en prenant les mesures qu’il juge appropriées. C’est ce qui s’est passé avec le « verrouillage » de São Luiz do Maranhão au Brésil et de trois municipalités voisines. Plus aberrant encore, le gouverneur de l’État a déclaré dans un tweet qu’il se conformerait à l’ordonnance du tribunal.

Sous prétexte de lutter contre un virus, nous revenons au régime de «despotisme éclairé» qui prévalait en Europe continentale dans la seconde moitié du 18e siècle, basé sur le slogan «?tout pour le peuple, mais sans le peuple», car celui-ci était considéré comme ignorant.

Comme son ancêtre, le nouveau despotisme éclairé des comités d’experts a un parti pris nettement antireligieux. Cela n’est pas surprenant puisque le matérialisme est l’un des préjugés idéologiques les plus répandus parmi les scientifiques aujourd’hui.

***

Cliquez ici ou sur le bouton ci-dessous et découvrez la déclaration dans son intégralité.


Permettez-nous de propager ces nouvelles

auprès de milliers de Français

Permettez-nous de propager ces nouvelles  auprès de milliers de Français

Votre don permettra de diffuser la vérité, détruire les mensonges et soutenir notre l'héritage chrétien.

Votre don permettra de diffuser la vérité, détruire les mensonges et soutenir notre l'héritage chrétien.

Posted in Accueil, Point de vue

Recommandés pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.