fbpx
Menu Fermer

« Faire rayonner Notre-Dame en France et dans le monde »

Depuis l’incendie du 15 avril, la maîtrise de Notre-Dame se bat pour survivre à ce terrible drame, poursuivant sa mission à Saint-Germain-L’auxerrois et dans trois autres paroisses de Paris.

Le journal  Aleteia a rencontré son chef de chœur, Henri Chalet, et nous vous partageons quelques extraits de son témoignage, publié le vingt-quatre janvier de cette année.

A propos de la catastrophe de l’incendie,  Henri Chalet confie avec émotion que « tout le monde a été très perturbé car Notre-Dame était notre deuxième maison. Nous nous sommes retrouvés impuissants devant ce spectacle affreux ».  Puis, « (…) la cohésion du groupe a été plus forte que jamais. La cathédrale est malade mais cela ne va durer que cinq ans. Qu’est-ce donc sur 850 ans d’existence ? C’est le message que j’essaye de faire passer aux élèves pour qu’ils ne se découragent pas ».

Créée il y a plus de 850 ans, la maîtrise de Notre-Dame est bien plus qu’un simple chœur, fait remarquer  la rédaction d’Aleteia. Véritable institution musicale, elle est le cœur battant de la cathédrale depuis presque un millénaire.

« Nous représentons son patrimoine immatériel, estime Henri Chalet. L’histoire de la musique doit beaucoup à Notre-Dame. Au Moyen Âge, Paris était un véritable centre de recherche universitaire avec l’Église, et les débuts de la polyphonie sont d’ailleurs nés au cœur de la capitale. On a donc le devoir de maintenir cette tradition. Le clergé est bien sûr toujours là, mais l’âme de la cathédrale c’est bien la musique. »

Lire aussi:

La maîtrise de Notre Dame se heurte aujourd’hui  de nombreux obstacles, particulièrement à des difficultés financières importantes, la subvention de la cathédrale n’existant plus.
Elle compte désormais sur la générosité des donateurs.

Mais cet exil forcé et douloureux a finalement permis au chœur de Notre Dame de rayonner au-delà des voûtes de la cathédrale.

« Nous sommes plus que jamais les ambassadeurs de Notre-Dame », confie Henri Chalet à Aleteia, précisant que la maîtrise est sollicitée en province, mais également à l’étranger.
« Nous avons reçu beaucoup de messages bienveillants et de nombreuses invitations à se produire en dehors de la capitale. Cette générosité est l’occasion de faire rayonner Notre-Dame dans le monde, sans pour autant mettre de côté notre mission liturgique », estime-t-il.

« La cathédrale est vivante, ce ne sont pas que des pierres. C’est le message que nous souhaitons faire passer », conclut avec sagesse le maître de chœur.

Nathalie Burckhardt


Recommandés pour vous