fbpx
Menu Fermer

Argentine : des fidèles interpellés pour avoir assisté à la messe

Monseigneur Viganò a exhorté les catholiques à ne pas permettre que « les libertés de l'Église soient limitées par l'excuse d'une soi-disant épidémie ! »

Argentine, le 28 avril 2020 (TFP France) - Ce douloureux évènement est un signe de plus de la persécution des catholiques en ces temps du coronavirus, cette fois en Argentine où les règles de confinement sont appliquées de manière particulièrement sévères…Cela se passe début mai, à San Luis, dans le centre du pays.

La police argentine a arrêté dix fidèles pour avoir assisté à une messe célébrée par un prêtre de 79 ans, le père José Mendiano, passant outre les consignes en vigueur dans la région.

Selon un média local, l’un des paroissiens, Enrique Miranda, avocat, a déclaré aux médias après son arrestation: « Cela doit être dit une fois pour toutes. C'est un grand cirque, il n'y a pas de pandémie ici. » De fait, la province de San Luis, qui compte une population de près d'un demi-million de personnes, n'a signalé à ce jour que dix cas confirmés de coronavirus, ainsi que trois cas suspects…

Il a souligné que « la loi peut stipuler tout ce qu'elle veut, mais en matière de foi, c'est exclusivement la compétence de l'Église catholique. » Enrique Miranda a ajouté que le gouvernement national « a tort s'il pense que nous allons nous prosterner devant lui ».

Suite à l’incident, l’évêque local Pedro Daniel Martínez Perea, n'a pas défendu son prêtre pour avoir fait participer plusieurs personnes à sa messe, et n'a apparemment pas non plus protesté contre les ordres de mise en quarantaine du gouvernement.

Principio del formularioFinal del formularioIl s’est contenté de féliciter la petite communauté pour sa « bonne intention » dans l'observation des mesures de distanciation sociale, mais lui a reproché d’avoir enfreint « une règle objective ».

À lire aussi :

À propos de l'interdiction des messes publiques, le cardinal Viganò, ancien nonce apostolique des États-Unis, a déclaré récemment que « les fidèles ont le droit, ainsi que le devoir, d'assister à la messe, de se confesser, de recevoir les sacrements: c'est un droit qui leur vient en tant que membres vivants du corps mystique en vertu de leur baptême. »

« Les pasteurs ont donc le devoir sacré - même au péril de leur santé et le cas échéant, de leur propre vie - de réaliser ce droit des fidèles, et pour cela, ils devront répondre à Dieu, non au président de la [ Conférence des évêques italiens] ni au président », a souligné le prélat.

Enfin, Monseigneur Viganò a exhorté les catholiques, en particulier les membres de la hiérarchie, à ne pas permettre que « les libertés de l'Église soient limitées par l'excuse d'une soi-disant épidémie ! »

Cliquez ici ou sur le bouton ci-dessous et découvrez la déclaration dans son intégralité.


Permettez-nous de propager ces nouvelles

auprès de milliers de Français

Permettez-nous de propager ces nouvelles  auprès de milliers de Français

Votre don permettra de diffuser la vérité, détruire les mensonges et soutenir notre l'héritage chrétien.

Votre don permettra de diffuser la vérité, détruire les mensonges et soutenir notre l'héritage chrétien.

Posted in Actualités, Radar de la Christianophobie

Recommandés pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.