fbpx
Menu Fermer

Notre-Dame : la restauration des Douze Apôtres en bonne voie

Que deviennent les statues des douze Apôtres et des quatre évangélistes qui avaient été conduites jusqu’en Dordogne, pour être restaurées, le onze avril 2019, exactement quatre jours avant l’incendie de Notre-Dame de Paris…Echappant ainsi, on peut dire miraculeusement, à l’effroyable incendie du quinze avril.

Un an après, l’hebdomadaire La Croix consacre un article aux célèbres œuvres d’art que Viollet-le-Duc avait disposées au pied de la flèche de Notre-Dame en 1860.

 C’est la société Socra - dont les ateliers se trouvent près de Périgueux - spécialisée dans la restauration de décors et d’objets monumentaux et dirigée par Richard Boyer, qui se charge de rénover les imposantes statues, chaque personnage mesurant 3 mètres de haut et pesant 250 kg.

M. Boyer explique : « On a travaillé sur une statue, celle de saint Barthélemy, afin qu’elle serve de témoin pour les autres. On remplace les éléments de structures trop altérés et on répare des déchirures sur l’épiderme oxydé. »

Après de nombreux tests et 300 heures de travail sur Saint Barthélemy, le traitement a été validé début mars pour le volet esthétique par l’architecte en chef de Notre-Dame, Philippe Villeneuve, et, sur le plan scientifique, par les experts du Laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH), rapporte La Croix.

Disparu l'aspect vert de gris de la patine du temps, l'apôtre a recouvré son apparence initiale. Il a fallu changer l'ossature de la statue et lui appliquer une nouvelle patine, de couleur de cuir brun.

Lire aussi :

Malgré le ralentissement dû à l’épidémie du coronavirus, la restauration avance doucement et devra être terminée pour la fin de l'année. À ce moment-là, les douze apôtres et les quatre évangélistes restaurés seront exposés à la Cité de l'Architecture à Paris avant de retrouver leur place sur Notre-Dame reconstruite.

Quant au  coq de cuivre, il n’est pas prévu qu’il remonte un jour en haut de la flèche. Très abîmé, il restera en l’état, en témoignage du drame du 15 avril, où Notre-Dame faillit sombrer.

De cet évènement tragique, Richer Boyer se souvient : « Tristesse infinie, sentiment d’impuissance », éprouve-t-il alors. « Durant des jours, architectes, spécialistes, entrepreneurs, ouvriers, nous avons tous vécu sur place comme en état de guerre. Cela a soudé toute l’équipe », témoigne celui qui continue de se rendre régulièrement sur le site et se veut confiant dans l’avenir.

***

Si vous n’avez pas encore signé la pétition qui demande au Président de la République la restauration à l’identique de la cathédrale, vous pouvez le faire en cliquant ici : https://flechenotredame.org/


Permettez-nous de propager ces nouvelles

auprès de milliers de Français

Permettez-nous de propager ces nouvelles  auprès de milliers de Français

Votre don permettra de diffuser la vérité, détruire les mensonges et soutenir notre l'héritage chrétien.

Votre don permettra de diffuser la vérité, détruire les mensonges et soutenir notre l'héritage chrétien.

Posted in Notre-Dame à l'identique !

Recommandés pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.