fbpx
Menu Fermer

Notre-Dame de Paris : plus huit siècles et demi de vie spirituelle

Dans un très bel article publié le vingt-et-un janvier de cette année, le site catholique Aleteia dresse un émouvant portrait de la cathédrale Notre-Dame de Paris, « terme de notre série des portraits spirituels des cathédrales de France (…). C’est Notre-Dame de Paris, blessée dans sa chair, qui nous avait poussés à parcourir la France des autres cathédrales du patrimoine de l’humanité. Point de départ des routes de France, elle fut le motif et le but de notre itinéraire spirituel. »

Les événements fondateurs du haut-lieu de la chrétienté qu’est Notre-Dame sont rappelés.

La première pierre fut posée en 1163. Les premiers bâtisseurs « ne verront pas la fin des travaux.  Maurice de Sully, l’évêque bâtisseur (mort en 1196) ne verra pas non plus la fin du chantier. Le XIIe siècle est une époque de paix et de propagation de la foi. (…) Le chapitre Notre-Dame est renommé pour la qualité de son enseignement. Cet élan spirituel favorise la recherche d’un nouvel art religieux.

Lire aussi :

En 1190 est célébrée la consécration de la cathédrale. Depuis, Notre-Dame participe intimement à l’histoire religieuse et politique de la France « fille aînée de l’Église ». Elle illustre plus de huit siècles et demi de vie spirituelle qui n’ont pas disparus dans l’incendie du 15 avril.

« Au XIIIe siècle, le roi Louis IX, futur saint Louis, dote la cathédrale de reliques inestimables, dont la couronne d’épines du Christ, rachetée à des marchands vénitiens. Un morceau de la Croix et un clou, instrument de la Passion, complète ce trésor sauvé des flammes le 15 avril dernier. La couronne d’épines, l’une des reliques les plus vénérées en Occident, était exposée à Notre-Dame de Paris le premier vendredi de chaque mois, mais aussi chaque vendredi de Carême », précise Aleteia.

L’article conclut en citant le magnifique témoignage de Paul Claudel, qui raconte sa conversion le jour de Noël 1886, à Notre-Dame de Paris, pendant les Vêpres : « J’étais moi-même debout dans la foule, près du second pilier à l’entrée du chœur à droite du côté de la sacristie. Et c’est alors que se produisit l’événement qui domine toute ma vie. En un instant mon cœur fut touché et je crus. Je crus, d’une telle force d’adhésion, d’un tel soulèvement de tout mon être, d’une conviction si puissante, d’une telle certitude ne laissant place à aucune espèce de doute, que, depuis, tous les livres, tous les raisonnements, tous les hasards d’une vie agitée, n’ont pu ébranler ma foi, ni, à vrai dire, la toucher. » 


Posted in Notre-Dame à l'identique !

Recommandés pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.